Je ne rêve que de vous… passionnément !

Je ne rêve que de vous… passionnément !

Avec "Je ne rêve que de vous", c’est la passion qui est à l’honneur, celle qui unit Léon Blum et Jeanne Reichenbach durant les années sombres de l’Occupation. Un superbe moment de cinéma.

Un contenu proposé par ArtSpi'in

Publié le 15 janvier 2020

Auteur : Jean-Luc Gadreau

Un superbe moment de cinéma français, fait de douceur, d’émotions, de magnifiques acteurs, une splendide photo, une BO parfaite… pour une plongée dans notre histoire au travers de l’amour.

1940. Janot Reichenbach abandonne mari et enfant pour lier son destin à celui tragique de l’homme dont elle est éprise depuis l’adolescence alors qu’il est menacé par l’arrivée au pouvoir des artisans de la Collaboration. Elle traversera l’Europe et sacrifiera sa liberté pour épouser l’homme qu’elle aime au camp de Buchenwald où il sera enfermé, et, avec lui, elle survivra à cette épreuve. Cet homme, c’est Léon Blum.

En choisissant ici d’adapter le récit historique de Dominique Missika Je vous promets de revenir. Le dernier combat de Léon Blum, 1940-1945 aux Éditions Robert Laffont (2009), le réalisateur Laurent Heynemann dessine une histoire d’amour étonnante et passionnante dans ce contexte si particulier de la France de Vichy et de l’Occupation. Un portrait de femmes fortes, au pluriel, car si Jeanne (Elsa Zylberstein) est l’héroïne mise en avant, nombreuse sont celles autours d’elle, qui apportent quelque chose de plus à cette belle histoire. On évoquera, par exemple, la belle-fille de Blum (Émilie Dequenne), l’actrice Béatrice Bretty (Stéphane Bissot), compagne de Georges Mandel (Jérôme Deschamps) ou encore la chanteuse de l’époque, Cora Madou (Mathilda May), qui interprète joliment la chanson de Vincent Scotto Je ne rêve que de lui, qui a inspiré le titre du film.

Dans une approche assez classique mais très belle, encore une fois, Heynemann dépeint cette folie amoureuse faite de courage et d’inconscience, tout en tirant un peu le voile sur la rivalité des mouvements de résistance, la collaboration, et certains règlements de compte pas très glorieux. Un ensemble cohérent qui permet de montrer finalement combien peuvent être complexes les sentiments qui forgent la passion.

Vous pourriez aimer aussi

Réfugié & résistant

Réfugié & résistant

Herbert Steinchneider appartient à une famille d’origine juive et autrichienne qui s’est réfugiée en France à la montée du nazisme.

Un contenu proposé par Éditions Ampelos

Les protestants et le régime de Vichy

5 - Pendant la drôle de guerre (1939-1940), le synode national de l’Église Réformée de France (ERF) affirme « la nécessité de soutenir la France dans cette guerre qui lui a été imposée ».

Un contenu proposé par Musée protestant
Otage de marque : le «roman vrai» d’une tranche de la vie de Léon Blum

Otage de marque : le « roman vrai » d’une tranche de la vie de Léon Blum

En mars 1943, Léon Blum est livré aux Allemands par le régime de Vichy qui l’avait retenu prisonnier depuis septembre 1940.

Un contenu proposé par Blog de la Librairie protestante

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

ArtSpi’in

Cinéma, culture, sport, spiritualité, société… Autant de sujets de prédilection du blog de Jean-Luc Gadreau, ArtSpi’in. Jean-Luc Gadreau est pasteur, auteur, mais aussi attaché de presse du Jury œcuménique au Festival de Cannes.

Derniers contenus du partenaire

Bel été avec les médias protestants !