Joker
ciné

Joker : un film déroutant, étrange

On connaît le Joker, face et habits de clown, qui affronte Batman dans Gotham City. L'originalité ici est de proposer une introspection du personnage, incarné par l'extraordinaire Joaquin Phoenix.

Un contenu proposé par Pro-Fil

Publié le 2 octobre 2019

Auteur : Alain Le Goanvic

Lire directement l’article sur Pro-Fil

Enfant de père inconnu, abandonné par sa mère, Joker est bipolaire, et psychopathe parfait, violent et touchant… Je n’en dirai pas plus de ce film époustouflant, qui apporte à la fin une résolution d’énigme ! La boucle est bouclée : Batman l’orphelin de Gotham, qui se consacre au Bien, devra forcément subir la violence de Joker.. Un peu de psychanalyse élémentaire.

En 1981, à Gotham City, Arthur Fleck (Joaquin Phoenix transcendant) travaille dans une agence de clowns. Méprisé et incompris, il mène une vie en marge de la société, dans un immeuble miteux avec sa mère Penny. L’histoire est celle d ‘un homme sans identité qui lutte avec des moyens dérisoires. D’où la violence qui s’insinue partout, car Joker va peu à peu devenir le symbole de la résistance des paumés, des pauvres contre les riches. Mais l’accueil du public américain semble très divisé sur le sens à donner à ce film hors norme.

Analyse

Un soir dans le métro trois hommes violentent une femme. Fleck intervient mais il se fait violemment agresser et tabasser. Muni d’une arme, il […]

Lire la suite sur Pro-Fil

Dans la même rubrique...

Fragiles saltimbanques

Les annonces du président Macron, mercredi 6 mai, suffiront-elles à préserver le milieu musical ?

Un contenu proposé par Le blog de Frédérick Casadesus

« Unorthodox », un envol vers la liberté

Cette mini série est inspirée d’une histoire vraie racontée dans un roman autobiographique, "Unorthodox : Le rejet scandaleux de mes racines hassidiques".

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville

« Les Mille et une nuit »

Dans "Littérature et confinure", Caroline Pastorelli nous propose redécouvrir les livres qui dorment parfois dans nos bibliothèques et qu'il est temps de relire en cette période de confinement !

Un contenu proposé par Fréquence Protestante

Et si les nazis avaient gagné la guerre ?

"The Man in the High Castle" est une série inspirée du roman éponyme de Philip K. Dick qui propose une uchronie inquiétante.

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Pro-Fil

Fondé par le pasteur Jean Domon, Pro-Fil propose chaque semaine des critiques de films et porte un regard protestant et filmophile sur le cinéma.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram Les dossiers thématiques de Regards protestants