cinéma

Julie (en 12 chapitres)… choisir sa vie

Auréolé du prix d'interprétation féminine pour Renate Reinsve au dernier Festival de Cannes, le film "Julie (en 12 chapitres)" sort en salles ce mercredi 13 octobre.

Un contenu proposé par ArtSpi'in

Publié le 13 octobre 2021

Auteur : Jean-Luc Gadreau

Avec ce cinquième film, Joachim Trier, conclut une sorte de trilogie commencée avec Nouvelle donne et Oslo, 31 août pour parler de personnes souffrant du vertige du temps qui les traverse. C’est ici le portrait d’une jeune femme d’aujourd’hui, dressé avec une grande sensibilité, de l’émotion et ce qu’il faut d’humour.

Un prologue, douze chapitres et un épilogue, et deux heures qui s’écoulent tendrement, pour nous raconter l’histoire de Julie (Renate Reinsve), une brillante étudiante en médecine d’une vingtaine d’années. Une voix off, nous raconte en quelques instantanés ses études et ses premières expériences sentimentales avec une certaine ironie. Une fille qui zappe à tout va… D’abord le choix de médecine mais très vite, insatisfaite, elle bifurque pour devenir psychologue, jusqu’au jour où la photographie s’immisce dans sa jeune existence, pour finir par travailler dans une librairie. Une jeunesse, des sollicitations en pagailles et donc de multiples possibilités. Et les sentiments se mêlent à tout ça, prise entre son amour pour un photographe plus âgé (Anders Danielsen) et un flirt avec un jeune serveur (Herbert Nordrum). Mais comme le savent trop bien tous ceux qui ont déjà passé une heure à parcourir Netflix sans but précis, avoir trop d’options peut vous empêcher de vous engager dans l’une d’entre elles ; plus le menu est grand, plus il est difficile d’avoir l’impression d’avoir commandé le bon repas.  Mais enfin, tout cela n’est que le prologue d’une longue et belle histoire, façon comédie romantique sur les bords mais avec une vraie réflexion plus profonde qu’il n’y parait, autour des choix, de la vie de couple, de la maternité, de la fluctuation des sentiments, des relations familiales plus largement et bien sûr de ce qui est le véritable héros invisible du scénario : le temps. 

Julie (en 12 chapitres) aborde le temps sous des angles différents. La nature fragmentée de sa structure littéraire nous permet de ressentir les années qui glissent entre les doigts de Julie, tandis que la focalisation des meilleurs chapitres place des moments isolés sous le microscope pour voir comment certaines nuits peuvent résonner toute une vie. Dans une séquence mémorable  et touchante, qui devrait faire un écho particulier dans le cerveau et le cœur de tous ceux qui se sont déjà posé cette fameuse question « et si j’arrêtais tout pour vivre ailleurs avec mon amoureux ou mon amoureuse », le temps lui-même s’arrête complètement et concrètement dans tout Oslo alors que Julie traverse la ville en courant d’un homme à un autre. C’est le fantasme romantique par excellence qui suinte au cœur de ce film avec cette aspiration : pouvoir choisir sans conséquence… Mais comme le souligne Trier : « Julie est une jeune femme spontanée, qui croit qu’on peut changer de vie à sa guise et qui recherche ça, puis qui se retrouve un jour confrontée aux limites du temps et à celles de chacun y compris les siennes. Il n’y a pas un nombre infini d’opportunités dans une existence. » Et puis il y a toutes ces références nostalgiques sur un temps passé où la culture notamment passait par les objets que l’on touchait, que l’on possédait. Bien avant que les écrans, les réseaux, les plateformes numériques emportent (presque) tout sur leur passage… Mais Julie justement est une fille de son temps, de cette génération zapping, et qui a donc grandi avec tout ça, ayant même connu le portable ouvert sur la table de classe pour suivre les notifications instantanées pendant que le prof faisait cours.

Quelques mots sur Julie justement ou plutôt, à vrai dire, de la lumineuse Renate Reinsve qui trouve là son premier grand rôle au cinéma (on pourra noter qu’elle apparaissait déjà dans Oslo, 31 août il y a 10 ans). À 33 ans elle éblouit par son talent et son charisme et le Jury cannois n’est heureusement pas passé à côté.

Joli travail aussi du côté technique, avec la réalisation, le montage et surtout la très réussie photo qui offre à ce scénario un écrin admirable. Dans cette belle romance contemporaine, Julie peut sans doute se sentir comme « la pire personne au monde » de temps en temps (traduction du titre original – un titre éminemment moins poétique évidemment), et elle peut même le faire ressentir à quelques-uns de ses proches pendant une minute ou deux, mais il n’y a semble-t-il pas de meilleur moyen pour elle de parvenir à être vraiment celle avec qui elle peut vivre. Et sa tendresse et son authenticité viennent de toute façon contrecarrer cette bien mauvaise qualification sur sa personne. L’ultime plan du film d’ailleurs le montre bien… Mais pour Joaquim Trier, il était important de la montrer avec ses bons et ses mauvais côtés. Il l’explique ainsi : « Je suis fan d’une approche humaniste de la dramaturgie, quand on peut montrer les conflits intérieurs des personnages, leur effort pour bien se comporter et parfois leur échec à y parvenir, un peu comme nous tous. »

Pour conclure, Julie (en 12 chapitres) est un film doux, tendre et drôle, d’une manière certes conventionnelle mais aussi très réelle. C’est le genre de film que nous avons tous déjà vu si mal fait que c’est un plaisir inattendu de le voir si bien fait et de se rendre compte que ces thèmes abordés sont si importants. Enfin, la performance de Renate Reinsve est tout simplement excellente. Une étoile est née !

Vous pourriez aimer aussi

Sermons de minuit… un ange passe

Avec "Sermons de minuit" à découvrir actuellement sur Netflix, le réalisateur Mike Flanagan s'attaque à la sphère spirituelle et même religieuse.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

Mourir peut attendre… le meilleur pour la fin ?

Le temps a pu vous sembler long, mais il est enfin là, dans les salles... "Mourir peut attendre" s'avère être un chant du cygne magistral pour Daniel Craig après quinze ans dans le rôle de 007.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

Les Intranquilles… plongée en bipolarité

Les Intranquilles, avec Leïla Bekhti et Damien Bonnard, sort ce mercredi 29 septembre. Un film choc qui laisse des traces dans le cœur en explorant l’histoire d’une famille déchirée par la bipolarité. À ne surtout pas manquer...

Un contenu proposé par ArtSpi’in

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

ArtSpi’in

Cinéma, culture, sport, spiritualité, société… Autant de sujets de prédilection du blog de Jean-Luc Gadreau, ArtSpi’in. Jean-Luc Gadreau est pasteur, auteur, mais aussi attaché de presse du Jury œcuménique au Festival de Cannes.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants