Julieta

Julieta est le 20e film de Pedro Almodóvar. La veille de quitter Madrid pour s’installer au Portugal, Julieta rencontre une amie d’enfance de sa fille Antia dont elle n’a plus de nouvelles depuis plus de douze ans.

Un contenu proposé par Pro-Fil

Publié le 10 juin 2016

Auteur : Alain Le Goanvic

Lire directement l’article sur Pro-Fil

Très affectée elle décide de rester à Madrid afin de se confronter avec son passé…

S’inspirant du genre mélodrame dont Douglas Sirk, le réalisateur américain, était le grand maître, Pedro Almodóvar s’est créé son propre style, adapté à sa culture et à son tempérament. « Filmer des sentiments, des visages et des corps qui les éprouvent et les vivent, et non pas des idées », on ne peut pas mieux dire concernant ses films. Ce sont les femmes qui tiennent le premier rôle (comme chez Sirk) et elles vivent des situations pathétiques. On se souvient de la mère dans Talons aiguilles et aussi celle de Tout sur ma mère. Julieta est la nouvelle créature féminine du réalisateur, femme volontaire, sensible, déterminée. L’actrice, Emma Suarez, est moins connue internationalement que Victoria Abril ou Penelope Cruz – mais elle est très appréciée en Espagne. La Julieta jeune, très belle, dégage une aura bien séduisante. Le cinéaste a insisté sur « le destin inéluctable et le mystère insondable de la culpabilité ». Julieta est assaillie par la douleur de l’abandon par sa fille, mais elle réagit en voulant lui expliquer ce qu’elle « n’avait jamais pu lui dire ». La lettre qu’elle lui écrit est un chant d’amour et une recherche d’authenticité. L’usage de la voix off entraîne une prise de distance qui est un frein à l’émotion du spectateur, mais les couleurs chaudes des images et la musique aux accents romantiques permettent de compenser le manque du délire qui avait tant marqué les films cités plus haut.[…]

Lire la suite sur Pro-Fil

Dans la même rubrique...

Face aux œuvres

Au musée de l’Œuvre Notre-Dame et à celui d’Art moderne de Strasbourg, des visiteurs nous livrent comment l’art les touchent.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

« Rouge », un thriller écologique à dimension sociale et intime

Le film tient en haleine, grâce à la réalisation maîtrisée et vive de Farid Bentoumi.

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville

Drive my car

Le dernier film de Ryusuke Hamaguchi, road movie intimiste Prix du scénario à Cannes en 2021.

Un contenu proposé par Pro-Fil

A la découverte du Paris protestant

De retour à Paris ? Et si vous partiez à la découverte de 19 lieux symboliques du protestantisme au cœur de la capitale ?

Un contenu proposé par Musée protestant

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Pro-Fil

Fondé par le pasteur Jean Domon, Pro-Fil propose chaque semaine des critiques de films et porte un regard protestant et filmophile sur le cinéma.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants