Au ciné !

« La fracture »… là où ça fait mal

L’une des sorties de ce 27 octobre nous plonge au plus fort des manifestations des gilets jaunes.

Un contenu proposé par ArtSpi'in

Publié le 28 octobre 2021

Auteur : Jean-Luc Gadreau

« La fracture » de Catherine Corsini choisi de se fixer dans l’univers anxiogène des Urgences d’un hôpital parisien pour aborder des questions sociales fortes mais avec légèreté et un manichéisme retenu.

Raf (Valérie Bruni Tedeschi) et Julie (Marina Foïs), un couple au bord de la rupture, se retrouvent dans un service d’Urgences proche de l’asphyxie le soir d’une manifestation parisienne des Gilets Jaunes. Leur rencontre avec Yann (Pio Marmaï), un manifestant blessé et en colère, va faire voler en éclats les certitudes et les préjugés de chacun. À l’extérieur, la tension monte. L’hôpital, sous pression, doit fermer ses portes. Le personnel est débordé. La nuit va être longue…

Mélange de mélodrame, de comédie, et avec certains codes des films d’action, La fracture réussi brillamment, grâce notamment au choix du quasi huis-clos hospitalier, à nous plonger dans une forme de cauchemar oppressant mais heureux. Les hôpitaux sont en effet l’un de ces rares espaces – comme peut-être les gares ou les bureaux de poste – où l’on peut rencontrer des personnes de pratiquement toutes origines. Elles doivent y être traitées de manière égale. La fracture aborde stratégiquement ces urgences comme un microcosme de la société française où des citoyens disparates sont forcés de se mélanger… ou de s’affronter, selon le cas. Moins stressantes que les interactions entre patients sont les différentes crises qui requièrent l’attention du personnel à tout moment, et aussi multitâches qu’ils puissent être. Il est clair que l’hôpital est ici débordé – sans parler du système qu’il représente.

Le film ne traite pas seulement d’une fracture amoureuse ou osseuse ni de celle seulement de la société française – les tensions entre les classes sociales atteignant à nouveau leur point d’ébullition sous l’ère Macron – mais aussi d’un moment critique où l’on peut tous craquer de toute part. Corsini fait cohabiter toutes ces fractures potentielles ou bien réelles, à un rythme effréné, avec une dynamique narrative haletante. La valeur divertissante, l’urgence politique et un trio d’acteurs forts sont les points saillants qui devraient conduire à un certain succès populaire.

Un rire franc du spectateur

En utilisant de surcroît sa caméra comme pour filmer un documentaire, Corsini parvient à mêler alors les tonalités avec une étonnante aisance qui fonctionne extrêmement bien. Malgré l’atmosphère particulièrement claustrophobe, elle ne cesse de désamorcer les situations les plus tendues en déclenchant un rire franc du spectateur au travers notamment de répliques et de situations vraiment drôles liées tout particulièrement au duo formé par l’excellente Valeria Bruni-Tedeschi en totale roue libre sous cocktail médicamenteux et le gentil-hargneux Pio Marmaï. Pour ce qui est de l’émotion, elle repose principalement sur les épaules d’Aissatou Diallo Sagna, absolument parfaite dans ce premier rôle au cinéma (elle est aide-soignante dans la vie), celui d’une infirmière en proie à une charge mentale insupportable tant familiale que professionnelle et c’est elle qui finalement éclabousse tout le monde d’une humanité bouleversante au milieu de ce véritable chaos.

On pourra bien sûr reprocher à Corsini d’en faire plus qu’il n’en faut, au risque de tomber parfois un peu trop dans le burlesque avec Bruni Tedeschi (il aurait probablement suffi que Raf tombe de son brancard une seule fois). Et avec des patients coincés dans une salle d’attente où les flammes brûlent à l’extérieur et où le gaz lacrymogène s’infiltre sous les portes, il peut sembler un peu excessif d’introduire une scène dans lequel un personnage tient une paire de ciseaux sous le cou d’un autre. Néanmoins, la caméra mobile de Jeanne Lapoirie et le montage rapide de Frédéric Baillehaiche font monter sans cesse l’intensité, et même si cette impression d’exagération demeure, l’exercice finalement paye assez bien et procure un effet provocateur.

Pour conclure, la démonstration d’une certaine réussite se trouve sans doute dans le ressenti du spectateur, une fois que le générique final s’égrène sur l’écran… et après avoir pris quelques instants pour tout absorber. Comme le sentiment d’avoir passé nous aussi une nuit bien agitée aux urgences, avec les cicatrices émotionnelles qui le prouvent.

Vous pourriez aimer aussi

The French Dispatch… ouvrez le mag !

Le 10e film de Wes Anderson, The French Dispatch, est une lettre d'amour à la presse écrite. Et un enchantement cinématographique porté par un casting de stars : Bill Murray, Tilda Swinton, Benicio del Toro, Timothée Chalamet, Adrien Brody, Frances McDormand...

Un contenu proposé par ArtSpi’in

The White Lotus… vive les vacances !

Une satire psychologique en 6 épisodes, drôle à souhait, où plane un mystère lui donnant de faux-airs de thriller. Farouchement délicieux !

Un contenu proposé par ArtSpi’in

Julie (en 12 chapitres)… choisir sa vie

Auréolé du prix d'interprétation féminine pour Renate Reinsve au dernier Festival de Cannes, le film "Julie (en 12 chapitres)" sort en salles ce mercredi 13 octobre.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

ArtSpi’in

Cinéma, culture, sport, spiritualité, société… Autant de sujets de prédilection du blog de Jean-Luc Gadreau, ArtSpi’in. Jean-Luc Gadreau est pasteur, auteur, mais aussi attaché de presse du Jury œcuménique au Festival de Cannes.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast