destinée

Le lumineux destin d’Alexandra David-Neel

Il fallait un fort volume de 458 pages pour rendre justice à l’œuvre et à la vie exceptionnelle d’Alexandra David-Néel. On l’imagine d’origine étrangère ou exotique, mais elle est née à Saint-Mandé, dans une famille très bourgeoise.

Un contenu proposé par LibreSens

Publié le 8 avril 2021

Lire directement l’article sur LibreSens

Un astrologue avait prédit que cette enfant aurait un destin hors du commun et il ne s’était pas trompé. Sa mère ne s’étant jamais préoccupée d’elle, l’enfant solitaire se créa un monde imaginaire qu’elle finit par découvrir dans la réalité. Pour son bonheur, son père fut toujours à ses côtés et l’encouragea dans ses rêves. Protestant, socialiste et franc-maçon, il fit carrière dans le journalisme mais fut exilé lors du coup d’État de 1851.

Alexandra découvrit avec ravissement le musée Guimet, et son rêve fut dès lors de connaître les cultures orientales et en particulier le bouddhisme, auquel elle finit par se convertir. Elle quitta la France après la mort de son père, en 1911, et son premier contact avec l’Asie fut Ceylan. Ce furent ensuite Calcutta, le Népal, le Tibet, le Japon, la Chine… « On annonce qu’un Française, Mme Alexandra David-Néel, est parvenue à entrer dans Lhassa, ville interdite aux étrangers ». Ce ne fut pas le seul lieu interdit où elle parvint à pénétrer, généralement bien accueillie par des diplomates ou des dignitaires locaux. A Bombay, elle fut fêtée comme une célébrité, et quand elle rentra en Europe en 1924, elle fut acclamée comme une héroïne nationale.

En 1926, elle connut son apothéose au musée Guimet… la boucle était bouclée. « La Française la plus remarquable de notre temps », selon les journaux, avait réalisé ses rêves les plus fous.

Elle fit connaître le bouddhisme auquel elle était particulièrement attachée, ainsi que d’autres aspects de la culture asiatiques qu’elle révéla par ses conférences et par ses livres.

Elle eut la chance, bien que femme, d’être toujours prise au sérieux, car son érudition était sans égale.

Lire la suite sur LibreSens

Dans la même rubrique...

Marie Médard, une jeune résistante

Que faire lorsqu’on a 19 ans, en 1940 et que l’on est une jeune étudiante de bonne famille animée d’une foi fervente ?

Un contenu proposé par Éditions Ampelos

Petit dictionnaire de théologie

Dans ce petit dictionnaire alerte et précis, Denis Müller tente de cerner les contours du christianisme et de la théologie en prenant également en compte leur dimension éthique.

Un contenu proposé par Labor et Fides

Il y a trente ans, Gainsbourg

Cet artiste singulier n’était pas un génie de la musique, mais un auteur exceptionnel qui a modifié la façon d’écrire des chansons.

Un contenu proposé par Le blog de Frédérick Casadesus

Petite histoire de l’aumônerie de prison (3)

Au XIXème siècle se produit une laïcisation de l’espace pénitentiaire ou comment l’expert se substitue à l’homme d’église. Un texte de Brice Deymié, aumônier national protestant.

Un contenu proposé par Aumônerie protestante des prisons

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

LibreSens

Le blog LibreSens publie des comptes rendus de lecture écrits non par des critiques littéraires ou des journalistes, mais par des lecteurs avertis (pasteurs, laïcs engagés, théologiens, historiens, philosophes, biblistes…), ce qui constitue son originalité. LibreSens est le Club de lecture des amis du CPED (Centre protestant d’étude et de documentation).

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants