de fil en aiguilles

Le parcours extraordinaire du Capitaine Gauthier

Itinéraire d’un Poitevin de la Révolution au second Empire. Joseph Gauthier, natif de la Vienne, n’avait laissé aucune trace dans l’Histoire jusqu’à la publication de ce livre.

Un contenu proposé par LibreSens

Publié le 15 avril 2021

Lire directement l’article sur LibreSens

Né en 1775, il s’est engagé pour des raisons que l’on ignore dans les armées révolutionnaires, à moins de 16 ans ; c’était en 1791. Il a poursuivi sa carrière militaire dans les armées napoléoniennes jusqu’à sa retraite qui a coïncidé avec la fin de l’Empire et les débuts de la Restauration. Rapidement intégré, après son engagement, dans le corps des pontonniers, il a été promu capitaine à 31 ans et décoré de la Légion d’honneur. Après 24 années d’une vie rude et périlleuse, faite de milliers de kilomètres parcourus à pied, de combats et de batailles, de captivité même, le capitaine Gauthier revient à la vie civile, dans son Poitou natal où il retrouve sa femme, épousée lors d’une lointaine permission ; il gère leurs biens, et fait fructifier ses avoirs, tout en étant régulièrement réélu conseiller municipal de sa petite commune, Benassay.

Les recherches approfondies menées dans des archives multiples ont permis à Claudine Auliard de suivre les étapes successives de la vie de cet homme d’origine modeste qui n’avait pas fréquenté d’école et cependant savait lire, écrire et parfaitement compter.

Sans entrer ici dans le détail des armées auxquelles il a été affecté, des campagnes auxquelles il a participé, ni de ses actions d’éclat, promotions et décorations, on retiendra surtout qu’il appartenait au corps des pontonniers, ces soldats qui construisent à la hâte les ponts pour permettre le franchissement des torrents et rivières et dont l’auteure décrit dans le détail le travail difficile et physiquement épuisant ; elle s’étend, entre autres, sur leurs difficultés et leur dévouement lors du passage de la Bérézina et le lourd tribu qu’ils ont payé à cette occasion.

À sa mise à la retraite, le capitaine Gauthier entreprend une nouvelle et longue vie à laquelle il semble s’être adapté sans problème. Le contraste est saisissant entre les deux pans de son existence, avant et après sa mise à la retraite de l’armée. Dorénavant il gère le patrimoine familial, il prête de l’argent avec intérêt et moyennant garanties, bref il se comporte en banquier ou en homme d’affaires et s’enrichit. Parallèlement il est régulièrement réélu conseiller municipal de sa commune de mille habitants, jusqu’à sa mort en 1858, à l’âge de 82 ans, âge exceptionnel pour l’époque.

Au terme de ce long parcours d’un rescapé des guerres napoléoniennes et de la Bérézina, d’un capitaine qui, avec la même énergie que dans sa jeunesse, se convertit dans son âge mûr à la vie locale de son pays, on met le doigt sur l’importance des seconds rôles dans l’histoire. Le texte de Claudine Auliard n’en est que plus intéressant.

Lire la suite sur LibreSens

Dans la même rubrique...

Le christianisme est-il voué à disparaître ?

Une question soulevée par le théologien Michel Barlow dans son livre "Pour un christianisme de liberté".

Un contenu proposé par Évangile et liberté

Rien ne remplace la culture

Le manque de visibilité sur la réouverture des lieux de culture est une angoisse permanente. Entretien avec Olivier Arnera, acteur et fondateur de la Sketch’up compagnie.

Un contenu proposé par Le Cep

La culture vivante est-elle vraiment non-essentielle ?

Un directeur de cinéma engagé, un pasteur cinéphile, et un protestant directeur d’une compagnie de théâtre dialoguent autour de la fermeture des lieux culturels et de ses conséquences.

Un contenu proposé par Réforme

L’expédition Lapérouse

Pourquoi l’expédition Lapérouse suscite-t-elle toujours aujourd’hui une telle fascination ?

Un contenu proposé par LibreSens

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

LibreSens

Le blog LibreSens publie des comptes rendus de lecture écrits non par des critiques littéraires ou des journalistes, mais par des lecteurs avertis (pasteurs, laïcs engagés, théologiens, historiens, philosophes, biblistes…), ce qui constitue son originalité. LibreSens est le Club de lecture des amis du CPED (Centre protestant d’étude et de documentation).

Derniers contenus du partenaire