Les suffragettes

Dans le Londres de 1912 une poignée de femmes se bat pour obtenir le droit de vote qui leur permettra de sortir d’une condition de soumission totale sans aucun droit. C’est cette lutte que nous conte le film, à cheval entre la fiction et la reconstitution historique.

Un contenu proposé par Pro-Fil

Publié le 9 décembre 2015

Auteur : Marie-Jeanne Campana

Lire directement l’article sur Pro-Fil

« Suffragettes », ce mot utilisé par certains – et même certaines ! – au mieux avec ironie, au pire avec mépris ou comme insulte, est attribué à des femmes qui défendent leurs droits et ne renoncent jamais à l’idée que, même si elles sont différentes de l’homme, elles sont des êtres humains à part entière et doivent bénéficier des mêmes droits (et être soumises aux mêmes devoirs) que les hommes. C’est ce thème qu’a traité, à travers l’histoire du droit de vote des femmes en Angleterre, la réalisatrice Sarah Gavron. C’est la première représentation sérieuse de ces évènements au cinéma. Et il fallait bien une sensibilité féminine pour rendre cet hommage chaleureux et vibrant à ces pionnières qui doivent rester un exemple pour nous, femmes du XXIème  siècle, tant il est vrai que dans ce domaine rien n’est jamais acquis.

C’est à travers l’histoire fictive d’une ouvrière du textile, Maud, magnifiquement interprétée par Carey Mulligan, dans le Londres d’avant-guerre (1912) que la réalisatrice nous fait revivre la lutte de ces femmes qui avec courage et détermination ont bravé les critiques cinglantes de leurs proches, de leurs voisins, et les réprimandes de leurs maris, qui ont perdu leurs enfants, leur vie personnelle et risqué de perdre leur vie tout court pour sortir d’une situation où les droits élémentaires de l’être humain leur étaient niés, d’une situation de soumission totale à leur mari, c’est lui qui décide de tout y compris pour les enfants, et de soumission à leur employeur, qui exerce son droit de cuissage à volonté. Elles sont moins payées que les hommes (c’est aujourd’hui encore le cas !) et travaillent plus longtemps. […]

Lire la suite sur Pro-Fil

Dans la même rubrique...

Cannes : « The Truman Show » un film qui invite à la réflexion théologique

L'affiche officielle de la 75e édition du Festival de Cannes rend hommage au "Truman Show". L'occasion pour le critique ciné Jean-Luc Gadreau de revenir sur le chef-d'œuvre de Peter Weir, sous l'angle de la métaphore spirituelle.

Un contenu proposé par Campus protestant

« Le monde après nous », une chronique sociale attachante

Le ton n’est absolument pas misérabiliste, même si le film ne cache pas les difficultés sociales des jeunes aujourd’hui.

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville

EO… Requiem pour un âne

EO, du réalisateur polonais Jerzy Skolimowski, décrit l'odyssée existentielle d'un âne avec poésie et contemplation. 

Un contenu proposé par ArtSpi’in

Les Huit Montagnes… reconstruire le rêve perdu

Un film poétique et émouvant sur l'amitié de deux enfants devenus adultes. Des histoires de vies différentes mais tissées entre elles.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Pro-Fil

Fondé par le pasteur Jean Domon, Pro-Fil propose chaque semaine des critiques de films et porte un regard protestant et filmophile sur le cinéma.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast