L’heure du bilan

L’heure du bilan

[Cannes 2015] Douze jours de cinéma, de rencontres, d’échanges : quel bilan pour notre chroniqueur sur la Croisette ?

Un contenu proposé par ArtSpi'in

Publié le 27 mai 2015

Auteur : Jean-Luc Gadreau

Lire directement l’article sur ArtSpi'in

La 68ème édition du Festival de Cannes a déjà tiré sa révérence. Les différents jurys ont proclamé leurs palmarès donnant aux uns de se réjouir et aux autres d’être déçus. Les équipes techniques ont rapidement démonté les installations qui avaient envahies la Croisette. Et je suis rentré à la maison d’où je vous propose maintenant un rapide bilan personnel.

Douze jours de cinéma, de rencontres, d’échanges où pour la quatrième année consécutive j’ai pu aussi vous donner de partager cet événement culturel, considéré comme plus important au monde, sur ce blog, les réseaux sociaux et divers autres médias… avec mon regard subjectif sur les films présentés, le suivi du Jury œcuménique et diverses anecdotes ou photos émaillants naturellement de moments comme ceux-là. Une fois rentré, la question que tout le monde pose généralement : « Alors, était-ce un bon cru ? » nécessite toujours une certaine réflexion. Comme je le disais, la subjectivité est de mise dans la façon de vivre un festival ou, plus simplement, de regarder un film. Beaucoup de facteurs extérieurs interviennent, favorisent un ressenti ou le parasitent. Il suffit de comparer les palmarès avec les prévisions des journalistes (la mienne aussi par exemple) pour se rendre compte que « y’a comme un bug quelque part ». Mais j’oserai quand même répondre à cette fameuse question d’un point de vue assez général en disant que 2015 restera, me semble-t-il, un cru moyen, assez linéaire dans l’ensemble, sans grands extrêmes, ni dans les sommets, ni dans les profondeurs. Globalement, une sélection de qualité, honnête et intéressante.

On peut noter plusieurs choses dans les films présentés cette année. Tout d’abord d’une façon assez générale, le besoin d’évoquer les difficultés des relations humaines, familiales et celles du couple en particulier… je pense à « The Lobster », « Carol », « Youth », « Mia Madre », « Notre petite sœur », « The sea of trees », « Mon roi », « Valley of love » et même, de façon allégorique « Il racconto dei racconti ». Pour beaucoup également, dire quelque choses de social, touchant à la réalité contemporaine d’une société en souffrance, comme « La tête haute », « la loi du marché », « Dheepan », « Chronic » ou d’un passé difficile et marquant aujourd’hui encore, comme « le fils de Saul ». On a pu sentir que la notion de sens était donc très forte et primait généralement sur l’aspect divertissement. […]

Lire la suite sur ArtSpi'in

Dans la même rubrique...

Bac 2019 : l’affaire Dreyfus au menu de l’épreuve d’histoire

Bac 2019 : l’affaire Dreyfus au menu de l’épreuve d’histoire

Ce matin, les élèves des filières L et ES pouvaient plancher sur un sujet en lien avec l’affaire Dreyfus.

Un contenu proposé par

« Et je choisis de vivre »

Un documentaire sorti le 22 mai au cinéma qui aborde le sujet délicat du deuil parental.

Un contenu proposé par
5 juillet 1854. Un opéra protestant de Verdi

5 juillet 1854. Un opéra protestant de Verdi

Émile Souvestre fait partie des auteurs oubliés et méconnus qui jouissent, dès les années 1840, d’une réelle notoriété.

Un contenu proposé par Un jour dans l’histoire

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

ArtSpi’in

Cinéma, culture, sport, spiritualité, société… Autant de sujets de prédilection du blog de Jean-Luc Gadreau, ArtSpi’in. Jean-Luc Gadreau est pasteur, auteur, mais aussi attaché de presse du Jury œcuménique au Festival de Cannes.

Derniers contenus du partenaire

Inscrivez-vous à la newsletter de Regards protestants