Lost City of Z

Lost City of Z

Un explorateur de l'armée britannique sur les traces d’une cité disparue au cœur de la forêt amazonienne. Un film de James Gray.

Un contenu proposé par Pro-Fil

Publié le 7 avril 2017

Auteur : Françoise Lods

Lire directement l’article sur Pro-Fil

Percival Fawcett est un explorateur, colonel de l’armée britannique, à qui fut confiée en 1906 la mission très risquée de se rendre dans la forêt amazonienne afin de cartographier la frontière, alors indécise, entre le Brésil et la Bolivie qui se disputaient sauvagement la culture du caoutchouc. Il part sans enthousiasme, malheureux d’abandonner sa jeune épouse enceinte. Mais une fois au cœur de la forêt amazonienne, il croit découvrir les traces d’une cité disparue, qu’il appelle Z et qui ne lui laisse plus aucun répit : il veut en savoir plus. Il repartira plusieurs fois, tiraillé entre l’affection profonde pour les siens et sa passion pour l’exploration.

Nous voici, comme toujours chez James Gray, face à un film à deux étages. A première vue, c’est un magnifique film d’aventure : nous nous attachons aux pas du colonel Percy, à son regard fiévreux. Nous craignons pour sa vie dans ce monde hostile où la menace est partout : les piranhas dans le fleuve, les serpents dans la forêt, les indiens embusqués, la faim, la folie qui guette.

Et quand enfin il revient à Londres, sain et sauf, on est soulagé ! Sauf que Percy, aimé, compris, soutenu par sa femme, repart en quête de la cité disparue. Jack, son fils aîné est furieux : tu nous abandonnes, tu ne t’occupes pas de nous ! (Le thème de la paternité est récurrent chez James Gray, lui-même étant blessé à cet endroit-là.) Mais lors de la troisième expédition, Jack, atteint de la même passion que son père, part avec lui. […]

 

Lire la suite sur Pro-Fil

Dans la même rubrique...

Tre Piani… drames à tous les étages !

Tre Piani (Trois étages), de Nanni Moretti, explore les peines de la classe moyenne italienne à travers l’histoire de plusieurs familles résidant dans les trois étages d’un immeuble romain.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

Un film de super-héros à la française

On y retrouve les codes du genre : les super-pouvoirs évidemment, les scènes de baston, les effets spéciaux (tout à fait corrects), le grand méchant (pas mal)...

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville

Si le vent tombe

Nora Martirosyan, réalisatrice arménienne nous livre son premier long métrage, Si le vent tombe, sélectionné à Cannes en 2020 et à l’ACID, (Association du cinéma indépendant pour sa diffusion).

Un contenu proposé par Pro-Fil

Heredia Koffi interprète « Le bon Dieu est une femme »

Heredia Koffi, chanteur dans le groupe Family One, rend hommage aux mères et célèbre l'amour inconditionnel de Dieu au travers de la chanson de Corneille.

Un contenu proposé par Campus protestant

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Pro-Fil

Fondé par le pasteur Jean Domon, Pro-Fil propose chaque semaine des critiques de films et porte un regard protestant et filmophile sur le cinéma.

Derniers contenus du partenaire