Lost River

Lost River

Le premier film de Ryan Gosling en tant que réalisateur.

Un contenu proposé par Pro-Fil

Publié le 15 avril 2015

Auteur : Jean Wilkowski

Lire directement l’article sur Pro-Fil

Dans une ville américaine qui se meurt suite à la crise des subprimes, vraisemblablement Detroit, Billy, mère de deux enfants, tente de survivre en devenant actrice dans un music hall sado-maso alors que son fils aîné, Bones, vole du cuivre et, grâce à sa petite amie Rat, découvre une route qui mène à une cité engloutie par la construction d’un barrage.

Les premières scènes montrent des engins en train de détruire des maisons tandis que des habitants déménagent leurs meubles pour fuir leur ville en train de mourir suite à la crise. Le ton est donné ! Restent une mère célibataire, Billy, et ses deux fils dont l’aîné, Bones, est presque adulte. Ces personnages principaux vont suivre deux voies distinctes pour survivre. Billy, accablée de dettes, finit par accepter de se produire dans un cabaret macabre dirigé par un banquier pervers et fréquenté par des clients souhaitant oublier leurs malheurs. Les scènes gore se succèdent dans une atmosphère trouble et fantasmagorique : effusions de sang, enfermement dans des sarcophages de verre, visage tailladés… Ryan Gosling filme dans la droite ligne de l’expressionnisme du cinéma allemand des années 1930 et c’est très convaincant. […]

Lire la suite sur Pro-Fil

Dans la même rubrique...

Vincent Lindon, président du jury à Cannes

L’acteur, prix d’interprétation en 2015 et acteur dans “Titane”, la Palme d’or 2021, sera le président du jury du 75e Festival de Cannes, lequel se tiendra du 17 au 28 mai prochain.

Un contenu proposé par Réforme

Aristocrats… d’amour et de liberté

Le cinéma japonais nous réserve régulièrement de vraies pépites filmiques. Dans "Aristocrats" de Yukiko Sode, nous suivons deux Tokyoïtes de classes sociales différentes qui entretiennent une relation amoureuse avec le même homme.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

« En thérapie » : la magie opère à nouveau !

En face du même psy, le Docteur Dayan, toujours incarné à la perfection par Philippe Pierrot, on rencontre quatre nouveaux patients.

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville

« L’ombre d’un mensonge » : une histoire d’amour triste et belle

C’est un film tout en retenue, d’un romantisme déchirant et sobre à la fois.

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Pro-Fil

Fondé par le pasteur Jean Domon, Pro-Fil propose chaque semaine des critiques de films et porte un regard protestant et filmophile sur le cinéma.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast