Lost River

Lost River

Le premier film de Ryan Gosling en tant que réalisateur.

Un contenu proposé par Pro-Fil

Publié le 15 avril 2015

Auteur : Jean Wilkowski

Lire directement l’article sur Pro-Fil

Dans une ville américaine qui se meurt suite à la crise des subprimes, vraisemblablement Detroit, Billy, mère de deux enfants, tente de survivre en devenant actrice dans un music hall sado-maso alors que son fils aîné, Bones, vole du cuivre et, grâce à sa petite amie Rat, découvre une route qui mène à une cité engloutie par la construction d’un barrage.

Les premières scènes montrent des engins en train de détruire des maisons tandis que des habitants déménagent leurs meubles pour fuir leur ville en train de mourir suite à la crise. Le ton est donné ! Restent une mère célibataire, Billy, et ses deux fils dont l’aîné, Bones, est presque adulte. Ces personnages principaux vont suivre deux voies distinctes pour survivre. Billy, accablée de dettes, finit par accepter de se produire dans un cabaret macabre dirigé par un banquier pervers et fréquenté par des clients souhaitant oublier leurs malheurs. Les scènes gore se succèdent dans une atmosphère trouble et fantasmagorique : effusions de sang, enfermement dans des sarcophages de verre, visage tailladés… Ryan Gosling filme dans la droite ligne de l’expressionnisme du cinéma allemand des années 1930 et c’est très convaincant. […]

Lire la suite sur Pro-Fil

Dans la même rubrique...

Débora Mistretta : le courage d’accepter d’être aimé

Débora Mistretta, pasteure et comédienne en Alsace, relit le théologien Paul Tillich à la lumière de la pandémie du Covid. Un appel au courage qui conduit aussi à accepter cette part d’angoisse qui est en nous.

Un contenu proposé par Campus protestant

J’ai tué le soleil

Dans Oxebo, Emmanuelle Klein reçoit Winschluss pour son nouveau roman graphique "J'ai tué le soleil".

Un contenu proposé par Fréquence Protestante

Annette… un drame surréaliste

Pour ouvrir les festivités cannoises, Leos Carax avec Annette qui sort dans les salles de cinéma ce même jour. Un drame musical surréaliste imaginé par le groupe pop Sparks et avec Adam Driver et Marion Cotillard en tête d’affiche.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

The French Dispatch… No crying

À l’heure où le journalisme est souvent décrié, voir insulté, Wes Anderson nous offre, avec The French Dispatch, sa lettre d’amour à la presse écrite.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Pro-Fil

Fondé par le pasteur Jean Domon, Pro-Fil propose chaque semaine des critiques de films et porte un regard protestant et filmophile sur le cinéma.

Derniers contenus du partenaire