Misérables… mais brillant !

Misérables… mais brillant !

Avec Les Misérables, qui sort ce mercredi 20 novembre, le réalisateur Ladj Ly signe un premier long métrage plein de force et d’intelligence.

Un contenu proposé par ArtSpi'in

Publié le 20 novembre 2019

Auteur : Jean-Luc Gadreau

Un film qui marque les esprits et parvient à livrer un regard équilibré sur la situation des banlieues. Prix du Jury lors du dernier festival de Cannes, ex-aequo avec le brésilien Bacurau, le film a depuis été acheté par Amazon pour les États-Unis, vendu dans plus d’une cinquantaine de pays et choisi pour représenter la France aux Oscars.

Stéphane, tout juste arrivé de Cherbourg, intègre la Brigade Anti-Criminalité de Montfermeil, dans le 93. Il va faire la rencontre de ses nouveaux coéquipiers, Chris et Gwada, deux « Bacqueux » d’expérience. Il découvre rapidement les tensions entre les différents groupes du quartier. Alors qu’ils se trouvent débordés lors d’une interpellation, un drone filme leurs moindres faits et gestes… 

Prévisible à certains endroits, mais surtout captivant et provocateur à d’autres, ce premier film offre un début impressionnant à Ladj Ly. S’inspirant des émeutes qui ont éclaté au pied de son immeuble en 2005, Les Misérables vibre d’une inébranlable authenticité que l’on ne peut obtenir que par l’expérience directe. Nous sommes à la mi-juillet 2018, et la foule parisienne est descendue dans la rue pour célébrer la victoire dans cette Coupe du Monde disputée à la maison. La caméra se fixe sur un jeune garçon musulman nommé Issa. C’est une belle scène, émouvante même… mais la France ne peut pas gagner la Coupe du Monde tous les jours. Issa est déjà assez vieux pour savoir que toute cette joie va se durcir en hostilité quand le soleil se lèvera le lendemain matin. Et c’est d’ailleurs dans un commissariat de police que la caméra le retrouvera un peu plus tard.

Ly tente alors de révéler toute la topographie de Montfermeil, depuis les enfants laissés en grande partie à eux-mêmes dans la rue, jusqu’aux gitans qui dirigent un cirque itinérant, en passant par les membres des Frères musulmans qui cherchent à imposer leur ordre religieux au quartier, sans oublier, bien sûr, la police au travers de ces trois membres de la BAC (Brigade Anticriminalité). Une fois l’intrigue lancée, quelques acteurs clés émergent, dont Issa (l’émouvant Issa Perica) qui vole un bébé lion du cirque et démarre presque une guerre des gangs entre les gitans, menés par le combatif Zorro (Raymond Lopez), et les locaux, menés par « le maire » (Steve Tientcheu). Les trois flics interviennent dans l’espoir d’éviter le chaos, mais lorsque Gwada tire au flash-ball et arrache presque l’œil d’Issa, les choses vont de mal en pis en quelques heures, avec Stéphane – le seul policier qui conserve une certaine boussole morale – faisant ce qui lui semble juste mais ne l’aidant pas nécessairement à s’améliorer.

Les Misérables révèle comment les actions de quelques-uns, justes ou non, ne peuvent pas changer grand-chose à un lieu qui a été plus ou moins laissé pour compte dans son propre chaos. On a parfois l’impression d’une certaine exagération brutale, mais Ly étire sans doute la réalité pour obtenir un effet on ne peut plus dramatique. Dans le même temps, il dépeint également Montfermeil avec beaucoup de compassion et tendresse, et même un certain humour, montrant comment des enfants des rues, des voyous endurcis et des policiers (plus ou moins véreux) essaient tous de joindre les deux bouts dans un monde où, au final, la loi du plus fort l’emporte toujours. Le film montre notamment que tout le monde passe son temps à donner des gages aux autres, à tempérer des situations potentiellement explosives, à asseoir son autorité, à défendre son pré carré… Mais Ladj Ly choisi aussi, et avec raison, de ne pas tomber dans certains clichés habituels que l’on peut trouver dans les reportages sur la banlieue, façon « Enquête exclusive » avec, pour lui surtout la volonté d’être au plus juste : « ni pro-banlieusards, ni anti-condés ». Ladj précise sa pensée ainsi : « J’ai tout fait pour éviter le parti pris. Malgré ce qu’on a pu vivre, malgré nos rapports très compliqués avec les policiers, on a essayé d’être les plus justes possibles. Parce qu’en tant que cinéaste, j’ai une responsabilité et que le sujet est trop grave pour commettre des approximations ou pour porter des jugements sur mes personnages. Les misérables de mon film, ce ne sont pas que les habitants : j’y inclus les policiers qui évoluent dans cet univers, qui sont payés une misère pour faire un métier très difficile ». Prouesse également du réalisateur de parvenir à élargir le sujet pour toucher au plus large. Car, si l’action a beau se dérouler dans une banlieue française, comme une partie des Misérables de Victor Hugo, « c’est un film qui est universel », a déclaré Ladj Ly à l’AFP sur le tapis rouge du festival Colcoa de Los Angeles, dédié au cinéma français.

Dans le dernier tiers du film, l’histoire passe à la vitesse supérieure. Cette dernière demi-heure, totalement hallucinante et sauvage, est une démonstration de force cinématographique restituant l’atmosphère de guerre urbaine ressentie en 2005. Elle se conclue sur un plan terriblement angoissant, qui résume d’une certaine façon toute l’histoire. Enfin, mention personnelle pour le choix de la musique électro de Pink Noise en BO, qui augmente la tension dans les endroits clés et évite l’habituelle bande son hip-hop typique pour ce genre de sujet.

Sur le même thème

Roubaix, une lumière… pour questionner la vérité

Roubaix, une lumière… pour questionner la vérité

Ce film s’inscrit dans une ambiance policière « à la française », retraçant une sordide histoire vraie dans une des villes de France où le taux de pauvreté est le plus élevé.

Un contenu proposé par ArtSpi’in
« Dans leur regard », plus qu’une série !

« Dans leur regard », plus qu’une série !

Cinq adolescents noirs et latinos condamnés pour un crime qu’ils n’ont pas commis. "When They See Us", mini-série en quatre épisodes est diffusée actuellement sur Netflix.

Un contenu proposé par ArtSpi’in
Swagger, une autre image des banlieues

Swagger, une autre image des banlieues

Au cinéma, le documentaire Swagger présente le témoignage de onze enfants d'Aulnay-Sous-Bois, filmé par Olivier Babinet.

Un contenu proposé par

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

ArtSpi’in

Cinéma, culture, sport, spiritualité, société… Autant de sujets de prédilection du blog de Jean-Luc Gadreau, ArtSpi’in. Jean-Luc Gadreau est pasteur, auteur, mais aussi attaché de presse du Jury œcuménique au Festival de Cannes.

Derniers contenus du partenaire

Abonnez-vous à un média protestant !