histoire

Napoléon et la question des mœurs (4/4)

Le bicentenaire de la mort de Napoléon est l’occasion de revenir, en 2021, sur les questions qui « fâchent » – ici, la question des mœurs, en replaçant l’homme dans son temps et en lui rendant la place unique qu’il y tient.

Un contenu proposé par Réforme

Publié le 18 septembre 2021

Auteur : Martine Lecoq

Le Code civil de 1804 ou Code Napoléon est extrêmement nuisible aux femmes. Elles redeviennent mineures sur le plan matériel et juridique, ce qu’elles étaient sous l’Ancien Régime mais n’étaient plus tout à fait depuis la Révolution. Les gouvernements qui suivront, durant le XIXe siècle, n’y voudront rien changer. Louis XVIII obscurcit même le tableau dès 1816 en abolissant le droit au divorce, pourtant décrété par la Révolution en 1792 et conservé en partie par Napoléon.

L’homosexualité, passible de prison voire de mort sous l’Ancien Régime, est dépénalisée sous la Révolution et sous l’Empire. C’est seulement après 1830 que les homosexuels seront de nouveau « fichés ».

La prostitution, très cruellement punie avant 1789, est elle aussi dépénalisée par la Révolution mais laissée à vau-l’eau. Napoléon va ouvrir et légaliser les maisons closes. La dépénalisation perdure à condition que les prostituées soient […]

Poursuivez votre lecture gratuitement sur le site de Réforme

Dans la même rubrique...

Julie (en 12 chapitres)… choisir sa vie

Auréolé du prix d'interprétation féminine pour Renate Reinsve au dernier Festival de Cannes, le film "Julie (en 12 chapitres)" sort en salles ce mercredi 13 octobre.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

Dune

Visuellement spectaculaire, la nouvelle adaptation du célèbre roman par Denis Villeneuve aborde des thématiques essentielles telles que l'écologie, le colonialisme ou encore certains thèmes religieux comme l'attente du messie.

Un contenu proposé par Pro-Fil

Bobby Fischer

"Bande dessinée en fugue", une chronique de Thierry Saint-Solieux, au micro de Fabrice Henriot.

Un contenu proposé par Radio Semnoz

Cette musique ne joue pour personne… Ferme les yeux. Tu vois quoi ?

Présenté au Festival de Cannes dans la sélection Cannes Première, "Cette musique ne joue pour personne" sort maintenant en salles pour apporter un peu de baume au cœur, car avec Samuel Benchetrit et sa bande… tout est joie !

Un contenu proposé par ArtSpi’in

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réforme

Chaque semaine, Réforme commente les grands événements politiques, économiques, les phénomènes de société ainsi que les débats sociaux. Il offre un éclairage original sur l’actualité religieuse, artistique et littéraire.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants