Nom d'une pipe !

Nom d’une pipe !

Jusqu’au 2 janvier, le Centre Pompidou à Paris propose une exceptionnelle rétrospective consacrée au peintre belge René Magritte, réunissant une centaine de ses chefs-d’œuvre et intitulée « Magritte, la trahison des images ».

Un contenu proposé par ArtSpi'in

Publié le 21 octobre 2016

Auteur : Jean-Luc Gadreau

L’exposition propose une approche à ce jour inédite de l’œuvre de l’artiste belge René Magritte. Rassemblant les œuvres emblématiques, comme d’autres peu connues de l’artiste, provenant des plus importantes collections publiques et privées, l’exposition offre une lecture renouvelée de l’une des figures magistrales de l’art moderne.

René Magritte souvent qualifié de peintre surréaliste est sans doute un artiste un peu à part. Cette rétrospective magistrale parisienne nous permet d’entrer dans le mystère du personnage. Le titre même de l’exposition permet de percevoir une forme de technique particulière du peintre visant à questionner le passant. Chaque tableau interroge et devient une forme d’énigme à déchiffrer avec en même temps une efficacité redoutable pour produire un impact saisissant. Des œuvres qui ainsi s’adressent à tous à tel point que beaucoup d’entre elles ont été reproduites en posters. Et on les retrouve aussi bien dans des salles d’attente de médecins, des chambres d’ados que dans des salles à manger de bien des générations. « C’est un artiste à la fois très grand public et très conceptuel, sophistiqué », fait remarquer Didier Ottinger, commissaire de l’exposition.

Magritte s’adresse donc à l’esprit tout en provoquant des émotions. Il adopte donc une langue simple et visuelle. Il fusionne langage et image, ce qui, pour beaucoup, pourrait être une forme d’injure à un art majeur… laissant ce genre de procédés à un niveau inférieur que serait la communication, ou la publicité. Pas étonnant d’ailleurs que Magritte ait été tant « pillé » dans la pub. Sorte de « peintre de la matière grise », il réconcilie l’œil et l’esprit, les mots et les choses. En cela, bien qu’il soit généralement qualifié de surréaliste, il s’oppose pourtant à eux.

Aller à Beaubourg, rencontrer l’œuvre de Magritte, peut ressembler à un travail éducatif. Nombre de ses œuvres illustrent les difficultés de la communication, sa diversité et ses richesses. Une façon alors de nous initier à la compréhension de l’image, à la lecture de l’invisible et du visible. Et tout cela est extrêmement contemporain, actuel, dans une société où cette capacité d’analyse devient tellement indispensable. Dans la vie quotidienne, nous n’avons que rarement conscience du niveau de regard que nous portons sur ce que nous vivons, ou voyons. Et Magritte interpelle précisément sur cette question fondamentale. En même temps, il n’explique rien totalement, il peint tout simplement mais en nous devançant, en étant, en quelque sorte, porteur d’un art prophétique.

Au final, les images sont-elles donc d’affreuses traîtresses, comme le suggère le titre de l’exposition ? Oui et non, bien entendu, et rien n’est résolu. Soyons clair, malgré tout, Magritte n’a finalement pas résolu les contradictions et c’est tant mieux. Iconophiles contre iconoclastes – un problème très protestant par ailleurs – il livre une « machine à pensée fumante » et une peinture diablement dialectique, que l’on regarde toujours avec beaucoup d’intérêt et d’admiration.

Et à propos de fumée, comment ne pas évoquer la fameuse pipe de Magritte qui ne l’est pas… mais quand même un peu… et qui revient d’ailleurs comme une sorte d’objet fétiche pour le peintre. Si l’on devait donner une définition à sa pipe, on pourrait la comparer à la raison. Elle génère de la fumée mais pas seulement. Elle produit aussi de la lumière et elle est l’outil du bon sens, tellement à l’image de l’apport de Magritte à la culture contemporaine.

Découvrez d’autres contenus sur le blog ArtSpi’in

Dans la même rubrique...

Dans la fabrique des identités : embarras, dérives et ouvertures

De quoi nos identités sont-elles constituées ? Un double regard d'anthropologue et de théologien.

Un contenu proposé par Éditions Olivétan

« Tenet », sans doute le film le plus jubilatoire de Nolan

On retrouve un thème de prédilection de Nolan, le temps, qu’il triture dans tous les sens à partir de la thèse de l’inversion du temps.

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville

La chronique cinéma de Fréquence protestante

Garance Hayat présente les films à l'affiche avec notamment "Family Romance" de Werner Hertzog, "Citoyens du monde" de Gianni di Gregorio et s'entretient avec Eric Barbier, réalisateur de "Petit pays".

Un contenu proposé par Fréquence Protestante

Retourner au musée en compagnie de Louis de Funès

L’exposition de Funès à la Cinémathèque française est une grande réussite populaire, adaptée à tous les âges.

Un contenu proposé par Le bal littéraire des sardines

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

ArtSpi’in

Cinéma, culture, sport, spiritualité, société… Autant de sujets de prédilection du blog de Jean-Luc Gadreau, ArtSpi’in. Jean-Luc Gadreau est pasteur, auteur, mais aussi attaché de presse du Jury œcuménique au Festival de Cannes.

Derniers contenus du partenaire

Découvrez le blog Regards sur les paroisses