La femme au tableau

Parce qu’elle le vaut bien…

Un récit historique, plus de huit années de combats juridiques entre une vieille femme et un Etat, n’assurait pas forcément de livrer un grand film. Le pari fut pourtant relevé et gagné par le le réalisateur anglais Simon Curtis, avec le film "La femme au tableau" (Woman in gold).

Un contenu proposé par ArtSpi'in

Publié le 30 juillet 2015

Auteur : Jean-Luc Gadreau

Lire directement l’article sur ArtSpi'in

Cette histoire, c’est celle de Maria Altmann, octogénaire Juive américaine d’origine viennoise, et de son jeune avocat, Randol Schoenberg, et surtour de leur long et insensé combat pour récupérer cinq tableaux de Gustav Klimt volés par les nazis à sa famille et légués après la guerre à l’Etat autrichien dans des conditions testamentaires troubles. Au cœur de cette histoire, en particulier, le célèbre portrait d’Adele Bloch-Bauer (sa tante) également appelé La dame en or comme l’évoque l’ouverture du film avec ses feuilles d’or utilisées par l’artiste pour peindre cette œuvre.

La femme au tableau est pour moi en tout point magnifique et plein d’équilibre, comme une toile parfaitement réalisée. Un film évidement d’une immense sensibilité qui ne tombe jamais dans le larmoyant trop facile. Un film utile d’un point de vue du récit historique, qui s’avère toujours être d’actualité par différentes affaires récentes et toujours en cours. Un film qui permet de redire intelligement l’horreur d’une période sombre de l’histoire et de la souffrance subit par tant de familles. Un film beau aussi tout simplement tant par l’image et le son (Martin Phipps et Hans Zimmer à la BO !) que par les personnages portés par un casting remarquable. […]

Lire la suite sur ArtSpi'in

Dans la même rubrique...

Plumes

En Égypte, un tour de magie raté transforme un père de famille en poule. Jusque-là affectée aux tâches les plus harassantes et habituée à la discrétion, la mère se voit contrainte de subvenir aux besoins du foyer. Un premier film burlesque et politique.

Un contenu proposé par Pro-Fil

« Le monde après nous », une chronique sociale attachante

Le ton n’est absolument pas misérabiliste, même si le film ne cache pas les difficultés sociales des jeunes aujourd’hui.

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville

« L’ombre d’un mensonge » : une histoire d’amour triste et belle

C’est un film tout en retenue, d’un romantisme déchirant et sobre à la fois.

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville

Et il y eut un matin

Sami vit à Jérusalem avec sa femme Mira et leur fils Adam. À l'occasion du mariage de son frère, il revient dans le village arabe où il a grandi. Mais pendant la nuit, le village est encerclé par l'armée israélienne et la famille ne peut plus repartir.

Un contenu proposé par Pro-Fil

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

ArtSpi’in

Cinéma, culture, sport, spiritualité, société… Autant de sujets de prédilection du blog de Jean-Luc Gadreau, ArtSpi’in. Jean-Luc Gadreau est pasteur, auteur, mais aussi attaché de presse du Jury œcuménique au Festival de Cannes.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast