Femmes

Ramabaï Medhavi, pour la liberté des femmes indiennes

Pionnière des droits des femmes en Inde, enseignante hors-pair et chrétienne engagée. Rencontre avec une femme historique.

Un contenu proposé par Servir ensemble

Publié le 20 mai 2022

Lire directement l’article sur Servir ensemble

Ramabaï Medhavi Sarasvati, née Ramabaï Dongre mais plus connue sous le nom de Pandita Ramabaï, naît dans une famille aisée à Mangalore, le 23 avril 1858. Elle est issue de la caste supérieure des brahmanes (les prêtres hindous). Son père souhaitait faire bouger les choses et c’est pour cela qu’il était « réformateur orthodoxe ». Il était appelé « Orthodoxe », car doté d’une piété hors du commun ; ses changements furent donc mieux vus par ses pairs, réfractaires aux évolutions.

Anandha Shastri Dongre, le père de Ramabaï Medhavi, souhaitait en effet ouvrir l’enseignement aux femmes. Sa fille en profita, et démontra tout de suite une aisance exceptionnelle, ce qui lui valut très tôt le titre de Pandita, qui signifie « maître à penser » ou « sage ». Sa grande sœur avait été mariée très jeune, mais cela s’étant mal passé ses parents n’ont pas organisé de mariage pour Pandita Ramabaï. Elle perd ses parents avant ses 20 ans. A ce moment, Ramabaï se sent abandonnée des dieux hindous. Elle se marie à 22 ans, de son propre chef, avec un homme issu d’une caste inférieure, avec qui elle aura une fille, Manorama. Malheureusement, son mari, Bipin Mihari Medhavi, décéda avant leur deuxième anniversaire de mariage.

Pandita Ramabaï continuait de se battre pour la place des femmes dans la société hindoue, et particulièrement pour les enfants-veuves. Les femmes étant mariées extrêmement jeunes, avec des hommes parfois beaucoup plus âgés, elles pouvaient se […]

Lire la suite sur Servir ensemble

Vous pourriez aimer aussi

Faut-il demander pardon pour la domination masculine ?

Quand les offenses viennent d’un système injuste dans lequel nous vivons et auquel nous participons, comment demander pardon ?

Un contenu proposé par Servir ensemble

Quand le baptême devient l’occasion de « servir ensemble »

Elise Desmets nous décrit comment des baptêmes célébrés dans la communauté où elle sert parmi les responsables ont amené à des réflexions bien stimulantes.

Un contenu proposé par Servir ensemble

Violences conjugales, divorce et Malachie

Malachie 2 : 16 est souvent cité par des responsables d’Église lorsqu’ils insistent pour qu’une femme violentée reste dans le foyer conjugal.

Un contenu proposé par Servir ensemble

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Servir ensemble

Le blog de la pasteure Joëlle Sutter-Razanajohary et de la théologienne Marie-Noëlle Yoder. « Servir ensemble » revisite la complémentarité hommes/femmes dans les Églises évangéliques.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast