Rencontre avec… Noire n’est pas mon métier

Rencontre avec… « Noire n’est pas mon métier »

Cet essai du collectif Diaspor’Act met en lumière les discriminations dont les comédiennes noires ou métisses font l’objet

Un contenu proposé par ArtSpi'in

Publié le 18 août 2019

Auteur : Jean-Luc Gadreau

Pour témoigner de son engagement en faveur des femmes et de la diversité, la section décryptage de la 33e édition du FIFF (Festival international de Film de Fribourg) s’est façonnée autour de l’essai « Noire n’est pas mon métier ». Le milieu du cinéma français se révèle en effet contrit de stéréotypes condamnant les actrices afro-descendantes à incarner des personnages inlassablement subalternes, voire invisibles. Parmi les seize comédiennes invitées, l’actrice et réalisatrice, curatrice de cet événement, Magaajyia Silberfeld, 24 ans, Nigérienne par sa mère, Française et juive polonaise par son père. Mais également Mata Gabin et Marie-Philomène Nga que j’ai eu le plaisir de rencontrer également, étant personnellement sur place comme président du Jury œcuménique.

Retour en interview avec ces trois artistes, pour mieux comprendre l’enjeu derrière ce livre et ce collectif.

JLG : Alors… racontez-moi la genèse de tout ça.

Mata Gabin : C’est tout simplement un livre manifeste qui nous a réunis car il y a une problématique importante qui mérite d’être soulevé et qui mérite l’attention de tous les citoyens français et de l’éclairage du monde.

Marie-Philomène Nga : C’est l’actrice Aïssa Maïga qui a été un bel instrument pour ce rassemblement sachant que le propos que nous traitons ne date pas d’aujourd’hui.

Magaajyia Silberfeld : Aïssa Maïga m’avait contactée pour me parler du projet. Faire un recueil ensemble pour témoigner de nos réalités. Elle m’a demandé de parler d’une expérience qui me serait arrivée. Nous avions une deadline de 3 mois. Ça a été un gros succès. Puis nous sommes allées au Festival de Cannes pour promouvoir la sortie du livre. Ce fut très émouvant. Nous étions toutes habillées en Balmain. C’était mon idée que nous soyons toutes habillées en Balmain pour Olivier Rousteing qui est métisse aussi et qui a fait ce truc Balmain Army… voilà ! J’ai pensé à ça ! Ensuite, ça a explosé. Le mouvement a inspiré beaucoup de gens !

Comment décririez-vous simplement la problématique ?

MG : Noire n’est pas mon métier, c’est le fait que, dans une société qui se dit et qui se veut plurielle, ouverte à la diversité, qui dit ne pas mettre certains citoyens de côté, ce n’est précisément pas du tout ce qui se passe. D’une certaine façon on est mises de côté, et d’une façon très stigmatisante assez souvent. Il y a une vraie dichotomie entre le langage des institutions et la réalité du cinéma et de la télévision. Entre le dire et le faire il y a quelque chose de très différent !

MS : Pour ma part, ça fait longtemps que j’ai remarqué que lorsque l’on est métisse c’est très difficile d’obtenir des rôles, et même d’ailleurs parfois d’avoir un agent. On reçoit certes des propositions de castings mais sans que ne soit précisé que le rôle est pour un type caucasien. Pour la production, il est logique que la personne soit blanche alors qu’en fait cela ne l’est absolument pas… la couleur n’a rien à voir avec la plupart des rôles !

MPN : Là nous parlons dans notre domaine d’activité, l’actorat. Mais cela se retrouve, d’une manière générale, dans bien d’autres domaines. Nous, nous avons eu l’opportunité de pouvoir dire cette chose car nous avons la chance d’être entendues. Mais quelque part nous avons eu l’immutation quand le livre est sorti toutes ces personnes qui se reconnaissent dans ces propos.

Pouvez-vous me donner des exemples ?

MG : On aurait pu parler, par exemple de la location pour un appartement. Pour une personne noire qui veut louer un appartement c’est extrêmement compliqué, car on est censé être pauvre, censé être des mauvais payeurs, etc. ! Donc voilà !

MPN : Autre chose, ce qui est marrant, c’est le nom ! Par exemple, il y en a parmi nous qui ont changé de nom pour avoir une consonance plus française… donc ça peut passer, mais quand le contact est établi et que l’on voit la personne. Et bien, non !

MG : Ça m’est arrivé au téléphone à 14h, d’obtenir un rendez-vous pour visiter un appartement. J’arrive à 15h30… et on me dit qu’il est déjà loué. Ce qui est forcément faux, car quand on sait toutes les démarches qu’il faut faire avant de pouvoir vraiment louer et faire signer le bail. Donc c’est du pur racisme total, vraiment total.

Magaajyia, peux-tu nous raconter plus précisément une expérience vécue ? Comment tu ressens le problème plus personnellement ?

MS : Ma précédente agent ne me comprenait absolument pas. Quand je lui ai dit : « Écoute, il faudrait bien que vous me soumettiez à des castings où on ne demande pas spécifiquement un rôle de noir ou de métisse », elle m’a tout simplement virée ! J’ai perdu un an avec quelqu’un qui ne croyait pas en moi. Qui ne se battait pas pour que j’aille dans les bons castings. Aujourd’hui j’ai pu changer. Cela m’a pris 6 mois quand même pour retrouver quelqu’un en qui je pouvais avoir confiance. Donc maintenant je suis avec des gens très bien je le sens. Je sens qu’ils m’aiment. Qu’ils veulent que j’avance. Ils me poussent. À titre personnel, pour moi, c’est surtout dans les castings où il y a un problème. Je n’ai pas les mêmes droits que les autres filles blanches. Elles, elles ont des castings tous les mois et pas moi… Pourtant on est autant française !

Dans le film ‘’Belle’’ (présenté lors du FIFF) nous voyons que ce n’est pas nouveau, que cela a bien-sûr évolué, mais peut-être pas tant que cela. Par exemple, ce moment où le père de la jeune fille métisse la ramène dans sa demeure (l’histoire se déroule dans la haute bourgeoisie anglaise). La première chose que dit l’oncle qui l’accueille : « Tu ne nous as pas dit qu’elle était noire ! » C’est au moment où il la voit. C’est assez typique finalement.

MPN : Ça me rappelle un sketch de Muriel Robin : « Ma fille est noire… noire, noire… mais elle a les yeux clairs ! » Hélas, c’est quelque chose qui ne me surprend même plus. Il faut comprendre que nous ne sommes pas dans une position revancharde. Mais tout simplement c’est la description de la situation telle qu’elle est, telle que nous la vivons au quotidien.

MG : Moi, je dis souvent qu’il y a des énergies, des forces et des talents en toutes choses, dans toutes les couleurs de peaux, dans tous les genres, toutes les religions… Se couper de certaines fait vieillir les idées, vieillir un pays et le rend moins compétitif. À l’heure de Netflix, d’Internet, les informations circulent, les objets artistiques circulent. Si la France ne fait pas attention, elle deviendra un pays où la culture vieillie et s’appauvrie.

Mata Gabin et Marie-Philomène Nga

Mata Gabin et Marie-Philomène Nga

Alors que potentiellement justement elle a tout…

MG : Elle a tout ce qu’il faut pour être compétitive. Et peut-être, bien plus que d’autre encore.

Quels corps de métiers trouve-t-on dans le collectif ?

MG : Nous sommes toutes tournées vers l’artistique, en fait. 

MPN : Actrices, chanteuses, réalisatrices, productrices, humoristes…

Depuis la sortie du livre et le Festival de Cannes, voyez-vous une certaine évolution ? Des répercussions positives à votre action ? 

MG : Déjà sans le livre nous ne serions pas là, à Fribourg… Il y a donc bien des effets positifs.

MS : J’ai eu le plaisir de monter cette section avec Thierry Jobin, directeur du FIFF, qui me l’a proposé lors de notre rencontre à Cannes. J’étais assise à côté de lui lors d’un dîner pendant le festival. Ensuite, toutes les filles on choisit un film. La coordination fut un peu compliquée, car on est seize, quand même J !

MG : En fait, après le livre, tout est allé vraiment très vite. On s’était réunies avant Cannes pour voir comment nous allions faire. Comment on allait se positionner. Et en fait c’est après que j’ai pris la mesure de ce que l’on avait fait. Sur le moment comment on va s’habiller, à quelle heure… Pour la montée des marches, qui sera devant… voilà, l’organisation… ! On était dans le jus comme on dit. C’était comme le coup de feu au resto ! Et c’est après, avec le recul, le regard des gens, leurs commentaires, c’est dans les autres que j’ai vu l’impact de ce que l’on avait fait.

MPN : Au cours des différentes dédicaces que nous avons pu faire ici et là, nous avons eu la reconnaissance, les remerciements des gens qui attendaient que cela se disent et qu’il était vraiment temps. Mais est-ce que cela a changé ? En fait, peut-être des petites choses…

MG : Oui ! des petites choses pour l’instant. Mais on ne change pas, comme ça en un jour, des années de fonctionnement.

C’est donc déjà une question de prise de parole… faire entendre le message ?

MPN : Oui, mais il y a du travail. Beaucoup de travail !

MG : Cela permet d’en parler mais aussi… mais aussi de réaliser qu’il n’y a pas que moi qui pense ça ! Je n’étais pas complètement parano et en plein délire. On déjà au moins seize à être d’accord. Donc les gars, voilà ce n’est pas de la paranoïa !

Vous n’êtes que des femmes dans le collectif. Un choix assumé ?

MG : Nous sommes un groupe de femmes rassemblées comme ça, parce que c’est une femme qui a été l’instigatrice de cela. C’est le côté miroir, elle est venue chercher les personnes qui lui ressemblaient. Dans un élan, dans un premier temps, parce que les femmes dans ce milieu ont sans doute un positionnement particulier. Une femme voit sa carrière s’arrêter avec l’âge, tandis qu’un homme plus il murit, plus il est super… Donc, il y a aussi ce besoin de monter au créneau en tant que femme parce que l’on a parfois la double ou triple peine…

MPN : Nous sommes dans une époque, et on le voit un peu partout indépendamment même du phénomène MeToo, où nous avons besoin, je crois, de plus en plus de femmes compétentes à la tête des lieux ou l’on prend les grandes décisions. Le monde tel qu’il est fait, tel qu’il est façonné aujourd’hui, est un monde politique des hommes. Et il faut des femmes avec les hommes. Nous avons deux yeux, par exemple. Lequel est le plus important ? Le gauche ou le droit ? Les deux sont importants et c’est la même chose pour la place d’une femme dans une société.

MG : Il nous faut être des alliés. Moi je trouve que le mot égalité ne convient pas. On ne peut pas être égaux parce que nous ne sommes pas les mêmes. Ce n’est pas possible. Par contre, il faut que nous soyons des alliés. Il faut vraiment que l’on soit main dans la main, sans hiérarchie…

Magaajyia Silberfeld

Et ce FIFF, quelles sont vos impressions ?

MG : On s’éclate ! Ça se passe très, très bien. Nous avons eu un super accueil. Toute l’équipe encadrante est vraiment adorable. Nous avons pu découvrir également de nombreux films. Et moi, j’ai découvert la Suisse. C’est ma première fois en Suisse et à Fribourg ! Ça me donne envie de revenir. Ce sont des moments vraiment fort sympathiques !

MPN : J’ai appris qu’à la création, c’était un festival engagé dans le rapport sud et nord. Il s’appelait Le festival des films du Tiers-Monde. Je ne sais pas ce qui est tiers et ce qui est quart mais au moins de savoir qu’il était engagé, c’est important. J’ai même vu que l’un des premiers présidents était d’origine Haïtienne. C’est l’engagement pour une humanité commune plutôt que la séparation qui est prôné ici.

Magaajyia, tu as choisi quel film dans votre sélection ?

MS : Le film Al’lèèssi… une actrice africaine, qui est un film de Rahmatou Keïta, qui parle de Zalika Souley, la première actrice du cinéma africain qui a vraiment marqué les esprits. Il évoque les pionniers du cinéma africain qui viennent du Niger. J’ai trouvé que cela correspondait complètement à notre thématique.

Vous avez des projets particuliers ?

MG : Ensemble, c’est l’anniversaire de la sortie du livre. Après, c’est surtout des projets à titre personnel.

Alors vous trois, justement ?

MPN : Moi, je peux dire que j’attends la fin du montage du cours métrage qui s’appelle Mama lovadans le lequel j’ai tenu le rôle principal et puis il y a une série qui arrive pour Trace TV qui s’appelle Bêtes de son,dans lequel j’ai un rôle très sympathique et puis pas mal de théâtre. Je reprendrai notamment Dans la solitude des champs de cotonde Bernard-Marie Koltès et avec Charles Berling acteur et metteur en scène. Il y a aussi autre chose qui m’intéresse beaucoup, c’est la transmission ! La transmission pour les générations à venir. Je suis franco-camerounaise. Nous avons mis en place, et ce sera la 4e édition le 30 novembre prochain, l’Académie des Sotigui. Elle récompense les meilleurs acteurs de l’Afrique et de toute la diaspora. La diaspora des afro-descendants avec le souci de la formation et de la compétence pour de véritables actrices et acteurs. Il y a pas mal de choses, des projets de théâtres qui se profilent. On est toujours en train de faire et d’écrire.

MG : Pour ma part, ce sera le début d’une série qui sera la suite d’un film de Lucien George-Baptiste Il a déjà tes yeux sur France 2 ! J’ai le rôle mimi de Mamita pour ceux qui s’en souviennent. La grand-mère pas très, très gentille… Sinon, j’ai mon propre concept musical qui n’est pas une première véritablement, mais plus ou moins une synthèse de ce que j’ai pu faire jusque-là, depuis la nuit des temps, en commençant par l’Afrique jusqu’en Inde. Un projet où la chanteuse et la comédienne s’entremêlent. Mais en fait c’est une seule personne ! Dans mon éducation, à la base, en Afrique, on ne sépare pas les genres. C’est un tout. On me connaît plus ici par mon parcours d’actrice et beaucoup moins la chanteuse qui est pourtant bien là et la danseuse aussi d’ailleurs lorsque j’étais beaucoup plus jeune.

MS : J’ai un court métrage qui va être conçu comme un clip vidéo. Ce sera tourné à Los Angeles et c’est l’histoire d’un Afro-américain qui vit une mauvaise passe un soir où toutes les catastrophes lui arrivent, un peu comme After Hours de Scorsese. Je coréalise et j’ai un mini-rôle mais que je ne vais peut-être pas garder. Je suis en train d’écrire aussi un long métrage qui se passerait également à Los Angeles. C’est l’histoire d’une fille qui court après sa voiture… comme dans Dude, Where’s My Car? d’Ashton Kutcher. Par contre, ce ne sera pas du tout la même esthétique, mais la fille se fait prendre sa voiture par la fourrière et il lui arrive tout un tas d’aventures.

Un grand merci à toutes les trois !

Sur le même thème

Sister Soul en 3 minutes chrono !

Le pasteur Jean-Luc Gadreau nous parle avec passion de la foi et des combats d'Aretha Franklin. Une belle introduction à la lecture de la biographie qu'il lui a consacrée.

Un contenu proposé par ArtSpi’in
Yesterday… qu’il en soit ainsi

Yesterday… qu’il en soit ainsi

Au cinéma le 3 juillet, « Yesterday », sans doute le plus beau feel-good movie de ce premier semestre 2019 signé par deux valeurs sûres du cinéma britannique Danny Boyle et Richard Curtis.

Un contenu proposé par ArtSpi’in
American Gods… une pépite métaphorique

American Gods… une pépite métaphorique

« American Gods » semble avoir été conçue pour vaincre toute tentative de la décrire de façon cohérente. Alors que la saison 2 est sortie ce printemps, retour sur une des séries qui marque le paysage télévisuel.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

ArtSpi’in

Cinéma, culture, sport, spiritualité, société… Autant de sujets de prédilection du blog de Jean-Luc Gadreau, ArtSpi’in. Jean-Luc Gadreau est pasteur, auteur, mais aussi attaché de presse du Jury œcuménique au Festival de Cannes.

Derniers contenus du partenaire

7e convention du Forum protestant