Taxi Téhéran

Taxi Téhéran

Au volant de son taxi, Jafar Panahi sillonne les rues de Téhéran. Au gré des passagers qui se succèdent, le réalisateur dresse le portrait de la société iranienne avec humour, émotion et une certaine tendresse.

Un contenu proposé par Pro-Fil

Publié le 22 avril 2015

Auteur : Marie-Jeanne Campana

Lire directement l’article sur Pro-Fil

Ce film tourné au nez et à la barbe des liberticides barbus ne peut laisser indifférents ceux pour lesquels la liberté, quelle que soit la forme sous laquelle elle s’exprime, est une valeur absolue qui mérite tous les combats. Merci au jury de la Berlinale d’avoir couronné d’un ours d’or ce cinéaste iranien privé de faire des films, de sortir de son pays, de s’entretenir avec des journalistes sous peine d’un emprisonnement de 20 ans. Son crime ? Avoir soutenu des opposants au régime insensé de Mahmoud Ahmadinejad. Mais il serait réducteur d’imaginer que cette récompense est seulement politique. Elle reconnait aussi les grandes qualités d’un film tourné dans des conditions invraisemblables par un cinéaste de talent. Avec astuce, ironie et courage Jafar Panahi, pour contourner l’interdiction qui le frappe, a imaginé de poser trois petites caméras dans un taxi dont il s’improvise le chauffeur. Puisqu’il est privé de tourner en ville c’est donc la ville qui va entrer dans son petit habitacle.

A l’instar d’Abbas Kiarostami, dont il fut l’assistant, Panahi utilise le même dispositif que dans Ten (2002) mais de manière antithétique, dans une version drôle et ironique. Comme son ainé il aime le documentaire fiction dans lequel la réalité et la fiction se mêlent habilement. Ceux qui entrent dans son taxi sont-ils des amis acteurs, des vrais passants ? On pourrait hésiter. C’est la première hypothèse la plus juste. Cela ajoute un grain de sel supplémentaire à ce qui se présente, sous couvert de bonhommie souriante, et presque indulgente, comme une critique féroce du régime et de la situation qui lui est imposée. […]

Lire la suite sur Pro-Fil

Dans la même rubrique...

Les enfants bourreaux au temps des guerres de religion

Compte-rendu de lecture du livre de Denis Crouzet, paru chez Albin Michel, collection Bibliothèque histoire.

Un contenu proposé par LibreSens

« Ondine », une belle histoire d’amour tragique

Le film revisite le mythe d’Ondine qui raconte l’histoire d’une jeune fille vivant dans un lac et que les jeunes hommes au coeur brisé viennent rechercher en quête d’amour.

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville

Rocks… si forte et fragile à la fois

Les questions d’émancipation, d’identité et de dépassement de soi résonnent avec force dans cette histoire richement texturée d’une adolescente londonienne moderne forcée de grandir avant son temps.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

« Light of my Life », un survival post-apocalyptique intimiste

Anti-spectaculaire, le film est au contraire lent, contemplatif, ou plutôt introspectif.

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Pro-Fil

Fondé par le pasteur Jean Domon, Pro-Fil propose chaque semaine des critiques de films et porte un regard protestant et filmophile sur le cinéma.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast