The Revenant

Trois Oscars - meilleur acteur - meilleur réalisateur - meilleure photographie - pour ce film de A.G. Inarritu. L'intrigue tourne autour d'un personnage principal, un trappeur laissé pour mort par ses compagnons qui tente de retrouver la civilisation et de venger la mort de son fils !

Un contenu proposé par Pro-Fil

Publié le 9 mars 2016

Auteur : Jean Wilkowski

Lire directement l’article sur Pro-Fil

The Revenant est un western car l’action se passe vers 1820 dans le nord-ouest des États-Unis, près de la frontière canadienne et la vengeance est le moteur principal de l’intrigue. Mais c’est un western moderne – comme Clint Eastwood l’a déjà fait avec Impitoyable en 1992 et plus récemment Tarantino, avec Django Unchained et Les 8 salopards -, c’est-à-dire que le réalisateur recherche la vérité historique dans les comportements des personnages. Ces derniers sont grossiers et sales et piétinent dans la boue même s’ils peuvent marcher à côté. De même, les Indiens sont bien décrits et ce ne sont ni de cruels peaux rouges ni de bons sauvages écologistes : ce sont de vrais hommes, parfois bons, parfois mauvais. Dans son film précédent, Birdman, Inarritu filmait en totalité enfermé dans un théâtre. Ici, c’est tout le contraire, l’action se passe exclusivement en extérieur dans des paysages magnifiques, en hiver sous la neige et en lumière naturelle. Cela a amené des contraintes importantes, le film a mis 5 ans à se faire, mais le résultat est bluffant et on peut dire que la nature est un personnage à part entière. Dès le début du film et pendant les premières 50 minutes on est accroché. L’attaque du camp des trappeurs par les Indiens, invisibles au début, est filmée avec brio, mouvements de caméra rapides, gros plans saisissants. C’est un vrai régal. Il y a aussi le combat entre Glass et l’ourse, un morceau d’anthologie qui restera dans la mémoire du 7éme art. […]

Lire la suite sur Pro-Fil

Dans la même rubrique...

La chronique cinéma de Fréquence protestante

Garance Hayat présente les films à l'affiche avec notamment "Family Romance" de Werner Hertzog, "Citoyens du monde" de Gianni di Gregorio et s'entretient avec Eric Barbier, réalisateur de "Petit pays".

Un contenu proposé par Fréquence Protestante

La banque Hottinguer

Établissement bancaire fondé en France dès la fin du XVIIIe siècle, la banque Hottinguer a contribué au développement économique et industriel de la France au cours du XIXe siècle.

Un contenu proposé par Musée protestant

« Deus Casino »

La thèse de cet ouvrage ? La pratique d’une religion relève d’une forme de jeu.

Un contenu proposé par LibreSens

Hunspach, élu village préféré des Français

Une émission diffusée sur France 3 a fait de ce petit bourg du Bas-Rhin le village préféré des Français. Depuis, les touristes affluent au grand bonheur des habitants et des paroissiens de l’église protestante.

Un contenu proposé par

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Pro-Fil

Fondé par le pasteur Jean Domon, Pro-Fil propose chaque semaine des critiques de films et porte un regard protestant et filmophile sur le cinéma.

Derniers contenus du partenaire

Découvrez le blog Regards sur les paroisses