The Revenant

Trois Oscars - meilleur acteur - meilleur réalisateur - meilleure photographie - pour ce film de A.G. Inarritu. L'intrigue tourne autour d'un personnage principal, un trappeur laissé pour mort par ses compagnons qui tente de retrouver la civilisation et de venger la mort de son fils !

Un contenu proposé par Pro-Fil

Publié le 9 mars 2016

Auteur : Jean Wilkowski

Lire directement l’article sur Pro-Fil

The Revenant est un western car l’action se passe vers 1820 dans le nord-ouest des États-Unis, près de la frontière canadienne et la vengeance est le moteur principal de l’intrigue. Mais c’est un western moderne – comme Clint Eastwood l’a déjà fait avec Impitoyable en 1992 et plus récemment Tarantino, avec Django Unchained et Les 8 salopards -, c’est-à-dire que le réalisateur recherche la vérité historique dans les comportements des personnages. Ces derniers sont grossiers et sales et piétinent dans la boue même s’ils peuvent marcher à côté. De même, les Indiens sont bien décrits et ce ne sont ni de cruels peaux rouges ni de bons sauvages écologistes : ce sont de vrais hommes, parfois bons, parfois mauvais. Dans son film précédent, Birdman, Inarritu filmait en totalité enfermé dans un théâtre. Ici, c’est tout le contraire, l’action se passe exclusivement en extérieur dans des paysages magnifiques, en hiver sous la neige et en lumière naturelle. Cela a amené des contraintes importantes, le film a mis 5 ans à se faire, mais le résultat est bluffant et on peut dire que la nature est un personnage à part entière. Dès le début du film et pendant les premières 50 minutes on est accroché. L’attaque du camp des trappeurs par les Indiens, invisibles au début, est filmée avec brio, mouvements de caméra rapides, gros plans saisissants. C’est un vrai régal. Il y a aussi le combat entre Glass et l’ourse, un morceau d’anthologie qui restera dans la mémoire du 7éme art. […]

Lire la suite sur Pro-Fil

Dans la même rubrique...

Lingui… la force de l’espérance, malgré tout !

"Lingui, les liens sacrés" du cinéaste tchadien Mahamat-Saleh Haroun, en salles ce mercredi 8 décembre, allie beauté visuelle à un plaidoyer en faveur des femmes, en dénonçant courageusement la culture du viol et celle de l'excision.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

« Julie Manet, la mémoire impressionniste »

Une exposition à découvrir au Musée Marmottan-Monet jusqu’au 20 mars 2022.

Un contenu proposé par Protestants dans la Ville

Mon bilan série 2021

Les plateformes de streaming n'ont évidemment pas pâti de la crise du Covid19... bien au contraire.

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville

Tromperie

Londres, 1987. Philip est un écrivain américain célèbre exilé à Londres. Régulièrement, il retrouve sa maîtresse dans son bureau où les deux amants font l’amour, se disputent et échangent des confidences.

Un contenu proposé par Pro-Fil

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Pro-Fil

Fondé par le pasteur Jean Domon, Pro-Fil propose chaque semaine des critiques de films et porte un regard protestant et filmophile sur le cinéma.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast Les dossiers thématiques de Regards protestants