mini-série

The Undoing… mieux qu’une partie de Cluedo !

David Kelley, le créateur de séries cultes (Ally McBeal, Big Little Lies, The Practice...), frappe fort en cette fin 2020, avec The Undoing, une mini-série en 6 épisodes qui nous tient en haleine du début à la fin. Avec Nicole Kidman et Hugh Grant.

Un contenu proposé par ArtSpi'in

Publié le 21 décembre 2020

Auteur : Jean-Luc Gadreau

The Undoing est inspirée du roman de Jean Hanff Korelitz Premières Impressions. Diffusée sur OCS, on retrouve en tête de distribution un duo plein de charme et bouillonnant de talents, Nicole Kidman et Hugh Grant.

The Undoing, c’est l’histoire d’une descente aux enfers. Celle de Grace, une thérapeute new-yorkaise spécialisée dans les relations de couple. Elle habite dans les beaux quartiers, envoie son fils dans la meilleure école privée de la ville et semble filer le parfait amour avec Jonathan, son époux. Mais sa vie réglée comme du papier à musique va être chamboulée par un évènement sinistre. Après le meurtre violent de la mère d’un élève de l’école de son fils, Grace doit faire face aux accusations et à l’enquête. On apprend que son mari avait une liaison avec la victime et qu’il s’est volatilisé.

La clé d’un bon whodunnit ou roman d’énigme – c’est-à-dire ces policiers dans lesquels il y a un crime et dont l’intrigue se résume au fait de trouver qui l’a commis – est de désorienter le spectateur sans faire de tricherie narrative, ou en en faisant le moins possible. Et c’est précisément là, la clé véritable de la réussite de The Undoing : une mini-série en 6 épisodes qui nous tient en haleine du début à la fin, pleine de fausses pistes et de rebondissements multiples, nous faisant constamment douter habilement sur nos certitudes concernant celle ou celui qui est derrière l’horrible féminicide au cœur de l’histoire. Car qui a tué Elena Alves de façon aussi sauvage ?

Alors, oui… l’intrigue est mince, avec quelques trous et incohérences, mais reconnaissons-le, cela fait partie tout simplement du charme d’une telle proposition. Tout comme Big Little Lies, une autre série de David E. Kelley, The Undoing se faufile à l’intérieur de la vie de personne outrageusement riches, en partant du principe que si un meurtre horrible se produit dans cet environnement, il sera sans doute bien plus intéressant et certainement croustillant. Découvrir qui a tué Elena Alves devient ainsi un sympathique et passionnant voyage que le spectateur entreprend aux côtés de Nicole Kidman, dont la confusion, la douleur ou le sentiment de trahison se reflètent alternativement sur son visage immobile dans des gros plans qui ne laissent pas insensible. Son anxiété, qui est clairement justifiée dans ce scénario, transparait dans les plans de ses yeux paniqués et de son visage taché de larmes alors qu’elle cherche à découvrir par elle-même, et pendant six heures, si l’homme qu’elle aimait est capable de tuer ou non. Enfin, tout ça peut-être plus simplement pour nous tromper car, sait-on jamais ?… Quant à Hugh Grant : il s’éloigne là, et ça ne fait pas de mal, de la comédie romantique classique pour mettre tout son charme mais un formidable jeu d’acteur également au service de ce suspect qui devient assez antipathique rapidement.

Au-delà de l’intrigue policière, The Undoing parle aussi d’amour, d’aveuglement volontaire et de trahison, mais aussi de classe, de la façon dont l’inégalité économique à New York (mais plus généralement sans doute) passe par les prismes du sexe et de la race, et c’est aussi une histoire sur les méandres de la vie, l’impression que nous pouvons avoir de tout contrôler et l’apprentissage de l’acceptation que nous sommes finalement bien peu de chose… même quand les poches sont pleines !

Alors, peut-être devrais-je ne pas en dire davantage, au risque sinon d’en dévoiler trop… sur l’histoire forcément mais aussi sur le superbe casting, car d’autres personnages sont très importants et très bons (le père joué par Donald Sutherland, le jeune et intriguant Noah Jupe, Noma Dumezweni dans le rôle d’une remarquable avocate, et bien-sûr la sublime Matilda De Angelis). En effet, l’essentiel ici, c’est le mystère. Dans ce thriller conventionnel mais efficace, vous trouverez un meurtre, un suspect principal, un procès, une résolution surprenante. Et surtout le fameux cliffhanger traditionnel de fin de chaque épisode, comme pour garantir la dépendance absolue à cette jolie série qui ne souffrirait pas d’une deuxième saison ou d’un prequel où l’on pourrait travailler quelques autres personnages ou nous permettre de mieux comprendre certaines relations qui n’ont pu être suffisamment développées.

Vous pourriez aimer aussi

Le blues de Ma Rainey… parfait pour les fêtes !

Un film coup de poing qui se déroule dans le Chicago des années 20 et dont on va entendre beaucoup parler, croyez-moi !

Un contenu proposé par ArtSpi’in

Lovecraft Country… monstrueusement efficace !

Basé sur le roman de Matt Ruff de 2016, Lovecraft Country est le dernier must en matière de série de HBO (diffusé sur OCS en France).

Un contenu proposé par ArtSpi’in
Le jeu de la dame… Un portrait magistral

Le jeu de la dame… un portrait magistral

Le jeu de la dame (The Queen’s Gambit), la nouvelle mini-série de Netflix retrace les hauts et les bas d’une prodige des échecs à travers des images saisissantes et un récit d’une grande sensibilité.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

ArtSpi’in

Cinéma, culture, sport, spiritualité, société… Autant de sujets de prédilection du blog de Jean-Luc Gadreau, ArtSpi’in. Jean-Luc Gadreau est pasteur, auteur, mais aussi attaché de presse du Jury œcuménique au Festival de Cannes.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast