Une résurrection qui réconcilie

Une résurrection qui réconcilie

Que penser de "La résurrection du Christ", nouveau blockbuster made in Hollywood, surfant sur le récit biblique (après Noé, Son of God, Exodus... et bientôt Ben Hur) ?

Un contenu proposé par ArtSpi'in

Publié le 11 mai 2016

Auteur : Jean-Luc Gadreau

Autant vous l’avouer, une certaine interrogation personnelle sur l’intérêt même d’une telle production a été ma première réaction. Il nous est en effet proposé généralement soit une approche mystico-naïve qui n’est pas inintéressante mais qui a du mal à me captiver, soit une histoire totalement décalée par rapport aux textes sensés l’inspirer, et il faut alors espérer que le côté artistique joue au moins en sa faveur. Et puis, ajoutons le genre « péplum » qui n’est pas forcément ma « tasse de thé » et vous comprendrez mes réticences. Mais soit, faisons abstraction de tout ça et allons voir…

Clavius, un puissant tribun militaire romain, et son aide de camp Lucius sont chargés de résoudre le mystère entourant ce qui est arrivé à un Hébreu nommé Yeshua après sa crucifixion. S’ils veulent empêcher une insurrection à Jérusalem, ils doivent à tout prix mettre fin aux rumeurs assurant qu’un Messie est revenu d’entre les morts.

Le pitch est assez simple et à première vue le côté décalé du texte risque d’être au rendez-vous. Mais finalement, juste en partie. Et c’est là la première réussite des deux scénaristes Kevin Reynolds et Paul Aiello. On assiste à une sorte de chassé-croisé entre une approche hors évangile et des ancrages bibliques très textuels. Si la toile de fond du film reste évidemment la résurrection, le cœur de l’histoire bat au travers de celui de Clavius. Un chef de guerre fatigué qui se retrouve à devoir retrouver le corps du crucifié. Un adorateur de Mars loin de croire en un Dieu unique et encore moins aux miracles.

C’est donc son regard qui nous porte avec ses convictions malmenées, ses doutes et son changement. Enquête, infiltration… Pour entrer dans une expérience jusqu’à aboutir à une foi qui naît, la foi de l’athée transformé ! Une histoire hors de l’Histoire mais ancrée dans des histoires, des instants bibliques. On a bien sûr une partie de la crucifixion, on retrouve ensuite Jésus retrouvant les onze dans une maison, la seconde pêche miraculeuse et la restauration de Pierre ou l’ascension finale… Globalement donc, une proximité textuelle assez forte qui réjouira le croyant cinéphile et ne gâchera rien pour les autres car l’histoire est extrêmement bien ficelée. Notons d’ailleurs une jolie réalisation soignée sans excès, sans emphase, privilégiant les personnages dans leurs vérités. Un Jésus sympathique et simple, loin des caricatures habituelles.

Et finalement, le gros point fort est peut-être celui d’aboutir à une vraie appropriation de l’expérience de la résurrection, avec une proclamation finale extrêmement bien vue. Elle risquera inévitablement de déclencher quelques crise urticantes chez certains allergiques à toute approche évangélisatrice, mais elle me semble néanmoins correspondre on ne peut mieux à la façon dont nous est restitué le scénario dans son approche si particulière. Un léger bémol enfin (quand même) sur une certaine emphase que l’on peut éventuellement remarquée : Celle concernant le linceul ou autre suaire (pas encore de Turin) qui peut déranger ou faire sourire. Mais bon, après un film comme celui-là, comment ne pas leurs pardonner.

Une résurrection du Christ qui peut donc provoquer des effets étonnants… même celui, par exemple, de m’avoir réconcilié avec un film biblique !

Découvrez d’autres critiques de films sur le blog ArtSpi’in

Dans la même rubrique...

François Clavairoly de passage sur la Croisette

Invité du jury œcuménique au Festival de Cannes, le président de la Fédération protestante de France a accordé une interview au critique de cinéma Jean-Luc Gadreau.

Un contenu proposé par Campus protestant

“En corps” de Cédric Klapisch, un nouvel élan

Une métaphore du confinement à travers le portrait d’une danseuse étoile. De l’empêchement de la pratique d’une passion à sa résurrection, Cédric Klapisch déploie un film immersif et plein d’énergie positive.

Un contenu proposé par Réforme

« L’ombre d’un mensonge » : une histoire d’amour triste et belle

C’est un film tout en retenue, d’un romantisme déchirant et sobre à la fois.

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville

Décision to leave… parle à ma montre !

Un somptueux policier en forme de love story impossible. Par le réalisateur sud-coréen Park Chan-wook.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

ArtSpi’in

Cinéma, culture, sport, spiritualité, société… Autant de sujets de prédilection du blog de Jean-Luc Gadreau, ArtSpi’in. Jean-Luc Gadreau est pasteur, auteur, mais aussi attaché de presse du Jury œcuménique au Festival de Cannes.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast