De Clermont-Ferrand à Tunis

Envoyée en Tunisie en 2012, Hoby Andrianirina achèvera bientôt sa mission à l’école Kallaline de Tunis. Elle nous raconte ces quatre années enrichissantes.

Un contenu proposé par Défap

Publié le 17 mai 2017

Lire directement l’article sur Défap

De nationalité malgache, Hoby enseigne le français à l’école Kallaline de Tunis, où elle gère une classe de CM1 et une classe de CM2. Elle y enseigne le FLE (Français Langue Étrangère) à des enfants tunisiens dont le français est une seconde langue ou complètement étrangère pour une minorité d’entre eux. Cette année 2016-2017 est sa cinquième en tant que VSI au sein de cette école. Avant cette mission, elle s’était installée à Clermont-Ferrand pour y poursuivre ses études. Elle a obtenu en 2011 un doctorat en didactique du Français Langue Étrangère.

Une rencontre décisive

« Peu avant l’obtention de mon diplôme, comme chaque étudiant qui se soucie de son avenir, je commençais à me poser des questions sur mon devenir professionnel », nous raconte-t-elle. « Où aller ? Dans quelle université travailler ? Rester en France ? Revenir à Madagascar ? Partir ailleurs ? », se demandait Hoby. Un dimanche, à l’église de Clermont-Ferrand (l’EPE), elle rencontre Bernhard Reiss (le gérant de l’école Kallaline) qui était de passage dans son église. Cette rencontre a été décisive. « Dans son discours, Bernhard mentionnait, entre autres, un besoin urgent de l’école, celui de trouver des enseignants de FLE pour l’année scolaire à venir. Bizarrement, je me suis sentie concernée. Pourtant, ni la Tunisie ni l’enseignement du français à l’école primaire ne faisaient partie de mes ambitions professionnelles ». Elle prend plus tard contact avec le couple Reiss, qui dirige l’école. « Je suis alors partie une semaine en Tunisie, à l’école Kallaline pour voir le travail et son environnement d’une manière concrète. J’ai compris alors que ma future étape de vie était là-bas. » […]

Lire la suite sur Défap

Dans la même rubrique...

Une pandémie révélatrice des forces et faiblesses

Médecin chef de l’hôpital presbytérien de Djoungolo au Cameroun, le docteur Célin Nzambe témoigne de l’impact de la crise sanitaire dans son pays.

Un contenu proposé par Défap

Des masques qui changent des vies

Face aux mesures sanitaires liées au Coronavirus, des jeunes filles d’un centre d’accueil de parrainage se sont portées volontaires pour réaliser des masques réutilisables et les proposer à ceux qui ne pouvaient pas s’en procurer.

Un contenu proposé par Blog du Sel

Intégrer l’agroécologie dans les programmes missionnaires

Comment nourrir les populations de manière durable ? Interview de Juliane Ineichen, responsable d'un projet agroécologique.

Un contenu proposé par Réformés

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Défap

Le Défap est le service missionnaire de trois Églises protestantes de France : l’EPUdF, l’Unepref, l’UEPAL. Il accompagne, soutient, facilite et encourage l’activité missionnaire.

Derniers contenus du partenaire

Découvrez le blog Regards sur les paroisses