Disparition du pasteur Ben Houmbouy

Le pasteur Béniéla Houmbouy, figure marquante de l'EPKNC et de la société calédonienne, est décédé le 4 juin. Le Défap s'associe à la douleur de ses proches et lui rend hommage.

Un contenu proposé par Mission - Défap

Publié le 6 juin 2018

Lire directement l’article sur Mission - Défap

Le pasteur Béniéla Houmbouy est décédé le 4 juin des suites d’une mauvaise chute. Le Défap s’associe à la douleur de ses proches et rend hommage à « son parcours authentique d’enfant du pays, son grand sens du dialogue empreint de sagesse et son engagement profond aux côtés des siens ».

Pasteur, enseignant, auteur, penseur, homme d’engagement : le pasteur Béniéla Houmbouy aura été tout cela. Sa disparition soudaine au matin du 4 juin 2018, à l’âge de 75 ans, a suscité une émotion profonde à travers la Nouvelle-Calédonie, au sein de l’EPKNC (l’Église Protestante de Kanaky Nouvelle-Calédonie) et bien au-delà. Victime d’une mauvaise chute alors qu’il réparait la toiture de son habitation, il est décédé quelques heures plus tard.

Homme d’Église, il avait été professeur de philosophie au lycée Do-Kamo à Nouméa. Une fonction à travers laquelle il « servait d’exemple aux jeunes Kanak, il était très respecté et très admiré par ses pairs et par tous », a souligné Marianne Hnyeikone, professeur de Langue et de Culture Kanak au lycée Do-Kamo. Il portait aussi une vision ouverte de l’avenir de la société calédonienne, face aux risques de repli, tout particulièrement à l’approche du référendum d’autodétermination prévu en novembre 2018. « Le défi à relever pour notre société, avait-il ainsi déclaré, est d’ouvrir grandes ses portes sans craindre de se démunir de rien, c’est de donner pour s’enrichir, de pratiquer l’accueil pour être reçu à bras ouverts, évitant ainsi qu’un seul enfant puisse entrer dans notre monde avec un matricule en guise de nom. » Il avait également été pasteur durant six ans à Papeete (Tahiti). Il était aussi auteur de poèmes, contributeur pour des ouvrages collectifs et des conférences. Ses obsèques devraient être prochainement organisées à Ouvéa, au sein de la tribu de Hnymëhë dont il était originaire. […]

Lire la suite sur Mission - Défap

Dans la même rubrique...

Récolter dans le désert : pari relevé !

Récolter dans le désert : pari relevé !

Henri Girard, au travers de l’Association chrétienne Zoramb Naagtaaba (AZN), a cherché des techniques d’agriculture permettant des récoltes même dans les milieux désertiques.

Un contenu proposé par Blog du Sel
«Il y avait beaucoup à faire et j'ai beaucoup appris»

« Il y avait beaucoup à faire et j’ai beaucoup appris »

Marie-Bénédicte Loze, ancienne envoyée du Défap auprès de la Fédération des Écoles Protestantes d'Haïti, décrit ce que cette expérience lui a apporté sur les plans personnel et professionnel.

Un contenu proposé par Mission – Défap

« Pour nous, le christianisme c’est la vie »

Le christianisme n’est pas affaire de croyance ou de vérité théologique en Afrique, il est au cœur même de la vie. Témoignage de Serge Lourougnon.

Un contenu proposé par Campus protestant

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Mission – Défap

Mensuel protestant depuis 1823, Mission est le Journal du Service protestant de mission, le Défap. Ce service d’Églises accompagne, soutient, facilite et encourage l’activité missionnaire.

Derniers contenus du partenaire