Disparition du pasteur Ben Houmbouy

Le pasteur Béniéla Houmbouy, figure marquante de l'EPKNC et de la société calédonienne, est décédé le 4 juin. Le Défap s'associe à la douleur de ses proches et lui rend hommage.

Un contenu proposé par Défap

Publié le 6 juin 2018

Lire directement l’article sur Défap

Le pasteur Béniéla Houmbouy est décédé le 4 juin des suites d’une mauvaise chute. Le Défap s’associe à la douleur de ses proches et rend hommage à « son parcours authentique d’enfant du pays, son grand sens du dialogue empreint de sagesse et son engagement profond aux côtés des siens ».

Pasteur, enseignant, auteur, penseur, homme d’engagement : le pasteur Béniéla Houmbouy aura été tout cela. Sa disparition soudaine au matin du 4 juin 2018, à l’âge de 75 ans, a suscité une émotion profonde à travers la Nouvelle-Calédonie, au sein de l’EPKNC (l’Église Protestante de Kanaky Nouvelle-Calédonie) et bien au-delà. Victime d’une mauvaise chute alors qu’il réparait la toiture de son habitation, il est décédé quelques heures plus tard.

Homme d’Église, il avait été professeur de philosophie au lycée Do-Kamo à Nouméa. Une fonction à travers laquelle il « servait d’exemple aux jeunes Kanak, il était très respecté et très admiré par ses pairs et par tous », a souligné Marianne Hnyeikone, professeur de Langue et de Culture Kanak au lycée Do-Kamo. Il portait aussi une vision ouverte de l’avenir de la société calédonienne, face aux risques de repli, tout particulièrement à l’approche du référendum d’autodétermination prévu en novembre 2018. « Le défi à relever pour notre société, avait-il ainsi déclaré, est d’ouvrir grandes ses portes sans craindre de se démunir de rien, c’est de donner pour s’enrichir, de pratiquer l’accueil pour être reçu à bras ouverts, évitant ainsi qu’un seul enfant puisse entrer dans notre monde avec un matricule en guise de nom. » Il avait également été pasteur durant six ans à Papeete (Tahiti). Il était aussi auteur de poèmes, contributeur pour des ouvrages collectifs et des conférences. Ses obsèques devraient être prochainement organisées à Ouvéa, au sein de la tribu de Hnymëhë dont il était originaire. […]

Lire la suite sur Défap

Dans la même rubrique...

Kä Mana (1956-2021) et la théologie de la reconstruction

Pour de nombreux chrétiens francophones, le théologien luthérien africain Kä Mana était un "maître". Pour ne pas dire un géant. Il s'en est allé il y a quelques jours, emporté par l'épidémie de Covid19.

Un contenu proposé par Fil-info-francophonie

L’Eglise MLK : « une liberté de ton que les gens plébiscitent »

Ivan Carluer, fondateur de l'Eglise Martin Luther King, nous en dit plus sur les projets de la megachurch et partage sa vision de la francophonie protestante. 

Un contenu proposé par Fil-info-francophonie

L’Eglise MLK : une megachurch innovante pour la francophonie

On ne devient pas megachurch du jour au lendemain. Pour atteindre le statut d'Eglise géante - au moins 2000 fidèles -, il faut passer par bien des étapes. Voici l’histoire de l'Eglise Martin Luther King qui inaugure son nouvel espace le 11 septembre.

Un contenu proposé par Fil-info-francophonie

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Défap

Le Défap est le service missionnaire de trois Églises protestantes de France : l’EPUdF, l’Unepref, l’UEPAL. Il accompagne, soutient, facilite et encourage l’activité missionnaire.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants