Mohammed, Mamoudou et Jésus

L’institut œcuménique de théologie Al Mowafaqa est un centre de formation religieuse à Rabat, au Maroc, dédié au dialogue interculturel et interreligieux.

Un contenu proposé par Défap

Publié le 28 février 2017

Lire directement l’article sur Défap

L’institut œcuménique de théologie Al Mowafaqa (qui signifie « l’accord ») se déploie grâce à un réseau de quatre-vingt professeurs associés venant d’Europe ou d’Afrique. Ils y développent une expertise de formation en théologie partant du contexte et visant le « vivre ensemble ». Dans un pays comme le Maroc où les chrétiens sont en minorité, c’est l’occasion de penser ensemble la dimension minoritaire d’une culture.

Au début, comme souvent, c’est d’abord une histoire d’amitié. Celle qui lie le pasteur de l’Eglise évangélique du Maroc, Samuel Amédro a l’évêque, Vincent Landel. Face à l’augmentation du nombre de chrétiens, des étudiants subsahariens principalement, des paroisses nouvelles émergent dès les années 90. Pourtant, tout dans les années 80 nous laissait penser que l’Église y était en déclin.

Plus encore durant la décennie des années 2000, un manque de pasteurs et de prêtres se fait sentir. C’est face à ce constat qu’est créé l’institut. Son but : former des responsables religieux pour accompagner dans une volonté d’ouverture. Oublions la crainte et la peur. Pour les étudiants résidant au Maroc, l’Eglise est un refuge, une communauté, un lieu de ressources dans un contexte parfois difficile (manque de moyens, décalage culturel, racisme…). Mais ce refuge peut aussi devenir tentation de repli. Il est alors nécessaire de penser sa présence chrétienne comme témoin de Jésus-Christ : apprendre à connaitre et aimer les gens qui nous entourent et vivre positivement ce temps au Maroc.

Lire la suite sur Défap

Dans la même rubrique...

Quand la France appelle Mahalia Jackson

La « reine du Gospel » était aussi une protestante baptiste très fervente. Sa foi a marqué son art, sa carrière, sa vie. Son œuvre et ses voyages en France ont impacté la francophonie.

Un contenu proposé par Fil-info-francophonie

Années 1960, Mahalia Jackson, France et droits civiques

Mahalia Jackson revient en France à trois reprises à la rencontre du public, en 1961, 1968 et 1969, non seulement comme chanteuse d'exception, mais comme ambassadrice de l'émancipation des noirs américains.

Un contenu proposé par Fil-info-francophonie

Mahalia Jackson, une reine du gospel de grande piété chrétienne

Son œuvre et ses voyages en France ont impacté la francophonie. Le sociologue Sébastien Fath, auteur de “Gospel et francophonie”, nous retrace son parcours en quatre volets.

Un contenu proposé par Fil-info-francophonie

« Une prière véhémente » : Mahalia Jackson vue de Paris

Retour sur les fameux concerts de la salle Pleyel. Quelles ont été les réactions ? Comment sa foi a-t-elle été perçue ?

Un contenu proposé par Fil-info-francophonie

UN CONTENU PROPOSÉ PAR