Nouvelle-Calédonie : faire du référendum un choix d’espérance

A un an du référendum d'autodétermination en Nouvelle-Calédonie, la réunion du Comité des signataires à Matignon a permis de trouver un accord sur les listes électorales, même si les tensions restent fortes dans l'archipel.

Un contenu proposé par Défap

Publié le 9 novembre 2017

Lire directement l’article sur Défap

C’était un point de vives divergences entre les parties prenantes qui risquait de miner la légitimité même du scrutin. Interrogé par la radio RCF, le secrétaire général du Défap a souligné cette « très belle avancée » et la confiance qui a pu être établie par le Premier ministre avec les interlocuteurs. Mais les tensions restent fortes dans l’archipel et pour les désamorcer, « le rôle des Églises est essentiel » ; dans ce contexte, Bertrand Vergniol s’est félicité de la position adoptée par l’EPKNC vis-à-vis du scrutin qui devra, quel que soit le résultat du vote, être « un choix d’espérance pour le destin commun. »

S’il est une question révélatrice des tensions qu’éveille en Nouvelle-Calédonie l’approche du référendum d’autodétermination, c’est celle des listes électorales. Elle figurait en tête des sujets abordés lors de la seizième réunion du Comité des signataires qui s’est tenu jeudi et vendredi à Matignon. L’accord obtenu sur ce point au bout de plus de 9 heures de discussions marque une avancée cruciale. Non seulement parce qu’il a permis de lever les divergences portant sur l’inscription automatique de 11.000 personnes supplémentaires sur ces listes – 7000 de statut civil coutumier (kanak) et 4000 de statut civil de droit commun – mais aussi et surtout parce que le Premier ministre Édouard Philippe a su prendre le temps d’établir un dialogue dans la confiance.

Créé par l’accord de Nouméa signé le 5 mai 1998, le Comité des signataires se réunit sur convocation du gouvernement, à la demande des différents partenaires engagés dans l’avenir de la Nouvelle-Calédonie, pour faire le point sur l’application de l’accord. Que ce soit à l’occasion des élections locales ou, comme c’est le cas aujourd’hui, pour préparer le référendum prévu d’ici novembre 2018, la question des listes électorales y était devenue récurrente. […]

Lire la suite sur Défap

Dans la même rubrique...

Juifs messianiques en francophonie

Qui sont les Juifs messianiques ? Que représentent-ils en Europe francophone, en particulier en France et en Belgique ? Entretien avec Michael de Luca, auteur d'une thèse sur le sujet.

Un contenu proposé par Fil-info-francophonie

Rasalama et les 190 ans du christianisme malgache

C'est le 5 juin 1831, il y a 190 ans jour pour jour, qu'aurait eu lieu la première cérémonie de communion (Cène) dans une église malgache à Ambatonakanga.

Un contenu proposé par Fil-info-francophonie

La solidarité dans les veines

Sahra Mayala est née et a grandi en République démocratique du Congo (RDC). Après avoir terminé, en France, ses études en management de la solidarité internationale, elle regagne son pays natal en 2016.

Un contenu proposé par Croire et vivre

Les Haïtiens protestants entre consternation et sidération

Alors que l’arrestation du médecin haïtien Christian Emmanuel Sanon, le cerveau présumé de l’attaque, a été annoncée par la police haïtienne, la communauté chrétienne protestante se dit consternée.

Un contenu proposé par Évangeliques.info

UN CONTENU PROPOSÉ PAR