« Opération Lockdown » : des nouvelles d’Haïti

Le pays est paralysé depuis le 7 février par une série de manifestations et de barrages qui vise à contraindre le président Jovenel Moïse à la démission. Le Défap suit de près l'évolution de la situation.

Un contenu proposé par Défap

Publié le 26 février 2019

Lire directement l’article sur Défap

En ce 20 février, la tension commence à peine à décroître et les habitants à ressortir de chez eux. Conséquences directes de cette crise : un blocage de toute l’activité économique et une aggravation des pénuries, qui n’épargnent ni les hôpitaux, ni les écoles. Le Défap, en lien notamment avec ses partenaires de la Plateforme Haïti, suit de près l’évolution de la situation.

À Port-au-Prince, en ce 20 février, beaucoup d’habitants vivent encore cloîtrés à leur domicile. Se déplacer est difficile : les grands axes sont bloqués par des barrages. Depuis le 7 février, et le lancement de « l’Operation Lockdown Haiti » par des manifestants qui réclament la démission du président Jovenel Moïse, tout le pays tourne au ralenti. Même si les manifestations violentes des derniers jours marquent une accalmie dans la capitale haïtienne, les problèmes récurrents d’approvisionnement rendent le quotidien de plus en plus pesant. Des pénuries de carburant, d’eau, d’électricité… auxquelles s’ajoutent l’inflation qui fait grimper en flèche le prix des denrées de base : il y a quelques mois, un dollar américain équivalait à environ 71 gourdes (la monnaie haïtienne). Maintenant, c’est plutôt 85. Conséquence directe : un paquet de riz qui valait 35 gourdes se vend désormais à 60. Beaucoup d’Haïtiens ne peuvent tout simplement plus se nourrir.

Dans un rapport en date du 17 février, […]

Lire la suite sur Défap

Sur le même thème

Haïti : vivre, étudier et reconstruire après le séisme

Haïti : vivre, étudier et reconstruire après le séisme

Depuis le tremblement de terre du 6 octobre, la réponse des autorités haïtiennes est lente. La Fédération des Écoles Protestantes d'Haïti faisait partie des tout premiers intervenants sur place.

Un contenu proposé par Défap
«Il y avait beaucoup à faire et j'ai beaucoup appris»

« Il y avait beaucoup à faire et j’ai beaucoup appris »

Marie-Bénédicte Loze, ancienne envoyée du Défap auprès de la Fédération des Écoles Protestantes d'Haïti, décrit ce que cette expérience lui a apporté sur les plans personnel et professionnel.

Un contenu proposé par Défap
Haïti, cinq ans après le séisme

Haïti, cinq ans après le séisme

Que peut-on dire de l’état de l’île, cinq ans après le tremblement de terre et ses 230 000 morts ?

Un contenu proposé par

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Défap

Le Défap est le service missionnaire de trois Églises protestantes de France : l’EPUdF, l’Unepref, l’UEPAL. Il accompagne, soutient, facilite et encourage l’activité missionnaire.

Derniers contenus du partenaire

Bel été avec les médias protestants !