Capitole
États-Unis

Attaque du Capitole : Donald Trump change d’avis et ne s’exprimera pas

Le 6 janvier 2021, les partisans de Donald Trump, battu par Joe Biden à la présidentielle, prenaient d’assaut le Capitole. Après avoir assuré qu’il donnerait une conférence à cette occasion, il s’est ravisé.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Publié le 5 janvier 2022

Auteur : Camille Verdi

Des fanfaronnades et puis plus rien. L’ex-président républicain des États-Unis a une nouvelle fois changé d’avis. Alors qu’il avait annoncé une conférence jeudi 6 janvier, un an après l’attaque du Capitole par ses partisans, Donald Trump s’est ravisé, rapporte Le Temps. Alors qu’il continue de dénoncer un “scrutin volé” en raison de “fraudes massives”, il a fait savoir par le biais d’un communiqué qu’il annulait sa conférence. Une annonce rassurante pour certains Républicains. S’ils sont près de 60 % à croire en une fraude électorale, certains verraient d’un bon œil que l’ex-chef d’État fasse profil bas. Celui qui vit désormais dans sa luxueuse villa floridienne de Mar a Lago est en effet toujours aux prises avec la commission spéciale de la Chambre des représentants.

Celle-ci enquête sur l’insurrection et la responsabilité de Donald Trump dans cet événement. Alors, afin de mener à bien sa mission, elle a saisi la Cour suprême, pour tenter d’éviter que les élus aient accès à des documents secrets de la Maison-Blanche. Des documents susceptibles de lever le voile sur les interlocuteurs de Donald Trump le jour de l’insurrection. Selon le quotidien suisse, le 6 janvier 2021, des proches du président vaincu, dont ses enfants, avaient contacté son chef de cabinet pour faire en sorte que Donald Trump fasse pression sur ses sympathisants pour les faire reculer. De son côté, celui-ci l’accuse, dans son communiqué, de diligenter une commission “biaisée et malhonnête”, dans la mesure où elle est composée de sept démocrates et de deux républicains. Il met également la “partialité” des médias en cause.

“Le président va dire la vérité”

Il y a maintenant un an, l’assaut du Capitole avait donné lieu à de violents affrontements entre les forces de l’ordre et les manifestants, rappelle L’Opinion. Ils avaient fait cinq morts et plus d’une centaine de blessés. Ce jour-là, Mike Pence, alors vice-président, avait refusé d’obéir à Donald Trump, qui l’incitait à ne pas valider la victoire de Joe Biden. Celui qui devrait être interrogé par les enquêteurs présidait la séance spéciale des Chambres réunies, au Capitole, lorsque les assaillants appelaient à le “pendre”, relate Le Temps.

Joe Biden devrait, quant à lui, prendra la parole depuis le Capitole, jeudi 6 janvier. Kamala Harris, sa vice-présidente, aussi. À cette occasion, le président démocrate devrait rejeter les accusations de fraude de son prédécesseur. “Le président va dire la vérité sur ce qui s’est passé, et non pas les mensonges que certains ont répandus depuis, et le péril posé à notre règle de droit et à notre système de gouvernance démocratique”, a expliqué sa porte-parole, précise L’Opinion. Donald Trump, en revanche, donnera de la voix le 15 janvier, lors d’un meeting dans l’Arizona.

Dans la même rubrique...

L’Alliance évangélique mondiale fête ses dix ans de représentation permanente à l’ONU

L’Alliance évangélique mondiale a ouvert une représentation permanente auprès des Nations-Unies à Genève en 2012. Depuis, elle alerte avec succès l’Organisme sur les violations des libertés religieuses à travers le monde.

Un contenu proposé par Évangeliques.info

Plus de 4000 migrants morts ou disparus en mer en 2021

Le bilan de la crise migratoire vers l’Espagne a coûté encore plus de vies en 2021 selon l’ONG “Caminando Fronteras”.

Un contenu proposé par Réforme

“Aimez-vous les uns les autres”, le message posthume de Desmond Tutu

Les funérailles nationales de Desmond Tutu ont permis de véhiculer un message cher au dernier grand héros de la lutte contre l’apartheid.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Les Pays-Bas, la Belgique, l’Autriche… se rebellent contre les mesures sanitaires

Des heurts violents ont éclaté en Belgique et aux Pays-Bas, face aux mesures anti-Covid adoptées par les États, afin d’enrayer la cinquième vague. En Autriche, une manifestation a réuni quelque 40 000 participants.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi