Colombie
Droits de l'homme

Colombie : au moins 145 défenseurs des droits humains assassinés en 2021

Le pays, premier producteur mondial de cocaïne, connaît un regain de violence, malgré la signature d’un accord de paix en 2016 avec les FARC.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Publié le 19 janvier 2022

Auteur : Camille Verdi

C’est une année noire pour la Colombie. Lundi 17 janvier, le bureau du Défenseur du peuple (Carlos Camargo), une entité publique qui veille au respect des droits humains, a recensé “145 homicides de leaders sociaux ou de défenseurs des droits humains” dans le pays, relate Le Monde. Le bilan est en baisse : l’année passée, 182 assassinats avaient été comptabilisés. L’année 2021 marque cependant un retour des violences, notamment depuis la signature, en 2016, de l’accord de paix avec la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC). 

Le quotidien note que, depuis l’accord entre les FARC et le gouvernement colombien, les meurtres contre les leaders sociaux sont monnaie courante. Selon les organisations sociales, les dissidents des FARC, autrement appelés les combatants de l’armée nationale de libération (ELN), les trafiquants de drogue et les groupes paramilitaires sont derrière ces assassinats. Carlos Camargo, qui n’a pas donné de détails précis sur les auteurs de ces attaques, a déclaré : “Nous dénonçons ces faits, qui sont principalement dus aux actions criminelles de groupes armés illégaux”. 

Ingrid Betancourt, candidate écologiste

D’après son bilan, trente-deux représentants indigènes, seize leaders paysans et sept syndicalistes figurent parmi les victimes en 2021, écrit Le Monde. En outre, la Colombie figure parmi les pays les plus dangereux au monde pour les militants, estiment plusieurs ONG. Pour Global Witness, il s’agit du plus meurtrier pour les défenseurs de l’environnement, dont soixante-cinq d’entre eux ont été tués en 2020. 

Le gouvernement du président conservateur, Ivan Duque, accuse les gangs liés au trafic de drogue d’être à l’origine de ces assassinats. Alors que l’élection présidentielle est prévue au printemps 2022, l’ex-otage des FARC, Ingrid Betancourt, candidate d’un parti écologiste, a annoncé récemment qu’elle souhaitait se présenter au scrutin en participant d’abord à une primaire. 

Dans la même rubrique...

Somalie : le retour d’Hassan Cheikh Mohamoud au pouvoir

Déjà président entre 2012 et 2017, Hassan Cheikh Mohamoud s’est imposé, dimanche 15 mai, face au chef de l’État sortant Mohamed Abdullahi Mohamed.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Guinée : la junte propose une transition de “trente-neuf mois”

Le 30 avril, dans un discours télévisé, le chef de la junte au pouvoir en Guinée a annoncé un calendrier de transition, huit mois après le coup d’État contre Alpha Condé.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Ukraine : les médias face à la guerre des informations et des images

La profusion d’informations et d’images concernant le conflit ukrainien met les médias au défi de ne pas devenir des relais partisans.

Un contenu proposé par Réforme

Corne de l’Afrique : 20 millions de personnes menacées par la sécheresse

La Corne de l’Afrique fait face à une sécheresse qui inquiète les organisations humanitaires, avec près de 20 millions de personnes menacées par la faim.

Un contenu proposé par Réforme

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

bannière podcast