Congo : un référendum « à la soviétique »…

Congo : un référendum « à la soviétique »…

À Brazzaville, la capitale congolaise, le dimanche 25 octobre aura été la journée de tous les dangers.

Un contenu proposé par Défap

Publié le 3 novembre 2015

Lire directement l’article sur Défap

Après les violentes manifestations de la semaine précédente, qui ont fait quatre morts et une dizaine de blessés, le jour du référendum était appréhendé avec crainte tant par la population que par… les forces de l’ordre, finalement peu sûres de n’être pas débordées. Mais toutes les opérations de vote se sont déroulées dans le calme. Rendu public au matin du 27 octobre par le gouvernement, le résultat serait « oui » à la nouvelle constitution à 92,2 %, avec un taux de participation de l’ordre de 72 %. Des scores… soviétiques.

Tous les leaders de l’opposition ont protesté, tant contre les conditions dans lesquelles se sont déroulés les scrutins que contre l’absence de toute commission électorale indépendante, voire même de simples observateurs tandis qu’eux-mêmes étaient menacés, placés sous surveillance ou assignés à résidence. Certains, comme Clément Mierassa, du Parti social-démocrate congolais (PSDC), ont parlé de fraudes et de « tripatouillages », ce qui est loin d’être une première. […]

Lire la suite sur Défap

Dans la même rubrique...

Israël : juifs et arabes, le dialogue au temps des émeutes

Quelle cohabitation possible alors que le pays vient de se choisir une nouvelle coalition gouvernementale ?

Un contenu proposé par Réformés

La Russie face à une nouvelle vague

Ces derniers jours, le pays a enregistré des records de contamination. La progression du variant Delta est une des causes de ce rebond.

Un contenu proposé par Une plume et des gens

Une lumière dans les ténèbres

Depuis le Liban, la chargée de communication de Merath, un partenaire du Sel, revient sur les terribles événements ayant secoué Beyrouth l’été dernier et sur la situation globale du pays.

Un contenu proposé par Blog du Sel

Après l’assassinat du président, la crise humanitaire ?

La mort du président haïtien est survenue alors que la violence des gangs va croissant depuis un mois à Port-au-Prince. Conséquence directe : les actions d’aide en faveur des Haïtiens les plus vulnérables risquent d’être bloquées.

Un contenu proposé par Défap

UN CONTENU PROPOSÉ PAR