Guinée
Politique

Guinée : les partis politiques s’unissent pour dialoguer avec la junte et trouver des accords

En Guinée, une centaine de partis politiques ont lancé un collectif. Il vise à présenter une position commune à la junte au pouvoir sur le calendrier d'un retour des civils à la tête du pays.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Publié le 4 janvier 2022

Auteur : Camille Verdi

Remettre des civils à la tête du pays. Pour y parvenir au plus vite, une centaine de partis politiques guinéens ont lancé le Collectif des partis politiques (CPP). La coalition, présentée lundi 3 janvier à Conakry, va plancher sur une position commune afin de présenter à la junte au pouvoir un calendrier du retour des civils à la tête du pays, indique RFI. “Nous allons lui déposer un mémo qui comportera la position qui est la nôtre par rapport aux grandes lignes de la Constitution, au code électoral, à l’organe de gestion des élections, au chronogramme et à la durée de la transition ainsi que sur le fichier”, détaille Cellou Dalein Diallo, le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG).

Les propositions émises par le collectif seront défendues devant la junte (Comité national du rassemblement pour le développement) sous réserve que celle-ci accepte sa création. “Nous avons besoin d’avoir un cadre de dialogue pour essayer d’aplanir autour de la table nos divergences”, souligne Cellou Dalein Diallo. La présidente du Front pour l’Alliance Nationale (FAN), Makalé Camara, explique à RFI : “Ce que nous demandons au CNRD, c’est de parler avec nous, parce que le CNRD ne parle pas avec les partis politiques. Ce que nous souhaitons concrètement, c’est que ce lien soit établi où le CNRD dialogue avec les partis politiques et prenne en compte nos contributions pour que nous puissions nous aussi participer à cette transition”.

Des sanctions prononcées

La communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), réclame des élections dans les prochains mois en Guinée. Le pays a d’ailleurs été suspendu de ses instances et les membres de la junte ont écopé de sanctions individuelles. Depuis le 5 septembre, jour où une unité d’élite de l’armée guinéenne s’est emparée du palais présidentiel et a capturé le président, Alpha Condé, la junte est au pouvoir. Les auteurs du coup d’État, menés par le colonel Mamadi Doumbouya, ont annoncé la suspension de la Constitution, la dissolution du gouvernement et des institutions ainsi que la fermeture des frontières.

Les putschistes ont expliqué le renversement du gouvernement par la pauvreté et la corruption endémique. Depuis, un gouvernement de transition a été mis en place, mais les couacs sont nombreux. Et à la fin du mois de décembre, le colonel Doumbouya promettait de rendre le pouvoir aux civils après des élections, refusait toujours qu’un délai lui soit imposé, rapportait alors Le Monde. Le militaire se contentait de dire qu’un calendrier serait établi par le Conseil national, en cours de constitution, qui fait office d’organe législatif.

 

Dans la même rubrique...

Plus de 4000 migrants morts ou disparus en mer en 2021

Le bilan de la crise migratoire vers l’Espagne a coûté encore plus de vies en 2021 selon l’ONG “Caminando Fronteras”.

Un contenu proposé par Réforme

Le pape nomme Mgr Jean-Paul Vesco archevêque d’Alger

Ancien avocat et évêque d’Oran depuis 2012, Mgr Jean-Paul Vesco succède en tant qu’archevêque d’Alger à Mgr Paul Desfarges, touché par la limite d’âge.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Afghanistan : les femmes bannies des écrans télé

Invoquant de nouvelles “directives religieuses”, les talibans demandent aux chaînes locales de télévisions de ne plus diffuser de séries ou de films avec des femmes.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Denis Mukwege honoré par l’Académie de médecine

Mardi 11 janvier, le docteur Denis Mukwege a reçu à Paris le titre de membre Honoris Causa pour son engagement dans la lutte contre les violences sexuelles en République démocratique du Congo.

Un contenu proposé par Info Chrétienne