« Une journée ordinaire à Hébron »

Un témoignage de Laurent Mérer, accompagnateur œcuménique en Israël et dans les territoires palestiniens.

Un contenu proposé par Défap

Publié le 1 mars 2016

Auteur : Laurent Mérer

Lire directement l’article sur Défap

27 février, matin. Le printemps est arrivé sur Hébron, ciel bleu entièrement dégagé, température encore fraîche le matin. Ab el Karim Jabary, la cinquantaine souriante, pantalon gris, pull-over marron et bonnet noir enfoncé sur la tête, un long morceau de tuyau noir dans la main en guise de bâton, fait paître ses chèvres et quelque brebis à proximité de sa maison, sur d’anciennes terrasses à demi-éboulées où survivent quelques oliviers. C’est un petit homme trapu, chaleureux, moustache poivre et sel, et barbe de quelques jours. La terre alentour qui descend vers la petite vallée Wadi al Hussain jusqu’à mi-pente appartient à sa famille depuis des générations.

Deux soldats lourdement armés, tenant leur fusil d’assaut M4 pointé vers le sol, grimpent à travers la rocaille et le rejoignent. Les deux ont la peau foncée et le visage étroit des falashas, ces juifs éthiopiens émigrés massivement dans les années 1990, après qu’ils ont été reconnus juifs par les autorités rabbiniques d’Israël. L’épopée de ces malheureux persécutés par le régime du dictateur Menghistu, misérable cohorte fuyant à pied à travers les hauts plateaux en direction du Soudan, et transférés en Israël par un pont aérien avait ému le monde entier. Leurs enfants occupent aujourd’hui la Palestine…

Les deux jeunes soldats intiment vertement à Jabary l’ordre de déguerpir avec son modeste troupeau. Les fusils restent pointés sur le sol, mais leurs gestes sont sans équivoque. Jabary ne montre aucun signe de colère, son visage reste même plutôt souriant, mais il argumente car il est dans son bon droit : à grands moulinets de bras, il pointe sa maison et la terre alentour, mais il sait depuis longtemps qu’il n’aura pas le dernier mot. En contrebas, d’autres soldats, stationnés autour d’un petit poste militaire surveille les opérations. Ils sont d’origine russe, américaine, britannique, française… on le devine lorsqu’on les croise sur la route et qu’on échange un mot ou un salut, Shabat Shalom aujourd’hui, car c’est Shabat. […]

Lire la suite sur Défap

Dans la même rubrique...

En Suisse, une pasteure invite des inconnus à un enterrement

La ministre zurichoise Priscilla Schwendimann a lancé un appel via les réseaux sociaux. Entretien.

Un contenu proposé par Réformés

La logique diabolique du mensonge

La singularité du trumpisme est qu’il a érigé le mensonge en élément de communication. L'analyse du théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Le blog d’Antoine Nouis

L’assaut du Capitole, ultime legs de Donald Trump ?

Alors que Joe Biden s’apprête à succéder à Donald Trump, deux historiens évoquent le trumpisme et le tournant qu’a constitué l’assaut du Capitole, le 6 janvier dernier.

Un contenu proposé par Réforme

Coup d’état en Birmanie : quatre questions pour comprendre

Les manifestations s’enchaînent dans plusieurs villes pour protester contre le coup d’état qui a renversé Aung San Suu Kyi le 1er février.

Un contenu proposé par Une plume et des gens

UN CONTENU PROPOSÉ PAR