Vendues comme esclaves

Vendues comme esclaves

Retour sur le sort tragique des lycéennes enlevées par les milices islamistes de Boko Haram au Nigeria. Et sur les pratiques de l'esclavage aujourd'hui.

Un contenu proposé par Blog de Sébastien Fath

Publié le 8 mai 2014

Auteur : Sébastien Fath

Lire directement l’article sur Blog de Sébastien Fath

Il y a quelques jours, surprise avec ce titre d’un journal français : “Les islamistes de Boko Haram restaurent l’esclavage au Nigeria.” Ah bon, vraiment ? Parce que l’esclavage avait disparu avant Boko Haram ?

Il est grand temps de secouer les écailles qui obturent la vue des bons esprits qui, depuis leurs certitudes d’occidentaux shootés au «progrès» bisounours, regardent de loin, très très loin, les réalités brutales d’un monde contemporain confronté massivement au trafic d’êtres humains.

Le sort tragique des lycéennes enlevées par les milices islamistes de Boko Haram au Nigeria et vendues comme une marchandise s’inscrit dans une réalité déjà bien ancrée: celle d’un esclavage moderne infra-médiatique, bien moins spectaculaire que celui d’antan (le «commerce triangulaire»), mais communément pratiqué en maints endroits de la planète sur fond d’exploitation de la misère humaine.

Cet esclavage prend aujourd’hui de multiples formes parmi lesquelles on peut distinguer quatre types (qui se recoupent souvent en partie dans la pratique). […]

Lire la suite sur Blog de Sébastien Fath

Dans la même rubrique...

Denis Mukwege, un Nobel activiste

Denis Mukwege, un Nobel activiste

Celles et ceux qui se battent pour la dignité des plus fragiles, pour un minimum de justice, saluent dans ce prix Nobel un puissant signal d’une espérance nouvelle en cette région de l’Afrique.

Un contenu proposé par

La conférence missionnaire mondiale d’Édimbourg (1910)

Cette conférence missionnaire mondiale a été considérée par certains comme le « berceau » du mouvement œcuménique.

Un contenu proposé par Musée protestant

Comment vit-on en Israël aujourd’hui ?

L'État juif en conflit quasi-permanent depuis sa création en 1948, semble paradoxalement être un lieu propice au bonheur. Explications de Florence Taubmann et Gérard Benhamou.

Un contenu proposé par Campus protestant

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Blog de Sébastien Fath

Agrégé d’histoire, ancien élève de l’École Normale Lettres Sciences Humaines (LSE), docteur de l’EPHE, Sébastien Fath est chercheur au CNRS, membre du Groupe Sociétés Religions Laïcités.

Derniers contenus du partenaire