« Comme lui j’ai aimé, comme lui j’ai souffert »

 

Renaud se définit comme agnostique. Pourtant ses plus grands fans savent que le chanteur s’est fait tatouer dans le dos le buste du Christ, coiffé de la couronne d’épines, avec la mention « Comme lui j’ai aimé, comme lui j’ai souffert ».


Sa jeunesse est marquée par un tempérament contestataire. D’abord engagé dans divers mouvements pacifistes, puis comédien aux côtés de Coluche et de Miou-Miou, il se fait remarquer en tant que musicien et sort son premier disque, « Amoureux de Paname », en 1975. On retrouve déjà dans cet album des titres phares tels que Hexagone et Société tu m’auras pas. Avec plus de vingt millions de disques vendus et 35 ans de carrière, il est l’un des chanteurs français les plus populaires depuis les années 1980. Accordant une place importante aux textes, il n’hésite pas à utiliser l’argot pour décrire la société et pointer du doigt ses incohérences.


Il s’est lui-même qualifié de « chanteur énervant » en raison de ses paroles engagées. Il a pris position au sujet de l’antimilitarisme, de l’écologie et affiche un soutien à l’indépendantiste corse Yvan Colonna. On connaît aussi Renaud pour sa fragilité. L’artiste a sombré dans la dépression et l’alcool pendant plusieurs années. En 2016, il a sorti un album dédié aux proches et aux victimes de la série d’attentats terroristes de 2015.


Recevez chaque mardi et vendredi la newsletter de Regards protestants ! S'inscrire