créativité

Une bible en couleur, le secret du bonheur ?

Pasteure à L’Hôpital (Moselle), Émily Huser anime des groupes de Bible journaling, une pratique née aux États-Unis qui consiste à illustrer sa foi par des notes ou des dessins, directement dans sa bible.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 7 avril 2022

Auteur : Ophélie Gobinet

C’est une pratique qui s’était perdue dans le temps. « À la base, les protestants ont l’habitude d’emmener leur bible personnelle pendant les offices et de prendre des notes », rappelle Émily Huser, pasteure dans la commune de L’Hôpital. « Aux États-Unis, certaines bibles ont une énorme marge de six à sept centimètres, voire des pages blanches, pour permettre ces annotations », ajoute la jeune femme. Elle raconte avoir connu les bibles annotées de ses grands-parents qui témoignaient aussi des événements de la vie quotidienne. « Cette tradition s’est perdue. Pourtant, les protestants se réclament proches du texte et de la parole », remarque la pasteure.

C’est grâce aux réseaux sociaux, Instagram en particulier, qu’elle a redécouvert le Bible journaling. Malade pendant une longue période, Émily Huser s’occupe en illustrant d’abord un petit psautier, « grand comme une main ». « Cela m’a permis de tester les différentes méthodes d’illustrations : papier calque ou des jeux de transparence », se souvient-elle.

Illustrer les textes

L’idée : retranscrire et poursuivre en dessins, en mots, la lecture de certains passages de la Bible. Poser sur papier la méditation et les réflexions qui en découlent. « Le Bible journaling n’est pas destiné à être une activité de grands groupes, précise Émily Huser. Ce n’est pas la même aventure de le faire seul ou à plusieurs… ». Parmi les participants, des personnes âgées de 20 à 77 ans. « On apporte la technique, le matériel. La suite n’appartient qu’à la personne. Et elle n’aura pas à justifier ce qu’elle pense du texte et comment elle l’illustre », prévient la pasteure qui indique qu’une illustratrice a par exemple pris le parti de faire redécouvrir la Bible à travers le thème de Disney. Autrement dit : ce qu’on dessine nous appartient.

Les séances se déroulent comme suit : Émily Huser choisit un texte qu’elle introduit et lit. « Il y a ensuite un temps d’échanges. J’insiste toujours pour que chacun relise ses notes et en tire l’essentiel. Après, je propose des techniques pour l’illustrer : aquarelle, pastel à l’huile, etc. », explique la jeune femme. Et puis, il y a ces trois règles : « Le résultat n’appartient qu’à vous et Dieu. Il est souvent d’usage aussi de ne pas commenter ou commenter uniquement positivement sur les réseaux », insiste Émily Huser. « Il faut aussi qu’on voit dans le dessin ce qui a le plus porté la personne. Enfin, il faut dater sa création. » À vos pinceaux !

Dans la même rubrique...

John Featherstone

Le chanteur John Featherstone raconte son parcours dans la musique ainsi que sa foi, omniprésente dans son art.

Un contenu proposé par Croire et vivre

Précieux êtes-vous !

Découvrez l'édito du numéro de juin, juillet et août de Paroles protestantes Paris dont le dossier de une est : "Les protestants et la mode".

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris

La confirmation: le choix de l’identité

Le nombre de confirmations de baptême augmente chez les réformés vaudois. Mais que confirment-ils? Retour sur le sens et l’histoire d’un rite.

Un contenu proposé par Réformés

« C’est son amour »

Découvrez l'édito de Croire et lire n°60 consacré à l'amour.

Un contenu proposé par Croire et lire

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 45 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast