Une confiance éclairée

Bioéthique : une confiance éclairée

En février dernier, Guillermo Quintero s’est porté volontaire pour intervenir en tant que « grand témoin » au Forum européen de bioéthique sur le transhumanisme à Strasbourg.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 1 février 2018

Auteur : Claire Gandanger

Féru d’actualité liée aux technologies, le lycéen mulhousien de 18 ans se veut optimiste : « Le transhumanisme ne sera pas un nouvel humanisme. Tant que les technologies ne sont pas intégrées à l’humain, c’est bien l’humain qui reste maître et c’est une bonne chose. » Mais lors des débats, le jeune homme a pris conscience d’une vision plus extrême du transhumanisme. « Les questions conservatrices dans le public ont contrebalancé l’enthousiasme des intervenants. J’ai maintenant compris qu’il y a une autre vision, extrémiste, qui vise l’amélioration de l’Homme sain et de ses performances. » Même si l’intégration de technologies et notamment d’intelligence artificielle dans le corps reste un choix, une telle modification de l’humain tendrait vers un nouvel humanisme, reconnaît-il.

 « Mais on n’y arrivera pas parce qu’il y a des garde-fous. » L’étudiant en droit est confiant : les entreprises comme Google « vont s’auto-brider sous l’effet de l’opinion ». Quant aux projets militaires, « ils risquent d’être limités par les États et par des conventions ».

Le rôle des « conservateurs »

Guillermo Quintero ne croit pas du tout à l’horizon extrême de la disparition progressive du corps : « C’est de la caricature. » Il est par contre certain que l’opinion publique adhérera à une vision modérée. « Les gens manquent d’informations. Mais si on leur explique les enjeux pour la santé, la détection des maladies, les nanotechnologies réparatrices, ils vont accepter. » Pour autant, le jeune homme estime que ceux qu’il appelle « les conservateurs », en dénonçant les dérives extrémistes, jouent un rôle utile.

Sur le même thème

Comment l’Eglise envisage cette idéologie qui me fait très peur, le transhumanisme ?
Le transhumanisme, une imposture post-moderne ?

Le transhumanisme, une imposture post-moderne ?

Dans Midi Magazine, Philippe Arondel reçoit l'écrivain Mathieu Terence pour son livre « Le transhumanisme est un intégrisme ».

Un contenu proposé par Fréquence Protestante

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 42 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire

Campus protestant