Des allumettes dont la tête rouge est en forme de tête humaine. L'une d'entre elles est noire et s'enflamme.
Travail

Burn-out : « toute mon énergie est tombée à plat »

Christiane Puzenat, pasteure-aumônière des hôpitaux de Metz relaie l'histoire d'un burn-out.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes - Paris

Publié le 10 mai 2020

Auteur : Christiane Puzenat

Ce terme anglais veut dire « s’éteindre ». Il qualifie, par exemple, l’état d ’une bougie, qui, après avoir éclairé de longues heures, n’offre plus qu’une petite flamme qui va diminuant. Le burn-out décrit un épuisement professionnel qui atteint la personne dans tout son être. Elle est comme victime d’un incendie et ses ressources internes en viennent à se consumer comme sous l’action des flammes, ne laissant qu’un vide immense à l’intérieur d’elle-même. « C’est tout à fait cela », me dit Simon. Il est là, en face de moi, dans sa chambre d’hôpital. « C’est une grâce, je m’en suis aperçu à temps. Les médecins me l’ont confirmé. Je n’en pouvais plus, je devenais irritable, souffrant de tout et de rien, sans entrain au travail. Vidé nerveusement, je commençais à trembler, avec des douleurs musculaires violentes et des trous de mémoire ». Il a évoqué aussi son sentiment douloureux d’être devenu étranger à lui-même.

« Pourtant je suis un battant, et j’avais tant misé sur ce nouvel emploi ! Je prenais les dossiers chez moi le soir. Il fallait rattraper le retard : je l’ai fait en 3 mois ! Puis structurer, et ensuite former les gens… C’est là qu’a commencé l’épuisement : les personnes formées partaient ou étaient déplacées. Toute mon énergie est alors tombée à plat… » Simon est devenu pensif et son visage s’est soudain crispé, exprimant une douleur venant du plus profond : il m’a reparlé de cette blessure cruelle qui lui a fait quitter son engagement religieux dans sa communauté. Là, maintenant, son burn-out révèle au grand jour l’affaiblissement de ses ressources spirituelles, et par là même lui indique le chemin de la source de la guérison. Ce passage à vide a donné du temps au temps, a permis que s’installe une distance avec le passé, le lâcher-prise est devenu possible et l’idée du pardon a pu alors naître en lui. Le burn-out, une traversée du désert pour les temps modernes.

Vous pourriez aimer aussi

Épuisement maternel : “J’étais la seule à ne pas voir ma dépression”

L’une des premières difficultés, c’est de prendre conscience de son propre état.

Un contenu proposé par Fabuleuses au foyer
Le burn ou bore out des sportifs

Le burn ou bore out des sportifs

Le témoignage poignant de la nageuse Charlotte Meniere face au burn out et aux tentatives de suicide en milieu sportif.

Un contenu proposé par Le blog de Joël Thibault
Burn-out : un stress qui ronge corps et âme

Burn-out : un stress qui ronge corps et âme

Victime d’un burn out, Georges Musy évoque cette période difficile de sa vie. Une traversée du désert qui, finalement, lui a été salutaire. Témoignage.

Un contenu proposé par Réformés

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Paroles Protestantes – Paris

Paroles protestantes – Paris est le journal des réformés et luthériens en Région parisienne. Il apporte tous les mois à ses lecteurs informations et réflexions. Un dossier, préparé avec la presse régionale protestante, aborde chaque mois un thème de société.

logo

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram