Regarder son cœur

Bye bye 2020, bonne année 2021 !

Comment aller au-delà des bonnes résolutions qu’on n’arrive pas à tenir ? Laetitia Bastien, équipière de la Maison Verte (Paris 18e) propose des pistes…

Un contenu proposé par Blog pop

Publié le 7 janvier 2021

A l’aune de cette nouvelle année, nous nous accordons tous pour dire que 2020 était une année particulière. Au-delà du (ou de la) Covid 19, nous avons aussi d’autres choses plus courantes à laisser derrière nous : déceptions, trahisons, mensonges, rejet, manque de pardon, manque d’amour pour son prochain.

Nous avons l’habitude de prendre de bonnes résolutions, qui la plupart du temps ne sont pas tenues. Personnellement, je ne prends pas souvent des résolutions en début d’année car ma motivation s’estompe assez rapidement : se (re)mettre au sport, être ponctuelle, s’organiser davantage, manger des légumes à chaque repas, passer moins de temps sur les réseaux sociaux, lire la Bible de manière régulière…

Et pourtant j’ai besoin de toutes ces nouvelles décisions et même plus encore. Mais en réalité, je dois surtout comprendre ce qui s’est passé dans mon cœur l’année passée.

C’est pourquoi cette année je décide d’y aller progressivement. Nous pouvons d’ailleurs tous décider d’y aller progressivement et de prioriser les changements que nous voulons voir dans nos vies : quelle est la mauvaise habitude ou le mauvais comportement à éradiquer de notre vie en priorité ? L’urgence pourrait-être de prendre soin de sa santé si on a des problèmes de santé. Comme on a l’habitude de la dire, sans la santé nous ne sommes rien ! En ce mois de janvier 2021, nous pouvons alors décider de prendre sérieusement un traitement, manger sainement ou encore, faire de l’exercice.

La priorité peut aussi être de se reconnecter avec Dieu : se forcer à parler à Dieu au moins une fois par jour pendant 2 à 5 minutes lors d’un moment dédié. Pourquoi ne pas commencer un plan de lecture ? Il en existe une multitude sur divers sites ou application sur smartphone, permettant de lire la Parole quotidiennement et de méditer ce petit passage lu. Pour d’autres, il peut devenir urgent de se désintoxiquer des réseaux sociaux, médias, séries TV ou écrans, tout simplement.

Regarder son cœur, pour garder son cœur

Le dernier exemple concerne un domaine dans lequel nous éprouvons souvent des difficultés : se déconnecter. Que ce soit des réseaux sociaux, du travail en dehors des horaires de travail, des médias, des séries… Se déconnecter pour se retrouver face à soi-même, prendre le temps de ne rien faire de réfléchir, de méditer, d’écrire ses pensées, de se demander comment on se sent et surtout de donner des objectifs à notre cœur.

En réalité, la raison pour laquelle nous avons du mal à tenir nos objectifs est parce qu’on ne prend pas le temps de se sonder, de regarder comment on va, de faire le bilan de ce que l’on a vécu. En quoi nous sommes nous améliorés l’année précédente, pourquoi et grâce à quoi ? Et au contraire, quelle mauvaise attitude persiste en nous et pourquoi ? Ai-je été déçu ? Blessé ? En colère ? Comment-va mon cœur ? Il est en fait nécessaire d’aller en profondeur de nous-même, de s’introspecter pour connaître la source de nos comportements.

« Garde ton cœur plus que tout autre chose, car c’est de lui que viennent les sources de la vie » (Proverbes 4, verset 23). Nos attitudes, nos paroles, notre manque d’hygiène de vie, notre découragement, notre dureté de cœur… Tout cela peut provenir de mauvais souvenirs, de déceptions, de maltraitances ou d’échecs qu’il est tout à fait normal de vivre mais qui laissent bien souvent une cicatrice dans notre cœur.

Laisser la cicatrice se refermer

En cette nouvelle année prenons donc la décision de laisser cette cicatrice se refermer en pardonnant aux autres, en demandant pardon ou en se pardonnant à soi-même. Pardonner aux autres ne signifie pas être faible ou être bonne poire ; cela signifie juste que nous ne voulons plus porter ce fardeau et que nous voulons fermer la porte d’un épisode douloureux de notre vie. Se pardonner à soi-même revient faire preuve d’humilité : on reconnaît que l’on n’est pas parfait, que l’on fait des erreurs et que c’est normal. On accepte alors de tenter, d’échouer, d’avoir blessé des personnes, de s’abaisser pour leur demander pardon en même temps que l’on se pardonne à soi-même. Nous ne sommes que des êtres humains : imparfaits, ingrats, faibles, orgueilleux. Et si nous n’étions pas si humains, Jésus n’aurait pas eu besoin d’aller se sacrifier sur la Croix pour nous offrir le pardon absolu.

Ainsi, il est normal de reconnaître que nous sommes imparfaits, que nous avons des blessures et qu’il est important de mettre le doigt dessus, de les remettre à Dieu, de pardonner/ demander pardon/ se pardonner à soi-même, puis fermer le livre de cette année pour partir sur une nouvelle année avec un cœur renouvelé et libre de toute amertume. Nous ne serons jamais parfaits, même en regardant nos cœurs tous les matins pour repartir à zéro. Mais ce qui est garanti est que nous serons en paix.

C’est une fois ce travail fait, cette une fois que cette paix sera acquise que nous pourrons tenir fermes dans nos bonnes résolutions, sans se mettre la pression : en prenant de nouvelles décisions une par une, en acceptant l’échec et en prenant du temps pour comprendre ce qui se passe dans nos cœurs.

Bonne année à tous !

Vous pourriez aimer aussi

Est-ce une bonne manière de vaincre la pandémie ?

Jean Alexandre, pasteur retraité de l’EPUdF, ami de la Mission populaire, conteste que se préoccuper de la santé biologique signifie nier la santé relationnelle.

Un contenu proposé par Blog pop

Pour ce temps de Noël, des boites à chaussures généreuses

Véronique Mégnin, bénévole à la Frat’Aire du Pays de Montbéliard, raconte une belle épidémie de générosité qui fait front au Covid.

Un contenu proposé par Blog pop

Une crise sociétale plus grave que la seule crise sanitaire ?

Denis Heller, pasteur de l’Église protestante unie d’Asnières-Bois-Colombes (92), s’interroge sur les conséquences de la sacralisation de la santé biologique.

Un contenu proposé par Blog pop

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Blog pop

La Mission populaire évangélique dit « La Miss Pop » est une institution protestante française d’éducation populaire. Dans Blog pop, découvrez les réflexions et témoignages de ses animateurs.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants