Couples et familles : évolutions ou révolutions ?

Couples et familles : évolutions ou révolutions ?

En quelques générations, la vie conjugale et familiale s’est profondément transformée. Qu’en est-il de ces mutations ? En quoi interpellent-elles les Eglises ?

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 29 mai 2018

Auteur : Caroline Lehmann

« Il existe un décalage entre le discours des médias et les statistiques », prévient Sébastien Dupont, docteur en psychologie, thérapeute familial et chercheur associé à l’Université de Strasbourg. Contrairement à certaines idées reçues, la norme reste la famille traditionnelle avec deux adultes, homme et femme, et leurs enfants : ce type de ménage représente 70,4 % des familles. En France, trois enfants sur quatre vivent avec leurs deux parents. Les familles monoparentales recouvrent 20,3 % des ménages ; les familles recomposées 9,3 % et les foyers homoparentaux 0,2 %. L’idéal que représente la famille traditionnelle demeure lui aussi très fort, puisque 77 % des Français affirment préférer « construire une seule famille dans leur vie en restant avec la même personne »2.  Le chercheur relève cependant cette réalité « paradoxale mais logique : plus on idéalise la famille, plus on encourt le risque d’être déçu et de se séparer ». C’est le cas de près d’un couple parental sur trois, à la ville un peu plus qu’à la campagne.

Parmi les raisons qui ont conduit à la métamorphose de la vie conjugale et familiale, Sébastien Dupont met en avant celles qui sont d’ordre démographique : « Il y a encore un siècle, les veuvages et les remariages étaient courants ; voir des enfants mourir faisait partie de la vie (en 1900, 1 enfant sur 6 décédait avant l’âge de 1 an ; 4 sur 1000 aujourd’hui). Le mariage n’était pas tant synonyme d’amour que d’institution permettant de faire tourner la société. Actuellement, la majorité des familles a entre 1 et 2 enfants. Cela change le rapport à l’enfant, à soi, à la vie et à la mort. Le cœur de la famille contemporaine est désormais l’amour et ses corolaires, à savoir la fragilité du lien et le désamour. » Des réalités d’autant plus complexes qu’avec l’allongement de l’espérance de vie, la durée de vie moyenne d’une union est passée de 15 à 45 ans entre 1900 et 2017.

La recomposition des rôles entre le père et la mère est un autre élément majeur dans l’évolution de la famille contemporaine. Tandis qu’au Moyen-Âge, tous deux vivaient et travaillaient au contact de leurs enfants, le XIXe siècle et la Révolution industrielle ont entraîné une division radicale des rôles. Le schéma où le père « travaille » et la mère s’occupe des tâches domestiques et de l’éducation des enfants a prévalu jusque dans les années soixante mais n’a plus cours. « Redonner une place aux pères dans la famille » est l’un des enjeux du XXIe siècle, estime Sébastien Dupont.

Et les Églises luthéro-réformées dans tout ça ?

La baisse du nombre de mariages religieux est la réalité la plus directement visible. Isabelle Grellier-Bonnal, professeure de théologie pratique à la Faculté de Strasbourg, plaide pour le développement d’une « théologie du couple » qui fasse l’éloge d’une « fidélité vivante, où le conflit a sa place ». L’accompagnement des couples « qui n’ont pas pu faire autrement que de rompre » et des familles en difficultés est un autre axe important selon elle : « La bénédiction de Dieu ne tombe pas à l’eau ; même en cas d’échec, sa promesse de vie reste pour chacun ». Concernant la bénédiction des unions homosexuelles, il lui semble nécessaire de souligner que toute bénédiction de mariage « concerne les personnes, plus que leur lien qu’il ne faut pas sacraliser ». Elle estime également judicieux de valoriser la filiation et de réfléchir au statut de beau-parent, car « des liens nouveaux peuvent se nouer, qui ne sont pas au détriment des liens initiaux. »

Sur le même thème

Repenser l’infidélité pour réinventer son couple

Repenser l’infidélité… pour réinventer son couple

Thérapeute de couple réputée à New York, Esther Perel était à Paris pour une unique conférence, à l’occasion de la sortie de « Je t’aime, je te trompe ».

Un contenu proposé par Inspirations
La société a besoin de couples robustes !

La société a besoin de couples robustes !

Des couples solides et durables constituent un fondement de nos sociétés, explique le philosophe Olivier Abel.

Un contenu proposé par
Couples, familles, parentalités

Couples, familles, parentalités

Un outil d'animation proposé par des théologiens, thérapeutes et sociologues, pour ouvrir le débat en Eglise sur les nouvelles formes de conjugalité, de parentalité et de familles.

Un contenu proposé par Éditions Olivétan

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 42 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire

Bel été avec les médias protestants !