Demain, le bonheur ?

Demain, le bonheur ?

René Lamey nous met en garde contre le bonheur à venir, car nul ne peut prédire ce que sera le lendemain. C'est aujourd'hui qu'il faut essayer d'être heureux.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 2 février 2016

Auteur : René Lamey

Entendu dans le train… Deux jeunes parlaient de leur vie. L’un d’entre eux a prononcé cette phrase : « Quand j’aurai décroché ce boulot, je serai enfin heureux ! » Ne disons-nous pas la même chose avec d’autres mots, d’autres attentes ? « Quand j’aurai fini mes études, quand j’aurai rencontré l’âme soeur, quand j’aurai construit ma maison, quand j’aurai mis au monde un enfant, quand j’aurai résolu tel ou tel problème, quand je serai guéri, quand je serai riche, « Quand je serai en vacances, quand j’aurai ma retraite … je serai enfin pleinement, totalement HEUREUX ! »

En somme, un bonheur décliné au futur, un bonheur pour demain. Sentez-vous la contradiction interne de ces propos ? Remarquez-vous le paradoxe du « bonheur à venir » ? Baser notre bonheur sur un avenir hypothétique et aléatoire – nul ne sait ce que ce dernier nous réserve – c’est courir le risque d’amoindrir et de noircir le présent, de vivre dans demain et non pas dans aujourd’hui. C’est entretenir, voire augmenter, notre insatisfaction actuelle. C’est surtout passer à côté de multiples petits bonheurs cachés dans le présent.

Car voyez-vous, si nous n’arrivons pas à être heureux ici et maintenant, nous ne le serons pas demain non plus. Il y a aura toujours un autre manque à combler, un autre désir à assouvir, la quête sera sans fin. Le bonheur n’est pas dans l’avoir, il est dans l’être. Le bonheur n’est pas dans « demain », il est dans « aujourd’hui ». L’apôtre Paul l’avait déjà compris (et les philosophe de son temps aussi). On peut dire ce qu’on veut sur cet apôtre souvent mal compris. Ici, il nous donne une belle leçon de savoir-vivre au présent, un enseignement du bonheur pour aujourd’hui. A ses amis de la ville de Philippes, il écrit : « J’ai appris en toutes circonstances à être content avec ce que j’ai. J’ai appris à vivre dans l’abondance, mais j’ai aussi appris à vivre dans le dénuement. » (Philippiens 4.12-12).

Vis aujourd’hui, sois heureux aujourd’hui !

Dans la même rubrique...

Penser la laïcité

Dans les débats autour de la laïcité, on a parfois le sentiment que la France a découvert - avec la loi de 1905 - le Graal de la juste relation entre la République et les religions, et qu’il y aurait sacrilège à toucher un monument aussi achevé.

Un contenu proposé par Le blog d’Antoine Nouis

Les réseaux sociaux peuvent-ils seuls décider de limiter les libertés ?

La fermeture des comptes Twitter et Facebook de Donald Trump repose la question de la puissance de cet empire mondial que sont devenus les Gafa.

Un contenu proposé par Campus protestant

Sciences Po ébranlé suite au récit de Camille Kouchner

« La Familia grande » révèle que le politologue Olivier Duhamel s’est rendu coupable d’inceste à l’égard de son beau-fils et a bénéficié d’une véritable complaisance de son milieu. Un livre qui provoque le trouble au sujet de Sciences Po.

Un contenu proposé par Le blog de Frédérick Casadesus

Non, 2021 ne sera pas meilleure que 2020

On peut bien sûr le souhaiter, voire l’espérer, mais ne nous leurrons pas : ce qui s’est produit en 2020 laissera des traces. Découvrez l'édito du numéro de janvier d’Évangile et liberté dont le dossier de Une est consacré à Albert Schweitzer.

Un contenu proposé par Évangile et liberté

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 45 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire