Demain, le bonheur ?

Demain, le bonheur ?

René Lamey nous met en garde contre le bonheur à venir, car nul ne peut prédire ce que sera le lendemain. C'est aujourd'hui qu'il faut essayer d'être heureux.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 2 février 2016

Auteur : René Lamey

Entendu dans le train… Deux jeunes parlaient de leur vie. L’un d’entre eux a prononcé cette phrase : « Quand j’aurai décroché ce boulot, je serai enfin heureux ! » Ne disons-nous pas la même chose avec d’autres mots, d’autres attentes ? « Quand j’aurai fini mes études, quand j’aurai rencontré l’âme soeur, quand j’aurai construit ma maison, quand j’aurai mis au monde un enfant, quand j’aurai résolu tel ou tel problème, quand je serai guéri, quand je serai riche, « Quand je serai en vacances, quand j’aurai ma retraite … je serai enfin pleinement, totalement HEUREUX ! »

En somme, un bonheur décliné au futur, un bonheur pour demain. Sentez-vous la contradiction interne de ces propos ? Remarquez-vous le paradoxe du « bonheur à venir » ? Baser notre bonheur sur un avenir hypothétique et aléatoire – nul ne sait ce que ce dernier nous réserve – c’est courir le risque d’amoindrir et de noircir le présent, de vivre dans demain et non pas dans aujourd’hui. C’est entretenir, voire augmenter, notre insatisfaction actuelle. C’est surtout passer à côté de multiples petits bonheurs cachés dans le présent.

Car voyez-vous, si nous n’arrivons pas à être heureux ici et maintenant, nous ne le serons pas demain non plus. Il y a aura toujours un autre manque à combler, un autre désir à assouvir, la quête sera sans fin. Le bonheur n’est pas dans l’avoir, il est dans l’être. Le bonheur n’est pas dans « demain », il est dans « aujourd’hui ». L’apôtre Paul l’avait déjà compris (et les philosophe de son temps aussi). On peut dire ce qu’on veut sur cet apôtre souvent mal compris. Ici, il nous donne une belle leçon de savoir-vivre au présent, un enseignement du bonheur pour aujourd’hui. A ses amis de la ville de Philippes, il écrit : « J’ai appris en toutes circonstances à être content avec ce que j’ai. J’ai appris à vivre dans l’abondance, mais j’ai aussi appris à vivre dans le dénuement. » (Philippiens 4.12-12).

Vis aujourd’hui, sois heureux aujourd’hui !

Dans la même rubrique...

Les occasions fugitives où notre appartenance sociale se construit

Ce que révèlent, en creux, les limites posées par l’épidémie de Covid-19.

Un contenu proposé par Tendances, Espérance

Éloge de la Suisse

A quelques jours de la Fête nationale Suisse, le 1er août, penchons-nous sur un trait de caractère de nos voisins.

Un contenu proposé par Le blog de Frédérick Casadesus

7 femmes qui veulent faire bouger l’Église catholique

Elles sont sept réunies dans le collectif « Toutes Apôtres ! ». Elles ont décidé de suivre l’exemple d’Anne Soupa, qui s’est proposée, le 25 mai dernier, pour succéder au cardinal Barbarin à l’archevêché de Lyon.

Un contenu proposé par

Le travail, difficile vecteur d’intégration ?

L'exemple suisse. "A entendre les personnes qui arrivent dans notre pays, il n’est de loin pas le seul facteur".

Un contenu proposé par Réformés

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 45 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram