Une main tient un bulletin de vote au dessus d'une urne transparente
élection

Dis-moi pour qui tu votes et je te dirai qui tu es !

Découvrez l'édito du numéro de mars-avril du Nouveau Messager.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 1 mars 2020

Auteur : Philippe Ichter

Oui, mais voilà, tout se passe dans la discrétion de l’isoloir: et c’est très bien ainsi. On aura beau disserter sur tous les sondages possibles et imaginables : ils ne remplaceront jamais les résultats du grand soir ! Mais, au fait, de quoi s’agit-il ? De se mettre en avant? De prouver mordicus qu’on est meilleur candidat qu’un autre? D’écraser pour mieux asseoir son pouvoir? Non merci! Il s’agit, en fait, de déléguer à des personnes qui ont des compétences reconnues la gestion des affaires publiques. C’est grand et c’est beau… Et ça s’appelle la démocratie: un système toujours perfectible certes, mais pour l’heure le plus respectueux de l’être humain qui, par essence, ne peut vivre sans les autres.

Pourtant, tant d’affaires insupportables ont pourri ce tableau. Parce qu’aussi, les médias ont souvent mis en avant les élus mis en examen! Alors que, beaucoup plus nombreux, sont ceux qui assoient une autorité forte comme élus de la Nation, sans succomber à la tentation mal placée d’un pouvoir autoritaire voire machiavélique.

Mais si cela est vrai en politique, cela l’est aussi en religion: l’histoire nous montre bien les stratagèmes qui ont tiraillé tant de peuples ici et ailleurs. Les derniers jours de Jésus en sont d’ailleurs une parfaite illustration. Mélanges inadéquats du religieux et du politique qui sont faits pour dialoguer mais sûrement pas pour se confondre.
Je me réjouis donc d’aller dans mon bureau de vote. Rejoindre les autres administrés qui, comme moi, vont donner non du pouvoir aux candidats mais une voix pour mieux tracer la voie dans la commune où je vis. Je me réjouis pareillement de pouvoir aller au culte ces mêmes dimanches. Pour déposer dans le secret de ma prière le nom de ceux qui ont besoin de force, de courage et surtout de soutien dans les moments complexes où il leur faudra faire des choix souvent difficiles.
Car l’administration d’une commune, grande ou petite, a souvent un goût de renoncements, voire même d’un sacerdoce que bien des maires vivent avec passion pour leur ville ou leur village.
Le reconnaître par ma démarche citoyenne en allant voter, c’est déjà dire qui je suis!

Dans la même rubrique...

Avec la pandémie, la fin d’un monde « sans limite » ?

Quelques réflexions sur le déconfinement… Et sur monde "sans limite" ou presque au sein duquel nous avons grandi.

Un contenu proposé par Point-Théo

La noblesse d’un métier mal considéré

La dépréciation du métier d'enseignant est un signal assez inquiétant sur l'état de notre société. La réaction du théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Le blog d’Antoine Nouis

Médecin, c’est bien !

Rencontre avec Thibaut Fraisse, infectiologue à l’hôpital d’Alès.

Un contenu proposé par Radio Grille Ouverte

La liberté de blasphémer

A l'heure du procès des attentats de Charlie Hebdo, Emmanuel Macron a rappelé le droit au blasphème en France. Compatible avec la défense des croyants, l’offense à Dieu n’est toutefois pas recommandée par ces derniers.

Un contenu proposé par

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 45 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast