Famille monoparentale : « aujourd’hui, j’en souffre moins »

Famille monoparentale : « aujourd’hui, j’en souffre moins »

Un témoignage extrait du dossier sur les mutations dans les couples et les familles. Nadine élève seule son fils, âgé de 14 ans et demi.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 2 mai 2018

Auteur : Claire Gandanger

D’avant son divorce, il y a plus de douze ans, Nadine rapporte : « C’est comme si j’avais été seule avec deux enfants à gérer. Je n’ai pas de souvenir heureux d’une famille à trois. Dès la grossesse j’ai pris l’engagement que l’enfant n’en ferait pas les frais. Je l’ai aimé et j’ai prié pour que Dieu m’équipe.» La mère dit finalement avoir « trouvé plus d’aide en étant seule qu’en étant mariée ; en tant que parent isolé, vous êtes reconnue en difficulté. » Pour rompre l’isolement, Nadine a cherché du soutien, moral auprès d’un psychiatre, et spirituel auprès de chrétiens.

Pendant cinq ans, elle a fait partie d’un groupe de mamans qui se réunissaient à la maison. Elles partageaient études bibliques et goûters pendant que les enfants jouaient avec une baby-sitter. « On priait les unes pour les autres.» De là, elle a rejoint une église évangélique. Il lui fallait ce temps pour se reconstruire et trouver la force de penser à elle et de retravailler. « Avant, j’étais 24 h/24 avec mon fils », se souvient-elle. Nadine s’est promis de ne jamais se remarier, un interdit selon elle « posé par Jésus ». « Cela a longtemps été difficile à accepter mais aujourd’hui j’en souffre moins. » Pour Nadine, « l’Église est une famille de remplacement. »  Son fils lui dit « je t’aime » presque chaque jour. «Je suis récompensée de mon sacrifice : maintenant il est autonome », se félicite-t-elle.

Sur le même thème

Couples, familles, parentalités

Couples, familles, parentalités

Un outil d'animation proposé par des théologiens, thérapeutes et sociologues, pour ouvrir le débat en Eglise sur les nouvelles formes de conjugalité, de parentalité et de familles.

Un contenu proposé par Éditions Olivétan

La recomposition familiale, on en parle !

Vivre dans une famille recomposée est de plus en plus fréquent. Mais recomposer une famille ne s’improvise pas, si vous voulez éviter qu’elle ne vire au cauchemar pour chacun.

Un contenu proposé par Family

Nous ne vivons pas sous le même toit

Divorce, famille recomposée ou monoparentale, on ne vit plus toute sa vie ensemble dans la même maison. Choisie ou imposée, la vie de couple séparé trouve ses adeptes et ses détracteurs.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 42 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire