Fin de vie : les protestants prennent position

Fin de vie : les protestants prennent position

En vue de la prochaine révision de la loi bioéthique, la Fédération protestante de France (FPF) est sur le point d’exprimer sa « réticence ».

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 19 novembre 2018

Auteur : Caroline Lehmann

Depuis 2016, la loi Claeys-Leonetti rend contraignantes les directives anticipées et ouvre pour les personnes en fin de vie un droit à demander une sédation profonde et continue en attendant que survienne leur décès. Des dispositifs qui complètent les lois Kouchner de 2002 permettant l’arrêt des traitements et Leonetti de 2005 interdisant l’acharnement thérapeutique. Il n’empêche que 83 % des Français estiment que « dans certaines circonstances, chacun devrait pouvoir choisir le moment de sa mort ». Chez les protestants, ils sont 73 %, dont 54 % parmi les évangéliques, à partager cet avis (1). Le fait que, malgré les progrès de la prise en charge de la fin de vie ces trente dernières années, plus d’un tiers des personnes meurent toujours dans des
conditions difficiles en France, n’est sans doute pas sans lien avec ces chiffres. Par ailleurs la Suisse et la Belgique, pour ne citer que ces deux pays, accueillent, sous certaines conditions, les étrangers souhaitant mettre fin à leur vie.

Un texte de compromis

La prise de position de la FPF, dans laquelle se reconnaissent à la fois les luthéro-réformés et les évangéliques, est un texte de compromis (2) qui pointe les enjeux, aussi bien sociétaux que théologiques, d’une loi qui permettrait l’accès à l’euthanasie ou au suicide assisté. Y sont clairement exprimées de grandes réserves : donner la mort ne peut être considéré comme un soin, fût-il ultime ; dépénaliser l’assistance au suicide pourrait porter atteinte au courage de vivre d’autres personnes en situation de fragilité que celles en fin de vie. Au chapitre des préconisations, figurent le développement des soins palliatifs et la volonté de « laisser ‘du temps au temps’ pour évaluer l’impact et les modalités d’application (de la loi Claeys-Leonetti ndlr) ».

Cela étant, face à la demande sociétale de plus en plus forte de pouvoir maîtriser son existence depuis ses débuts jusqu’à son terme, Jean-Gustave Hentz, praticien hospitalier émérite des Hôpitaux universitaires de Strasbourg, théologien et président de la commission Éthique et société de la FPF, estime que « le suicide assisté, tôt ou tard, sera autorisé en France ». « Pour les Églises, il vaut mieux anticiper que de se retrouver devant le fait accompli », poursuit-il, citant l’exemple des protestants helvétiques du Canton de Vaud qui ont développé une théologie de l’accompagnement du malade, des familles et des soignants concernés. Promouvoir la réflexion et le débat, donner à chacun(e), y compris aux jeunes, les moyens de se forger une opinion personnelle sur ces questions, est une volonté clairement affichée et assumée par les Églises membres de la FPF.

1. Sondage Ipsos pour l’hebdomadaire Réforme : « Les protestants en France », octobre 2017.

2. Le texte sera publié en novembre 2018.

Sur le même thème

Fin de vie : pistes de réflexions de Marion Muller-Colard

La théologienne et écrivaine Marion Muller-Colard, nommée au Comité consultatif national d’éthique (CCNE) fin décembre 2017, apporte des pistes de réflexions autour de la fin de vie.

Un contenu proposé par Campus protestant
La PMA pour toutes inclue dans le projet de loi bioéthique

La PMA pour toutes inclue dans le projet de loi bioéthique

La ministre de la santé Agnès Buzyn a confirmé que les couples de femmes et les femmes célibataires seraient bien inclues dans le nouveau projet de loi.

Un contenu proposé par Évangeliques.info
Bioéthique : le positionnement du CNEF

Bioéthique : le positionnement du CNEF

Dignité, égalité, fraternité. C’est ainsi que le CNEF résume la position des évangéliques français à l’issue de la phase de consultation publique des Etats généraux de la bioéthique.

Un contenu proposé par Évangeliques.info

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 42 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire

Abonnez-vous à un média protestant !