Réflexion

Haïti, un pourrissement sans fin

La France a une immense dette envers Haïti. Un passif qui a empêché le pays dans sa construction.

Un contenu proposé par Blog pop

Publié le 4 juin 2022

Auteur : Sylvain Cuzent

Lire directement l’article sur Blog pop

Les nouvelles qui nous parviennent d’Haïti sont de plus en plus inquiétantes et sombres. Depuis quatre ans au moins des gangs s’y affrontent dans une guerre sans merci faite d’enlèvements contre rançon, de fusillades, de vols à mains armés, d’exécutions, de terrorisation de la population, … Les gangs enlèvent chaque jour des habitants de tout niveau socio-économique, exigeant des rançons de plusieurs milliers voire dizaines de milliers de dollars américains. Les victimes se comptent par dizaines dont des personnes âgées, des femmes et des enfants. L’un d’eux, fils d’un membre du gouvernement a été enlevé ces derniers jours et une rançon exorbitante réclamée pour sa libération. Les Haïtiens sont les principales victimes de ces enlèvements, mais des étrangers sont également pris pour cibles. Un français a été enlevé fin mai.

Ces gangs qui, depuis plusieurs décennies, contrôlent les quartiers les plus pauvres, de Port-au-Prince principalement, ont étendu leur emprise ces dernières années. Les bandes criminelles s’affrontent d’abord entre elles pour agrandir leur zone d’influence mais elles s’en prennent également à la population. Depuis fin avril au moins 150 personnes ont été tuées par des gangs dans les quartiers du nord de Port-au-Prince. Haïti connaît une situation instable, « qui se détériore dans un pourrissement sans fin », analyse le politologue Frédéric Thomas dans le journal Le Monde1. Depuis le 12 juin un gang a pris possession du Palais de justice de Port au Prince. Le mobilier et les ordinateurs en ont été déménagés puis mis en vente sur la plus grande place de la ville. Les dossiers judiciaires ont été visités et parfois détruits.

Cette situation a des conséquences dramatiques pour les enfants d’Haïti. Selon l’UNESCO et la FEPH2, plus de 1.700 écoles sont fermées dans la zone de Port au Prince et plus de 500.000 enfants n’ont plus accès à l’éducation. Le coût de fonctionnement des écoles augmente du fait de vigiles qu’elles sont obligées d’embaucher mais également parce que les gangs leur réclame de l’argent « pour assurer la sécurité de l’école ».

Il faut dire que ce petit pays situé dans l’arc de cercle des iles caraïbes semble marqué du sceau du malheur. En 1986 Haïti s’est libéré du joug  […]

Lire la suite sur Blog pop

Vous pourriez aimer aussi

La Mission populaire vers de nouveaux projets après deux ans de pandémie

Éprouvée par deux années de pandémie, la Mission populaire a aujourd’hui les yeux tournés vers l’avenir.

Un contenu proposé par Blog pop

Quelle espérance face aux injustices ?

L’humanité s’abîme dans l’opulence et la richesse, au point de dévorer son prochain mais face aux injustices, Dieu peut donner des réponses pour espérer.

Un contenu proposé par Blog pop

Une journée presque ordinaire…

Est-ce possible de ne pas baisser les bras entre l’actualité, la guerre en Ukraine et dans le reste du monde, et les difficultés du quotidien qui nous rattrapent ?

Un contenu proposé par Blog pop

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Blog pop

La Mission populaire évangélique dit « La Miss Pop » est une institution protestante française d’éducation populaire. Dans Blog pop, découvrez les réflexions et témoignages de ses animateurs.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast