Dans les fraternités

Heureux de se retrouver à la Frat’Aire !

Des petites parcelles de bonheur qui surgissent lors de la reprise de la braderie racontées par Véronique Mégnin trésorière à la Frat’Aire, fraternité du Pays de Montbéliard.

Un contenu proposé par Blog pop

Publié le 8 décembre 2021

Depuis février 2020, nous n’avions pas organisé de braderie dans notre fraternité, à cause de la crise du Covid et les contraintes sanitaire de préventions qui ont suivi. Nous n’avions pas assez d’espace pour respecter ces normes, pas assez de bénévoles, car nombreux sont âgés ou de santé fragile et ne pouvaient pas se permettre d’être au milieu du public.

Depuis les stocks s’entassaient partout dans le moindre espace des locaux de la frat, même si une grande partie de vêtements avaient été redistribués à d’autres partenaires qui ont des magasins, il était grand temps de pouvoir organiser à nouveau une vente.

Avant le covid, ces rendez-vous avaient lieu tous les deux mois. Ils étaient pour nous surtout l’occasion de vendre à bas prix autant les vêtements, chaussures, linge de maison que les livres, jouets, cd, dvd et la petite brocante avec sa vaisselle, ses lampes et son petit électroménager.

Nous y trouvions trois avantages important pour notre fraternité :

1. Contribuer à l’autofinancement des actions,

2 . Permettre à tous de trouver des objets pas chers et de bonne qualité important pour les petits budgets,

3. Contribuer à sauvegarder la planète, en recyclant plutôt que de consommer du neuf systématiquement.

Chaleureusement

Samedi 13 novembre nous avons donc organisé notre première nouvelle braderie, après cette longue pose, avec une équipe de 16 bénévoles motivés. Nous avons réorganisé l’espace et plus contrôlé l’accès qu’à l’habitude, avec pass sanitaire et limitation des participants. Nous étions, heureux d’enfin nous retrouver dans ce type d’action. L’ambiance était chaleureuse entre nous et le repas partagé du midi un vrai moment convivial comme d’habitude.

Mais une chose que nous n’avions pas mesuré avant dans les autres braderies de la frat, nous a sauté aux yeux ce samedi là : tous les visiteurs, les clients habituels, les habitants du quartier que nous voyons rarement en dehors de ces temps de vente, tous étaient eux aussi heureux de nous retrouver et avaient le sourire.

Certains, qui à l’ordinaire étaient plutôt discrets, saluaient les bénévoles chaleureusement, les appelant par leurs prénoms qu’ils avaient retenus ou disant : « elle est là la petite dame des vêtements enfants ? » et « Voilà la rigolote des jouets, elle est déguisée en quoi aujourd’hui ? ».

Petites parcelles de bonheur

Il y a eu aussi ces trois jeunes migrants nouvellement arrivés dans les appartements du CAO voisin (centre d’accueil et d’orientation) qui passaient par hasard devant la frat qu’ils ne connaissaient pas. Ils étaient tous pieds nus dans des claquettes et vêtus de vestes légères. Ils sont repartis joyeux avec des chaussures, des chaussettes et des pulls chauds offerts par l’équipe, et avec l’intention de revenir pour d’autres activités. Nous avons retrouvé aussi cette dame habitué de nos ventes qui attendait avec impatience la réouverture des braderies, pour enfin trouver ce manteau qui lui faisait tant défaut pour l’hiver qui arrive. Elle nous a dit ne pas avoir les moyens d’en acheter un ailleurs, même sur des sites de ventes, parce qu’avec les frais de port ça lui reviendrait trop cher.

Et puis il y a eu ce voisin inconnu, qui a acheté quelques objets à la brocante. Il m’a demandé : « Vous n’avez pas trop froid à la brocante, dans le garage, par ce temps frais et pluvieux ? Il vous faudrait un bon thé à la menthe pour vous réchauffer ». Je lui ai juste répondu : « ça va, on se relaye vous savez, mais merci, c’est gentil de vous souciez de nous ». Une heure plus tard, ce monsieur arrivait, accompagné de sa femme et de son fils, avec une grosse bouilloire de thé parfumé aux épices du Maroc : « C’est le remède d’hiver contre le rhum » nous a-t-il dit. Il en a offert à tous les bénévoles et même quelques clients. Lui qui avant ne connaissait pas la frat, à découvert nos animations, et c’est enthousiasmé par notre projet, qu’il s’est proposé pour nous faire un bon couscous, un vendredi midi à un de nos repas solidarité qui accueille 30 personnes en moyenne. Rendez vous est pris pour la nouvelle année.

Oui, incontestablement cette braderie retrouvée, nous a fait chaud au corps avec ce bon thé et aussi chaud au cœur avec tant de bonté partagé. C’est cela l’essence même de nos fraternité, toutes ces petites parcelles de bonheur qui font que nous aimons être ensemble, nous tous si différents, même le temps d’une braderie brocante.

Vous pourriez aimer aussi

Quelle place pour la mémoire douloureuse ?

C’est souvent à l’occasion de la commémoration d’évènements tragiques que notre mémoire collective est sollicitée dans ce qu’on nomme aujourd’hui un « devoir de mémoire ».

Un contenu proposé par Blog pop

Depuis quelle réalité regardons-nous les migrants ?

Deux lectures très différentes inspirent la réflexion de Valérie Rodriguez, directrice de la Miss Pop de Trappes.

Un contenu proposé par Blog pop

Le numérique contre l’écologie ?

Véronique Mégnin, bénévole à la Frat’Aire de Grand-Charmont/Pays de Montbéliard s’interroge, entre récupération et outils numériques indispensables, sur les contradictions qui se font parfois jour, dans les Fraternités.

Un contenu proposé par Blog pop

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Blog pop

La Mission populaire évangélique dit « La Miss Pop » est une institution protestante française d’éducation populaire. Dans Blog pop, découvrez les réflexions et témoignages de ses animateurs.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast Les dossiers thématiques de Regards protestants