Humanité virtuelle = humanité diminuée
Confinement

Humanité virtuelle = humanité diminuée

"Mon corps colle à ma condition humaine et vivre sans mon corps correspond à une humanité, non pas augmentée, mais diminuée." Par le sociologue Frédéric de Coninck.

Un contenu proposé par Tendances, Espérance

Publié le 17 novembre 2020

Auteur : Frédéric de Coninck

Les épisodes de confinement nous donnent l’occasion, inattendue, de nous faire une idée du rêve, qui circule dans les cercles transhumanistes et apparentés, d’une humanité dite « augmentée », affranchie des contraintes corporelles par des prothèses diverses, voire téléchargée sur des serveurs totalement virtuels. Eh bien, je le dis tout net : ça ne me fait pas envie !

Nous sommes déjà « augmentés »

Donnons quelques exemples :

  • Le contexte, aujourd’hui, est que nous sommes devenus des virtuoses de zoom (et des applications qui y ressemblent). Je fais, plusieurs fois par semaine, des visioconférences, et je bascule, à l’occasion, en partage d’écran pour projeter un powerpoint. Cela permet d’aller beaucoup plus loin que ce qu’on pouvait faire, autrefois, par conférence téléphonique ou par visioconférence d’une salle à l’autre.
  • Pendant le laps de temps où il était possible de se déplacer, nous avons cherché, mon épouse et moi, un nouveau logement dans une zone éloignée de notre domicile actuel et nous avons fait l’essentiel de nos recherches sur internet. Les transports étant mal commodes (masque tout le temps du voyage) et à limiter quand même, nous avons fait un tout petit nombre de déplacements sur place en ayant largement déblayé le terrain au préalable.
  • Une de mes filles, mon gendre et ma petite-fille habitent, actuellement, en Colombie. Ils doivent zigzaguer entre les confinements français et les confinements colombiens pour traverser l’Atlantique. En attendant, nous communiquons par Skype.
  • Dans notre vie d’église nous avons un groupe de prière par Whatsapp et nous organisons, régulièrement, des réunions virtuelles avec, dans certains cas, des post-it virtuels quand on veut favoriser les échanges et les prises de parole diverses.
  • Je regarde des concerts en vidéo, au gré de mes envies, et je bénéficie d’une offre considérable.

Voilà, ainsi, quelques exemples de ce que nous expérimentons pendant les phases de confinement.

En bref, nous sommes, d’ores et déjà, des individus augmentés : nos yeux et nos oreilles captent des signaux lointains ; notre voix franchit les mers ; nos limites corporelles sont très largement abolies.

C’est clair, nous avons gagné beaucoup de possibilités. En revanche devoir mettre entre parenthèses une grande partie de notre corps, dans toutes ces occasions, n’est pas du tout un gain. Il est difficile de définir précisément ce que l’on perd, mais le fait d’être privés de la rencontre en chair et en os, nous fait toucher du doigt l’importance de la proximité entre des êtres de chair. Si certains rêvent de se télécharger sur un serveur informatique je ne les suis nullement dans un tel projet. Il faut dire que ces rêves sont largement nourris par des salariés ou des dirigeants des entreprises qui élaborent les nouvelles technologies. Il y a là un biais de perception classique : croire que ce que l’on fait dans son travail est une activité essentielle pour tout le monde !

Réparés et augmentés, ce n’est pas tout à fait la même chose

Bien sûr, le corps est une réalité ambiguë. Il nous impose des limites. Il nous fait souffrir, à l’occasion. A 65 ans j’ai des symptômes de vieillissement assez classiques. Et je suis content de pouvoir disposer de prothèses. J’ai, par exemple, une presbyacousie commençante et je suis content d’avoir des appareils auditifs qui me permettent de mieux dissocier les consonnes dans les conversations.

Mais, justement, la situation présente me fait mieux comprendre la différence entre des prothèses qui me permettent de continuer à mener une vie sociale ordinaire, sans trop de difficultés, et des appareillages qui me transformeraient en cyborg ou en surhomme, comme on voudra : bref quelque chose qui me projetterait hors de la corporéité. Les prothèses que je porte restent au service de mon corps présent. Je les mets et je les enlève au gré de mon désir. Je ne suis nullement annexé à une mécanique qui me dépasse. Et, dans mes interactions avec les autres, je reste au niveau d’une simple humanité, faillible et mortelle, qui non seulement me convient, mais a son charme. La mort ne me réjouit pas. Mais me savoir mortel me donne un certain rapport aux autres et au monde que je trouve essentiel et libérateur. J’échappe à la toute puissance qui est la porte ouverte à tous les délires.

Et incarnatus est

Mon corps colle à ma condition humaine et vivre sans mon corps correspond à une humanité, non pas augmentée, mais diminuée. C’est l’occasion de dire que l’attente de la résurrection n’est pas l’attente d’une vie extra-corporelle, mais l’attente d’un corps autre : « semé corruptible, on ressuscite incorruptible ; semé méprisable, on ressuscite dans la gloire ; semé dans la faiblesse, on ressuscite plein de force ; semé corps animal, on ressuscite corps spirituel. S’il y a un corps animal, il y a aussi un corps spirituel » (1 Cor 15.42-44). Je laisse chacun imaginer ce que peut être un corps spirituel, en tout cas, c’est un corps.

Et quand Dieu a voulu venir vers nous il n’a pas considéré notre enveloppe corporelle comme un problème. Il s’est incarné pour venir à notre rencontre. La plus belle célébration de cette incarnation se trouve, d’ailleurs, à mon avis, dans la grande messe en ut mineur de Mozart. Au sein du credo, un passage qui dure plus de 8 minutes, tourne autour de ces simples paroles : « il s’est incarné par le Saint-Esprit, du sein de la vierge Marie et il s’est fait homme ». En latin cela donne : « Et incarnatus est, de Spiritu Sancto, ex Maria Virgine. Et homo factus est ». Et deux tiers de l’air est composé de vocalises sur la voyelle « a » dans le mot « factus ». C’est quand le Christ se fait homme que Mozart se lance dans cette vocalise qui me donne des frissons. C’est au moment où le Christ nous rejoint dans notre corporéité qu’il nous invite à chanter et à nous laisser porter par cet air plein de sensualité.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas cette page musicale sublime, je vous mets un lien vers une interprétation.

Le transhumanisme est une recherche de puissance parmi d’autres. Et comme toutes les recherches de puissance elle oublie de célébrer ce qui est là, ce qui nous est donné, ce qui est à portée de main et qui a une saveur incomparable.

Les interactions de corps à corps sont complexes et ne sont pas exemptes, elles non plus, de tentatives de prises de pouvoir ou de manipulations diverses. Mais, dans leur mystère, dans leurs limites mêmes, dans leurs contours difficiles à préciser, elles possèdent cette saveur incomparable qui ressort d’autant plus aujourd’hui que nous en sommes en partie privés.

Au reste, l’attente de Paul, il l’a dit plus tôt aux Corinthiens, dans la même épitre, n’est pas de rencontrer le Christ en tant que pur esprit, mais de le rencontrer face à face. Comme je le comprends !

Dans la même rubrique...

Noir et blanc ?

Il n’existe pas de formule magique qui puisse faire disparaître le fléau séculaire du racisme mais les chrétiens disposent de certains principes bibliques qui doivent guider notre pensée.

Un contenu proposé par Point-Théo

Il y a un an, impossible d’imaginer

Valérie Rodriguez, directrice de la Fraternité de Trappes (78), imagine un courrier qu’elle aurait pu s’écrire il y a un an…

Un contenu proposé par Blog pop

Sens et non-sens de l’incarcération

Officiellement depuis 2014, la peine a en effet pour fonctions à la fois de punir et de réinsérer. Une contradiction soulevée par la juriste Marion Wagner.

Un contenu proposé par Forum protestant

Avec la pandémie, la fin d’un monde « sans limite » ?

Quelques réflexions sur le déconfinement… Et sur monde "sans limite" ou presque au sein duquel nous avons grandi.

Un contenu proposé par Point-Théo

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Tendances, Espérance

La société change (quelquefois pas tant que cela). Dans ce contexte mouvant, parfois déstabilisant, quelles sont les voies d’espérance ? A travers ce blog, le sociologue Frédéric de Coninck porte un regard protestant sur l’évolution de la société.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast