Il s'appelle Emmanuel...

Il s’appelle Emmanuel… Mais il ne se prend pas pour le messie

L'élection à la Présidence de la République d'Emmanuel Macron tourne la page d'un long chapitre marqué par la tentation française des "politiques du salut séculier".

Un contenu proposé par Blog de Sébastien Fath

Publié le 8 mai 2017

Auteur : Sébastien Fath

Lire directement l’article sur Blog de Sébastien Fath

La France s’est longtemps distinguée par un messianisme politique qui fait de l’Etat une quasi Eglise de substitution. François Hollande, avant son élection en 2012, avait une nouvelle fois réactivé cette « politique enchantée » dans son fameux discours du Bourget (le « rêve français » etc). Mais les flots de promesses intenables se sont heurtés à une réalité massivement constatée par les citoyennes et citoyens; au lieu de « changer la vie », les politiques ont navigué à vue, et se sont parfois servis dans la caisse. Ils ont fait la démonstration, mandat après mandat, de l’imposture du messianisme politique.

En se réclamant souvent de la « bienveillance », de l' »humilité », du refus du sectarisme (il est le seul à toujours avoir refusé de faire siffler ses adversaires), Emmanuel Macron désenchante la politique. Moins de grandes promesses, plus de pragmatisme. Moins de prêchi-prêcha, plus d’écoute des compétences de la société civile. […]

Lire la suite sur Blog de Sébastien Fath

Dans la même rubrique...

Irène Frachon invite à se faire vacciner

Jusque là discrète à propos de la pandémie, la pneumologue Irène Frachon prend publiquement la parole en faveur de la vaccination.

Un contenu proposé par Réforme

Nouvelles contraintes sanitaires pour favoriser la vaccination

Lundi soir à 20 heures, Emmanuel Macron a affiché les nouvelles contraintes sanitaires, prenant soin au passage de s’adresser en particulier aux jeunes, aux plus âgés et aux plus modestes.

Un contenu proposé par Réforme

La religion provoque-t-elle le fanatisme ?

Dans son livre "L’Église face au fanatisme", le dominicain Philippe Henne montre comment l'Église des premiers siècles s'est opposée au fanatisme.

Un contenu proposé par Campus protestant

On peut changer son monde

Matina Razafimahefa, 24 ans, a monté une entreprise de high-tech qui travaille en Afrique pour favoriser l’accès aux nouvelles technologies. Une aventure exceptionnelle.

Un contenu proposé par Campus protestant

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Blog de Sébastien Fath

Agrégé d’histoire, ancien élève de l’École Normale Lettres Sciences Humaines (LSE), docteur de l’EPHE, Sébastien Fath est chercheur au CNRS, membre du Groupe Sociétés Religions Laïcités.

Derniers contenus du partenaire