La 5G et les Amish
Verbatim

La 5G et les Amish

La sortie d’Emmanuel Macron sur les Amish a, étonnamment, suscité pas mal de réactions. Difficile de savoir si la petite phrase était préparée d’avance ou si elle lui est venue en direct.

Un contenu proposé par Tendances, Espérance

Publié le 1 octobre 2020

Auteur : Frédéric de Coninck

En tout cas, c’est intéressant de voir qu’un signifiant religieux est venu colorer ce débat sur l’implantation, ou non, d’une nouvelle technologie sur le sol français.

Un verbatim s’impose pour commencer : « La France va prendre le tournant de la 5G, parce que c’est le tournant de l’innovation. J’entends beaucoup de voix qui s’élèvent pour nous expliquer qu’il faudrait relever la complexité des problèmes contemporains en revenant à la lampe à huile ! Je ne crois pas au modèle Amish. Et, je ne crois pas que le modèle Amish permette de régler les défis de l’écologie contemporaine ».

Je me sens forcément concerné par cette sortie, car les Amish appartiennent à la mouvance Mennonite, à laquelle j’appartiens moi-même. Il en représentent, certes, une aile très particulière, mais je partage avec eux certaines convictions. A vrai dire, cela m’a plutôt retenu d’intervenir dans le débat, au départ. Ensuite, mon ami Francis Godard, m’a encouragé à dire quelque chose sur les enjeux de la 5G, donc je me suis décidé.

A propos des Amish

Commençons par les Amish. Plusieurs personnes ont souligné qu’ils n’étaient pas, par principe, hostiles à l’innovation technique, mais qu’ils cherchaient à en peser, collectivement, les effets sur la vie sociale, avant d’adopter ou non une technologie. On en ferait presque un modèle de démocratie technique ! Il ne faut pas non plus exagérer. Il s’agit d’une micro-société patriarcale bien plus que d’une démocratie. Et il est vrai qu’ils ont quand même un apriori négatif par rapport à toute innovation technique.

Cela dit, j’ai eu l’occasion de visiter (comme touriste religieux, si on veut) des communautés Amish aux Etats-Unis. Et il ne faut pas imaginer qu’ils vivent dans la misère et la frustration. Ce sont des gens plutôt bien dans leur peau, qui ne dédaignent pas le confort et qui vivent des tensions dans leur vie collective qui ne m’ont pas paru plus graves que celles que nous connaissons tous.

Au fond, ils me semblent porteurs d’une idée plutôt intéressante : ce n’est pas l’objet technique qu’il faut examiner en tant que tel, c’est le mode de vie dans lequel il s’insère qui importe, et la manière dont il va peser sur ce mode de vie (il faut, en effet, raisonner dans les deux sens : les modes de vie existants et les objets techniques qui s’y insèrent agissent réciproquement les uns sur les autres).

A propos de complexité

Pour revenir à l’intervention d’Emmanuel Macron, je suis d’accord que la question est relativement complexe. Mais, du coup, on ne peut pas user d’un argument aussi simpliste que de taxer ceux qui sont dubitatifs de tenants de la lampe à huile. Une fois de plus on retrouve, dans cette sortie, la caricature du discours technocratique : la question est complexe donc taisez-vous, vous n’y comprenez rien. C’est, assurément, un discours qui ne passe plus du tout la rampe aujourd’hui.

Je me suis demandé, cela dit, si on n’avait pas un peu surinterprété la sortie d’Emmanuel Macron, qu’il aurait fallu entendre sur le mode badin ou ironique. Mais la capture vidéo m’a révélé autre chose : un homme en colère et pas du tout en train de faire de l’humour. Ce qui signifie qu’il est, au fond, atteint par la remise en question qu’il affronte et qu’il ne trouve pas d’autre argument que : « c’est le tournant de l’innovation » et : on ne peut tout de même pas revenir à « la lampe à huile« . L’invocation des Amish laisse entendre qu’il y aurait en jeu une question de croyance. Et cela ne semble pas entièrement faux : croyance (presque aveugle) dans les vertus de l’innovation technologique, d’un côté, et doute de principe, de l’autre. Or la question de la croyance, à mes yeux, ne peut pas se limiter à la foi du charbonnier. Il faut en venir, pour le moins, à des convictions bien pesées. Et c’est ce que je vais essayer de faire.

Et si on creuse un peu, on s’aperçoit que la question de la 5G entraîne bien d’autres questions que celle d’une technologie ponctuelle. Elle interroge, en fait, les modes de vie urbains que nous voulons privilégier. Et donc le « modèle Amish », pour le coup, a quelque pertinence si on veut bien s’interroger un peu et ne pas céder par principe à l’adoption d’une nouvelle technologie pour être « moderne ».

Certains risques sont limités

Avant d’en venir à des considérations systémiques, mentionnons déjà certains des risques soulevés par les opposants de cette technologie. Certains de ces risques sont, a priori, assez faibles (ce qui ne veut pas dire qu’ils sont nuls). J’ai, naguère, assisté à une conférence de citoyens sur la question des antennes relais (j’ai assisté à une intervention qui précédait la mienne). Un expert en santé publique, assez équilibré dans ses propos, avait déjà souligné que s’il y avait un risque de santé publique lié aux ondes il serait beaucoup plus élevé à cause des téléphones (que l’on approche de son corps) que des antennes. Au jour d’aujourd’hui, les quelques risques mis en évidence sont extrêmement faibles, mais, avait déjà dit l’expert, un risque faible, à horizon de 10 ans, peut être fort à horizon de 30 ans. Il y a là des choses qu’on ne sait pas.

Le risque de captation des données par des tiers ne me semble pas non plus tellement plus accentué que lorsque l’on utilise une technologie comme le Wi-Fi, relativement peu sécurisée. Disons que si l’on porte attention à ce risque, il sera sans doute possible de s’en affranchir.

La question de l’empreinte carbone va beaucoup plus loin. Prises une par une, les antennes 5G seront moins gourmandes en énergie que les antennes des générations antérieures. Mais ce sont toutes les pratiques induites qu’il faut prendre en considération. Il est évident que cela va provoquer une augmentation des flux de données et un renouvellement du matériel de réception, toutes choses qui ont une empreinte carbone significative.

Et cette question de l’empreinte carbone nous renvoie vers la question des usages et donc vers les modes de vie urbains de demain.

La ville hyper-instrumentée : rêve, cauchemar ou fausse-piste ?

Si on lit les argumentaires des promoteurs de la 5G on y voit que l’usager lambda n’a pas grand chose à en attendre. Regarder des vidéos en plus haute définition en situation de mobilité n’a pas forcément beaucoup d’intérêt. Et le concept « d’internet des objets » ne me semble pas promettre beaucoup plus que des gadgets, pour l’homme de la rue (et sans doute pas nécessiter d’importants flux de données). Le besoin en flux de données plus efficaces est, aujourd’hui, surtout le fait des entreprises qui envisagent d’implémenter des innovations en utilisant bien plus de données mobiles qu’aujourd’hui.

Un premier champ est tout ce qui concerne le contrôle des process industriels. L’idée d’avoir des usines avec encore moins de présence humaine ne me semble pas forcément être une idée très intéressante. On est déjà allé très loin dans ce sens. Mais, surtout, je ne vois pas ce qu’une technologie mobile apporte, par rapport à une technologie filaire (avec une liaison par câble, par exemple).

Des remarques du même genre s’imposent pour tout ce qui concerne la médecine, voire la chirurgie à distance. Si on connecte deux sites, le fait que la technologie soit mobile n’apporte pas de bénéfice. Et on se dit, au passage, que la question des déserts médicaux reste presque entière, même si on arrive à faire bénéficier des structures rapprochées d’une expertise éloignée.

La 5G aura vraiment du sens si on l’implante dans des objets mobiles. Si elle sert à connecter des bâtiments l’intérêt est mince. On peut considérer comme plus simple, à la limite, la gestion d’un réseau de capteurs éparpillés sur un territoire et qui n’ont pas à se raccorder, un par un, à un réseau filaire. Alors cela débouche sur quoi ? L’aide à la conduite ? Peut-être, mais le partage d’informations en temps réel est déjà bien avancé. L’avancée sera plus évidente avec les véhicules autonomes qui auront, en effet, besoin d’énormément d’informations en temps réel. Sinon il y a tout ce qu’on appelle la « ville intelligente » où l’on essaye de rassembler des informations en temps réel sur ce qui se passe sur un territoire donné.

Tout cela vaut-il la peine ? Je donne ici la perception de quelqu’un qui a suivi d’assez près des projets d’innovation sur la ville intelligente, sans en être un spécialiste. Ma perception, donc, est que, dans ce domaine, on fait souvent fausse route quant à l’essentiel. On peut, par exemple, mesurer en temps réel la pollution dans une agglomération. Cela donne une connaissance plus fine que ce que des modèles peuvent produire. Mais l’essentiel est ailleurs : diminuer le taux de pollution. Et sur ce plan, affiner la connaissance ne sert pas à grand chose : on connaît les sources de pollution et on sait comment agir dessus. Le point dur est d’imaginer une organisation urbaine qui soit moins dépendante des transports. Certains imaginent (autre exemple) pouvoir instrumenter encore plus finement l’activité agricole. Mais les technologies de proximité, dans le domaine de l’entretien des sols et de leur préservation, semblent beaucoup plus prometteuses qu’un surcroît d’informations déversées par un algorithme. Les usagers des transports en commun (dernier exemple) pourraient accéder à des données plus fiables sur la situation en temps réel des autobus, si les capteurs GPS étaient mieux maintenus et les systèmes d’information suivis au jour le jour : là aussi c’est plus une question d’organisation de la maintenance que de saut technologique qui est en jeu.

Reste le véhicule autonome. Est-ce un rêve ou un cauchemar ? A priori cela semble bien de pouvoir disposer de moyens de transport souples et accessibles à chacun. Mais la question de l’occupation de l’espace se posera de toute manière. Et il reste donc décisif que la « marchabilité » de la ville soit accrue, sinon on sera simplement devenus dépendants d’un système de mobilité relativement énergivore (moins qu’une voiture individuelle, mais plus qu’un transport en commun) surtout si plus de personnes qu’aujourd’hui l’utilisent.

En résumé, avons-nous besoin de la 5G ? Tout dépend du but que l’on se fixe.

Le miroir technique aux alouettes

C’est certainement plus enivrant de penser à une nouvelle technologie que de s’affronter à des problèmes complexes d’organisation urbaine, de rapports sociaux tendus, de jeux d’intérêts contradictoires. Et c’est sans doute aussi pour cela que la critique d’une option technique est particulièrement désagréable pour des acteurs qui espèrent contourner les enjeux sociaux en déplaçant les limites techniques.

Il faut bien voir que toutes les entreprises qui sont actives sur le marché de l’informatique, de la téléphonie et des capteurs électroniques ont intérêt à faire croire qu’elles disposent de solutions miracles. Je ne suis pas hostile à l’innovation technique. Mais je pense qu’il y a d’autres domaines où des personnes innovent et inventent de nouvelles manières de faire. Elles ont sans doute moins de poids que les grandes entreprises qui dominent les marchés, aujourd’hui. Mais elles proposent des innovations qui me semblent être plus au cœur du sujet.

La croyance dont nous avons parlé au début de ce post, oriente le regard : ou bien on espère que la fuite en avant dans la ville interconnectée et massivement instrumentée va, par principe, venir à bout des enjeux écologiques, ou bien on porte attention à ce qui se vit, ici et maintenant, aux modes de vie sobres et à ce qu’ils inventent (collectivement) et on cherche à développer cette dynamique.
Il y a là, en effet, quelque chose de l’ordre du religieux : ce sont des convictions lourdement ancrées, des visions du monde qui s’opposent les unes aux autres et qui structurent la manière de penser et de vivre. Mais il n’y a pas d’un côté le complexe et de l’autre le rustique : il n’y a que de la complexité, de longues élaborations et des trouvailles, de part et d’autre.

Voilà : je n’ai pas répondu à toutes les questions soulevées par mon ami Francis (voir son commentaire à la fin du post sur la rentrée morose). Pour aujourd’hui, ce sera tout !

Vous pourriez aimer aussi

Qui sont exactement les mennonites ?

Qui sont exactement les mennonites ?

Quelles sont leurs différences avec les amish ? Le sociologue Frédéric de Coninck rappellent les singularités du mouvement mennonite.

Un contenu proposé par
L'énigme amish : vivre au XXIe siècle comme au XVIIe Auteur : Jacques Légeret

L’énigme amish

Dans son livre, Jacques Légeret décrit son expérience au sein d'une société qui refuse la technologie et vit à l'écart de façon radicalement différente du monde moderne.

Un contenu proposé par LibreSens
Les Amish, pacifiques et radicaux

Les Amish, pacifiques et radicaux

Les Amish vivent-ils réellement comme au 18e siècle ? Forment-ils un peuple ou une Église ? Éléments de réponses dans le livre de Paul-Emmanuel Biron.

Un contenu proposé par Éditions Olivétan

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Tendances, Espérance

La société change (quelquefois pas tant que cela). Dans ce contexte mouvant, parfois déstabilisant, quelles sont les voies d’espérance ? A travers ce blog, le sociologue Frédéric de Coninck porte un regard protestant sur l’évolution de la société.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram