La justice restaurative ?

La justice restaurative ?

Parmi les personnes que nous rencontrons en détention, nous pouvons observer différentes manières de vivre la peine qui leur a été infligée.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes - Paris

Publié le 9 février 2018

Auteur : Denis Schwitzer

Il y a les innocents, réels ou virtuels, qui ne comprennent pas ce qu’ils font ici. D’autres cherchent à se trouver toutes les excuses possibles pour expliquer leur séjour en prison : Ce n’est pas de ma faute si je suis là. Certains assument ce qu’ils ont fait mais ne voient pas comment ils auraient pu faire autrement : C’est la vie, c’est comme ça. Il y a ceux qui assument et qui sont dévorés par le remords : Je ne pourrai jamais me pardonner. Et puis, il y a toutes les manières intermédiaires de vivre sa détention, toutes les évolutions qui se produisent entre le moment de l’entrée et le temps qui passe. C’est durant ce temps qui passe que nous pouvons les aider à franchir des étapes, à se (re) construire afin qu’ils puissent sortir mieux outillés.

Un certain nombre d’intervenants sont là pour travailler dans ce sens. Il n’est pas rare de voir un nouvel arrivant passer en quelques mois du déni total de son infraction à l’acceptation de sa responsabilité et donc à la possibilité de se reconstruire. Mais où sont les victimes ? Comment peuvent-elles se reconstruire ? Il y a bien des lacunes sur le sujet ! Cependant, il existe un outil qui a déjà fait ses preuves au Canada, aux États-Unis et en Angleterre, et qui se met en place en France, alliant la reconstruction de la victime et de l’agresseur : la justice restaurative.

Après un travail en amont et avec un protocole très encadré, une victime et un agresseur se rencontrent en présence d’un médiateur et de la communauté civile afin de se parler et d’essayer de comprendre l’autre. La démarche est basée sur la notion de respect dans le but de se reconstruire soi-même afin d’aider l’autre à se reconstruire. Le pardon, la demande de pardon et l’empathie sont des éléments indispensables pour que cette démarche puisse amener des résultats positifs. Cet outil n’est pas encore opérationnel à Metz mais le sera fin 2018. Cette démarche intéresse vivement l’aumônerie car elle fait appel à des valeurs que nous retrouvons tout au long des Évangiles. À suivre.

Dans la même rubrique...

Femmes pionnières à travers le temps !

Fille de pasteur, Evelyne Sullerot est enseignante avant de se former en sociologie, tout en élevant quatre enfants. En 1956, elle co-fonde avec une femme médecin «La Maternité heureuse» afin de promouvoir le contrôle des naissances.

Un contenu proposé par SpirituElles

Du fondamentalisme au libéralisme théologique

Ce serait une erreur de penser que les mouvements fondamentalistes véhiculent une foi plus intense que les mouvements libéraux.

Un contenu proposé par Réformés

Dear Valid People : « Krrronik avec Anabelle et Gaëlle »

Damien Fargeout reçoit Anabelle de Gaëlle qui présentent leur ouvrage commun.

Un contenu proposé par Radio FM Plus

La pauvreté moins représentée au sein du prochain CESE

L’association ATD Quart Monde dénonce le fait que ne siègeront au prochain Conseil économique, social et environnemental plus que deux porte-paroles de la pauvreté, contre trois actuellement.

Un contenu proposé par Réforme

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Paroles Protestantes – Paris

Paroles protestantes – Paris est le journal des réformés et luthériens en Région parisienne. Il apporte tous les mois à ses lecteurs informations et réflexions. Un dossier, préparé avec la presse régionale protestante, aborde chaque mois un thème de société.

logo

Derniers contenus du partenaire