La merveille des rouages naturels

Deux scientifiques, habituées à scruter l’infiniment petit, estiment qu’il n’y a pas de mort dans l’univers végétal.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 21 mars 2016

Auteur : Caroline Lehmann

Gisèle Haan-Archipoff est maître de conférences en botanique et mycologie ; Annelise Lobstein est professeur de pharmacognosie (1). Elles décrivent les cycles biologiques des végétaux, s’émerveillant de la pérennité des espèces. « Une plante ne meurt pas », affirme la première, prenant pour exemple les rhizomes de framboisiers qui courent de jardin en jardin. Annelise Lobstein évoque certaines espèces de fougères reviviscentes ou encore la rose de Jéricho, dont les parties aériennes, comme mortes en période de sécheresse prolongée, reprennent vie et se déploient dès qu’elles captent un peu d’eau. De même, les orchidées épiphytes croissent sur les arbres, se contentant de peu d’éléments nutritifs malgré leur floraison abondante.

En ce qui concerne les plantes annuelles, les deux botanistes s’étonnent de l’ingéniosité de leurs « stratégies de survie ». Elles voient dans l’abondance et la diversité des formes et des couleurs des fleurs, des parfums, des nectars, des graines et des systèmes de leur dissémination, que « tout est pensé pour la survie du végétal ». Quant aux arbres, Gisèle Haan-Archipoff est intarissable pour évoquer leur « caractère immortel : un arbre peut vivre des milliers d’années ». Ce qui est aussi remarquable c’est leur capacité à former des « associations à bénéfice réciproque » avec d’autres espèces végétales, des champignons voire des insectes. Les arbres, les végétaux, communiquent entre eux grâce à des molécules chimiques. Des spécificités connues de certains jardiniers : l’œillet d’inde ou la capucine, plantés au potager, participent à la lutte contre les ravageurs tout en attirant les pollinisateurs.

« La vie et le potentiel sont toujours présents »

Qu’en est-il de la place de l’être humain dans cet équilibre ? « Il doit impérativement le maintenir, en particulier par une gestion raisonnée de la forêt ; l’avenir de l’humanité en dépend », selon Annelise Lobstein. Elle constate que « cet équilibre est rompu dès lors que l’homme intervient, notamment avec des produits phytosanitaires qui tuent les insectes, les utiles comme les nuisibles sans distinction ». Elle n’en reste pas moins convaincue que « la nature est toujours plus forte que toute catastrophe écologique » et cite l’exemple de la forêt du Rhin, « repartie après la tempête de 1999, même si ce sont d’autres espèces végétales, d’autres essences, qui ont colonisé la forêt dévastée ».

(1) Cette discipline étudie les matières premières naturelles qui servent de base à la fabrication des médicaments et autres produits de santé.

Dans la même rubrique...

Personnes exilées en France : la Défenseure des droits saisie

La Fondation de l’Armée du Salut et 30 associations partenaires ont saisi, fin 2020, la Défenseure des droits sur les risques vitaux et le non-accès à leurs droits de dizaines de milliers de personnes exilées vivant en France.

Un contenu proposé par Armée du Salut

Moi, vaccinée

J’ai été contre le vaccin, puis je me suis dit que je verrais bien, et quand on me l’a proposé, j’y suis finalement allée. Mais je ne mesurais pas les impacts – autres que sanitaires – que cela aurait sur moi et les autres.

Un contenu proposé par Inspirations

Un appel interreligieux pour la fin des thérapies de conversion

Plus de 370 responsables religieux et laïcs ont signé une déclaration pour interdire ces stages et groupes de parole qui visent à modifier l’orientation sexuelle des personnes LGBT+.

Un contenu proposé par Réforme

Aire d’accueil, terrain d’exclusion

En France, pour rester dans la légalité, les gens du voyage doivent s’installer sur des terrains aménagés pour eux. Inversement, les élus doivent respecter leurs obligations d’accueil. Une politique publique qui montre aujourd’hui ses limites.

Un contenu proposé par Campus protestant

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 45 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire