parler ou se taire

La parole est-elle plus importante que le silence ?

On connaît le célèbre proverbe La parole est d’argent, mais le silence est d’or. Les proverbes ont cette qualité d’être toujours vraisemblables.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 8 avril 2021

Auteur : Olivier Peterschmitt

Ils doivent bien avoir un fond de vérité puisque la mémoire collective les a fait entrer dans son patrimoine de sagesse populaire. Reste qu’une telle phrase ne prouve à peu près rien, tant qu’elle n’est pas contextualisée. Bien malin qui voudrait contester que parfois le silence est d’argent et la parole d’or.

Il y a pourtant un silence qui me semble d’or. C’est celui de Jésus entrant dans la ville de Jérusalem en triomphateur. Il provoque un attroupement et une liesse collective. Bien que conscient que certains ne lui pardonneront pas ce bain de foule, dans lequel il est acclamé comme un sauveur, il ne se saisit pas de cette occasion pour faire un grand discours qui le consacrerait comme guide du peuple.

Philon : Des Pharisiens lui demandent de faire taire la foule. Il leur répond : si eux se taisent, ce sont les pierres qui crieront. Cette phrase témoigne d’une belle lucidité de militant. Il comprend que ceux qui voudraient faire taire une foule en liesse récolteraient des jets de pierre. Mais pourquoi n’adresse-t-il pas un discours édifiant à ceux qui sont venus l’adorer, en détournant leur adoration des symboles du pouvoir vers la question de la vanité du pouvoir ? Il devait chercher à capter leur attention en ce moment de gloire.

Toi, Socrate, tu n’aurais pas hésité à le faire.  Devant le peuple d’Athènes, au moment où il t’accusait de corrompre la jeunesse et de blasphémer contre les dieux de la Cité, tu n’as pas craint d’exciter son ressentiment en parlant à chacun de son manque de tout souci de l’amélioration de son âme. Les accusateurs t’auraient épargné si tu avais fait preuve de prudence en te taisant ou en leur disant ce qu’ils voulaient entendre. Mais tu préférais la parole qui saisit l’occasion qui ne reviendra pas et dans laquelle, ce qui est dit, deviendra légende et socle pour l’éternité.

Socrate : Je savais que les Athéniens m’écouteraient lorsque je prendrais ma défense. J’étais un accusé que les institutions honorent, en lui permettant de faire son apologie. Le pouvoir du peuple me ménageait un espace de parole et j’aurais trahi sa confiance en restant silencieux.

Quant à Jésus, il inventait une magnifique mise en scène. Il jouait avec les symboles du pouvoir pour mieux en montrer les ressorts passionnels. Il ne voulait pas être sacré roi mais démystifier l’attente d’un roi. J’admire ce silence royal qui ne cesse de nous interroger sur nos attentes folles d’une parole qui sauve

Dans la même rubrique...

La convention citoyenne, un modèle fragile

Le débat public entre citoyens tirés au sort peut-il offrir une réponse à la crise de confiance qui sévit dans notre société ? Le philosophe Bernard Reber éclaire notre réflexion.

Un contenu proposé par Le blog de Frédérick Casadesus

Toujours plus de pauvreté et des enjeux renouvelés

Les précarités, économique, sociale, relationnelle, s’aggravent avec la crise sanitaire qui perdure.

Un contenu proposé par Blog pop

Migrants : notre Histoire pour vivre ensemble

Le débat sur la façon d’accueillir et d’intégrer les migrants se prolonge souvent sur le rapport que notre pays entretient avec son passé.

Un contenu proposé par Le blog de Frédérick Casadesus

Au sein de l’Education nationale, une réelle égalité des chances ?

Valérie Rodriguez, équipière de la Miss’ Pop’ de Trappes, raconte le désarroi de parents et d’enfants face à l’institution scolaire.

Un contenu proposé par Blog pop

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 45 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire